Duché de Brienne et Duché de Rethel

Lieu de vie des familles di Favara & Fontanaz ainsi que de leurs vassaux
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:00



Dragonet a écrit:
Dragonet pénétra dans la demeure de sa fille un peu avant l'aube. Elle ignorait encore tout de sa venue et des raisons de celle ci. Pénétrer dans les lieux ne constituait pas pour lui une tache bien difficile, il avait forcé dans sa vie bien des serrures de maison bourgeoise.

Il songea qu'il serait plus que temps qu'il annoblisse Beulbeul depuis qu'il en parlait, qu'elle ait enfin terre et château.

Tout en rêvassant, il observa les lieux, choississant l'endroit le plus adapté à son office. Puis il prépara la pièce.

La veille, il avait pris des dispositions, sa patiente ne tarderait pas à sentir ses premiére contraction et il ferait le nécessaire pour la "rabattre" içi.

Il monta dans la chambre de sa fille, elle dormait profondément. Il posa papier et plume sur le bureau et s'approcha d'elle, caressant doucement sa chevelure.

A son réveil, il murmura..


Ma chérie, désolé de te réveiller ainsi..

J'ai besoin que tu écrives une lettre.. Tu t'habilleras après. Pendant ce temps je préparerais un petit déjeuner..

Je trouverais ce qu'il me faut, t'en soucie guére.


Je te dicte, ma grande..

Il attendit qu'elle s'installe, le ton était doux, aimant mais ne prêtait guère à la discussion.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:03

Beulbeul a écrit:
Elle ne l'avait pas entendu entrer, son sommeil était profond. Mais le simple fait qu'on lui caresse les cheveux suffit à la réveiller. Elle ouvrit les yeux rapidement, peur qu'un inconnu s'introduise ainsi chez elle. Elle mit un peu de temps à réaliser que la personne en face d'elle n'était autre que son père. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais avant qu'elle ne prononça un mot, son père lui demanda de lui écrire une lettre.


Elle se leva donc, prit le temps d'embrasser son père, heureuse qu'il soit là, même si elle n'avait pas été prévenu de sa venue, ne sachant même pas le but de sa visite.

Habituée par ces attitudes mystérieuses, elle ne posa aucune question, puis se frottant les yeux, encore emplis de sommeil, elle s'installa prés du petit bureau, prit la plume. Le temps des explications arriveraient bien à un moment ou à un autre.



Je suis prête dit elle simplement, baillant à se décrocher la mâchoire.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:06




Dragonet a écrit:
Très bien. Je dicte

Citation :
A sa Grace Maltea,

Chère duchesse,

J'ai pu constater lors de notre dernière réunion du conseil que l'enfant me semblait fort bas, et apparemment anormalement placé. Vous savez que j'ai eu en plusieurs occasions la chance d'assister mon père et d'apprendre après de lui nombres de savoir en la matière.

J'en ai parlé à un médicastre, qui m'a confirmé la chose et se tient disposé à vous examiner des ce matin. Il craind que l'enfant ne soit pas viable, ou anormalement constitué.

J'ai jugé bon de le faire venir en ma demeure, de peur que la nouvelle se répande. Il vous attend donc avec Hâte.

Je vous attends avec impatience,

Beulbeul.

Voila, je te rassure ma chérie, l'enfant ne risque rien, tu peux t'habiller et faire porter ça, tu es porte parole et conseillère, la lettre arrivera vite et à destination de la duchesse. Pendant ce temps je prépare un petit déjeuner..

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:09

Beulbeul a écrit:
Beulbeul prit son écriture la plus soignée, et s'appliqua. Elle ferma ainsi la missive et comme le demandait son père, se hâta de s'habiller.

Pas un mot ne fut prononcer, pas une question ne fut émise et pourtant elle aurait voulu. Mais elle savait pertinemment que cela n'aurait servi à rien d'interroger son père actuellement.


Une fois vêtue, elle se coiffa, se regarda rapidement dans le miroir, et jugea qu'elle pouvait sortir ainsi.

Je me dépêche. J'apporte en mains propres cette missive à la duchesse.
Je reviens de suite.


Beulbeul sortit, l'air était frais en cette saison, et un frisson l'a parcouru. Elle avançait d'un pas rapide, sentant que la situation était des plus urgentes.

Elle arriva enfin auprès de la duchesse. Elle s'adressa à un domestique :


Veuillez annoncer damoiselle Beulbeul, à sa Grâce Maltea. Je dois lui porter ce pli, et ce dés que possible.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:14





Maltea a écrit:
Au château de Reims, la veille.

Assise à son bureau, tout en étant plongée dans la lecture de documents officiels, Maltea buvait un verre d’hypocras que l’on venait de lui apporter. Absorbée comme elle l’était, elle ne remarqua pas le regard satisfait du serviteur qui le lui avait apporté.
Elle s’accordait ce plaisir tous les soirs. Tout en le sirotant, elle se dit que le gout était différent ... Peut être que le château se fournissait chez une autre personne, ou encore que celui-ci avait essayé d’autres herbes et épices.

Un coup de pied la fit sursauter, ce qui eut comme conséquence de tacher d’encre le parchemin qu’elle devait signer. Elle soupira dépitée. Cet enfant était de plus en plus actif, il devait avoir la bougeotte. On lui avait pourtant répété que plus la grossesse avançait moins l’enfant avait de place et bougeait. Ce n’était pas le cas ici.
Elle posa une main sur son ventre comme pour apaiser l’enfant, ce qui eut pour effet son contraire.
Fatiguée, lassée, elle abandonna sa table de travail afin de rejoindre ses appartements et pouvoir se reposer. Elle aurait tout le temps le lendemain pour continuer sa tache.


Au château de Reims, le lendemain matin.

Maltea finissait de se préparer afin de se rendre à la salle du conseil, lorsqu’on lui remit une missive. En effet, elle avait donné ordre de ne point la déranger et ce pour qui que ce soit. Elle s’était réveillée avec un mal de ventre persistant et son humeur s’en ressentait. Beulbeul son porte-parole demandait à la voir afin de lui donner une missive ce qu’elle refusa. Elle avait juste dit au valet de chambre de prendre la lettre et de faire attendre Beulbeul dans le boudoir jouxtant sa chambre. Elle la décacheta soigneusement et son air se fit plus inquiet à la lecture. Anormal… l’enfant serait anormal… On eut dit que tout s’écroulait autour d’elle. Elle se rattrapa de justesse au dossier du siège de la coiffeuse, un malaise s’emparant d’elle.

Elle fit appeler Beulbeul et demanda qu’on fasse préparer le carrosse afin de les déposer chez la jeune femme. Elle ne put s’empêcher de lui montrer son inquiétude.


Comment est-ce possible ? Il bouge bien, même trop. Je n’ai pas eu d’accident pouvant être responsable d’une quelconque malformation… A part de l’énervement mais … le perdre… après l’avoir porté autant de temps… quelle injustice.

Elle posa une main sur son ventre et le caressa. Etait-ce la punition du très haut pour avoir pêché, succombé à l’appel de la chair ? Mais cet être innocent n’en pouvait rien de la faute de ses parents…

Elle regarda les rues défiler, le cœur serré, une main toujours placée sur son ventre proéminant. Elle sentit une douleur lui vriller les reins, puis une seconde déjà plus forte…


Chez Beulbeul

Elles arrivèrent devant la demeure de Beulbeul. Un laquais l’aida à descendre et elle suivit la jeune femme à l’intérieur. Celle-ci là conduisit dans un petit salon ou une silhouette du médicastre, assurément, se tenait debout, de dos.
Son cœur se mit à cogner plus fortement dans sa poitrine et instinctivement elle esquissa un mouvement de fuite, reflexe de survie comme dirait certain…
Même de dos, elle l’aurait reconnu entre mille… Dragonet… la panique commençait à s’emparer d’elle. Que se passait-il ? Pourquoi était-il en Champagne ?
En se retournant, elle croisa le regard de Beulbeul. Elle se sentit prise au piège, manipulée… et les douleurs lancinantes ne l’aidaient pas à réfléchir.
Tout se bousculait dans sa tête, elle se revit à l’époque bénie de leur relation, tout n’était qu’amour et tendresse. Petit à petit le venin de la jalousie avait commençait son œuvre destructrice, il était libertin et elle souhaitait une relation stable. Les cris et les pleures avaient remplacé les mots et les gestes d’amour et avait eu raison de leur liaison. Elle avait décidé de ne plus jamais rien avoir à faire avec lui… même si elle savait porter le fruit de leur amour.
Le voir là réveillait en elle des sentiments qu’elle pensait avoir réussit à conjurer. Elle avait fait une croix sur lui et avait relégué l’amour qu’elle lui portait au fin fond d’elle-même, le remplaçant par la haine et la colère, enfin le croyait elle jusqu’à présent.

Elle voulut faire un pas vers la porte et quitter cette maison mais une douleur bien plus forte l’en empêcha. Un cri jaillit de sa gorge et elle se plia en deux sous l’effet provoqué…
Que se passait-il ? l’enfant avait-il décidé de venir en ce jour alors qu’elle n’avait qu’une envie, rentrer chez elle et oublier ?

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:16



Dragonet a écrit:
La drogue versée dans l'hypocras avait fait son office et oeuvrée durant la nuit, sa fille avait fait venir la duchesse, l'enfant viendrait au monde aujourd'hui.

Il était conscient que provoquer des contractions via goutte de d'alchimine, de framboisier et de sauge afin d'accélérer la dilatation du col. A quoi se rajoutais une plante que l'on utilisait habituellement pour provoquer de fausse couche mais qui en cett période ne ferais qu'accélérer la mise au monde.

Ce n'était pas sans risque ni pour la mére ni pour l'enfant, mais les étoiles étaient placées comme il le souhaitait, la mère était vigoureuse et c'était lui qui exercé.. A nul autre médecin il n'aurait accepté ce que lui s'autorisait allégrement. Et lui ne pouvait attendre, ls comtales et d'autres contraires lui imposé son propre rythme de vie.

Il vit la duchesse surprise de le voir et inquiète. Il ne s'attendait pas qu'elle lui saute au cou, mais savait qu'elle ne s'opposerait pas à sa décision.

Il lui adressa un sourire doux.


J'ai rendez vous avec une jeune personne, ma chère Maltea, et ce rendez vous ne peux attendre, j'ai donc pris la liberté de l'organiser chez ma fille, je ne pense pas que tu y vois d'inconvénient.

Beubeul, prépare ce qu'il faut pour l'accouchement de la duchesse, bassine, draps, couteau, table, eau tiède mais aussi eau chaude, et installe là au calme.

Maltea, je suis ravis de te revoir, tu te porte comme un charme, bien qu'apparemment très fatiguée, c'est une charge lourde à assumer quand on est enceinte.

Je suis sur que tout va bien se passer et que l'enfant se portera à merveille.
Tu t'installe, que je vois où nous en sommes.

Si mes calculs sont bon, ce n'est qu'une question de très peu de temps, et ce n'est pas ton premier.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:17

Beulbeul a écrit:
Le regard que lança la duchesse vers elle remplit Beulbeul d'un sentiment de culpabilité. Elle était tout à fait conscience des actes qu'elle faisait au moment où elle les faisait, mais elle n'avait pas prév ce regard empli de repoche.
Sur le chemin, elle avait tenté de rassurer la future maman, lui disant que tout allait bien se passer, et que le médicastre était le meilleur qu'elle connaissait. Mais ce regard la fit rougir jusqu'aux oreilles.
Beulbeul n'eut pas le temps de prononcer un mot, que Maltea se pliait en deux sous l'effet de la douleur.
Elle se précipita pour la soutenir.

Elle installa la duchesse confortablement dans un lit.


Etes vous à votre aise ainsi?


Puis alla préparer le matériel demandé par son père .

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:28



Maltea a écrit:
Maltea souffla, la contraction était passée et elle attendait avec appréhension la suivante. Elle avait oublié la douleur que provoquait un enfantement.

Elle se redressa avec l’aide de Beulbeul et se retourna sur Dragonet qui la regardait, un sourire sur les lèvres. Le même sourire du début de leur rencontre. Elle en fut déstabilisée mais se reprit rapidement.
Il lui parla et elle l’écouta, n’ayant que ce choix de toute façon. Elle sursauta en entendant ses paroles. « J’ai donc pris la liberté de l’organiser… » Comment pouvait-il savoir qu’elle enfanterait ce jour ? C’était impossible, il n’était pas devin et même elle ne l’avait pas une seule seconde vu venir. Hier encore avant de se coucher elle se portait on ne peut mieux, et rien ne laissait envisager le « pire ». Elle avait vu son amie, médicastre de son état, qui lui avait dit qu’elle avait encore un peu de temps devant elle. Aucun événement fâcheux n’aurait pu accélérer les choses.
Comment avait-il su ?


Je ne pense pas que tu y vois d'inconvénient.

Inconvénient dites-vous ? Et bien je n’ai pas le choix il me semble. Je me vois mal partir d’ici dans cet état, risquant la vie du bébé ainsi que la mienne. A moins de ramper tel un ver, ou me mettre à frétiller comme un poisson hors de l’eau pour retourner au château je n’ai comme solution que celle de rester en ce lieu sous votre joug. La seule pensée rassurante est que vous n’êtes point novice en accouchement et que votre fille est présente au cas où il y aurait un souci.

Il donna ses ordres à Beulbeul qui s’exécuta rapidement pendant qu’il continuait à lui parler. Elle ne pouvait détacher son regard de sa carrure imposante redevant l’espace d’un instant la jeune femme intimidée qu’il avait connue. Luttant contre ce sentiment d’impuissance elle essaya de témoigner quelques froideurs et de se montrer hautaine. Après tout, l’eau avait coulé sous les ponts et elle n’était plus tout à fait pareille. Elle était maintenant à la tête du duché de Champagne et la lourde charge l’avait rendue très rapidement moins écervelée et plus sure d’elle face à certaines personnes.

Maltea, je suis ravis de te revoir, tu te portes comme un charme, bien qu'apparemment très fatigué, c'est une charge lourde à assumer quand on est enceinte.

Ravi de me revoir, tant mieux pour vous, j’avoue que moi j’aurais préféré éviter cette rencontre mais bon…. Et de là à dire que je me porte comme un charme… je me porte plutôt comme une femme souffrant le martyr pour un moment d’égarement et de plaisir.

De plus vicomte, pour vous c’est votre grâce, n’oubliez pas que je suis à présent duchesse de mon duché et que la familiarité que l’on a pu avoir y il a de cela quelque temps n’est maintenant plus d’actualité.


Mais que lui avait-il pris de lui tenir ce discours ? Jouer sa prétentieuse n’était peut-être pas des plus judicieux, surtout en ce moment. Elle était à sa merci et n’était pas complètement rassurée. L’énerver n’était pas la meilleure chose à faire. Cependant elle ne pouvait s’en empêcher, après tout il lui avait fait beaucoup de mal et l’avait rabaissée plus d’une fois. Cela, elle ne pouvait l’oublier, tout comme l’amour qu’elle avait beau enfouir en elle mais qui refaisait insidieusement surface.

Beulbeul revint et la mis au lit comme une enfant, juste à temps. Une nouvelle contraction venait lui tendre le ventre et lui arracher un long gémissement de douleur. Elle n’eut pas le temps de répondre à Beulbeul qui avait l’air des plus embêtée.
Maltea ne lui en voulait pas, elle ne faisait que suivre les ordres de son père et elle savait comme il était difficile de lui résister. Elle essaya de lui faire un petit sourire afin de la déculpabiliser mais ne put afficher qu’un misérable rictus de douleur.
Elle sera les poings en fermant les yeux sous l’effet de la douleur. Elle le maudissait intérieurement, lui qui était là, le sourire aux lèvres, ne ressentant pas une once de la douleur qu’elle devait supporter pour donner la vie à son enfant. Ses mains vinrent se crisper sur les bords du lit. Elle haletait, la douleur lui coupant la respiration. Elle n’avait qu’une envie, planter ses dents dans la main de Dragonet qui se tenait non loin d’elle, il pourrait ainsi perdre un peu de sa superbe et avoir un peu mal. Non mais pourquoi devrait-elle être la seule à souffrir ! Quelque instant plus tard, la contraction s’estompa et elle put se redresser un peu et dit d’une voix rendue rauque par la fatigue et la souffrance :


Pourrais-je avoir un traversin afin de me redresser un peu, je vous prie ?...

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:31



Dragonet a écrit:
Elle semblait souffrir plus qu'il ne l'avait escompté.. Il savait l'usage de l'herbe Saint Christophe dangereuse, il découvrait aussi qu'elle pouvait être très douloureuse.

Il l'écouta discrètement amusé à l'idée de la voir retourner au château frétillante comme un gardon, mais l'image n'amusait que lui visiblement.

Il s'apprêta à voir ce qu'il pourrait lui administrer pour calmer la douleur quand elle le pris de Haut..Visiblement la douleur ne semblait pas si forte qu'elle ne puisse calmer sa Hargne.. Même si il devait admettre qu'elle était provoquée par la douleur physique et par la douleur morale, et qu'il avait sans doute contribué au deux. Il décida néanmoins de n'user ni de fumigation ni autres médications pour apaiser la douleur. Il avait envie d'essayer autres choses.

Il ignora la demande de traversin.

Il s'approcha son visage, des ses doigts, il caressa celui-ci . Il savait que le contact soudain la tetaniserait légerement sous le melange des emotions. Il ferma les yeux pour "mieux la voir". Lentement il se rememora leur jeux, et vis passer en revue les uns après les autres tout les muscles de la jeune femme qu'il avait en une occasion ou une autre vue à l'oeuvre. Les images troublantes se succedaient, mais il se concentra sur chaque detail de la peau, des muscles, des chairs, puis lentement ses mains la palpèrent la parcourant, notant chaque détails, chaque indice. Progressivement, il découvrait la manière dont certains muscles s'étaient ramollis, des chairs s'étaient formés, la peau s'etait tendu ou distendue. L'image de l'enfant, sa position, la capacité de la mère à pousser, tout cela se dessinait lentement.

Sa voie claqua soudainement dans le silence, que seuls les gémissements de la duchesse interrompaient de temps en temps.


Bien, les contractions se rapprochent, mais pas besoin de verifier pour savoir que le col n'est pas encore assez ouvert. Tu va aller avec Beubeul, faire quelques pas, pendant que je prepare un bain avec de la mauve, du fenouil, du lin et de la camomille. ça va te detendre en attendant que les contractions se rapprochent.

Vu les circonstances, tu n’accoucheras pas allongé mais à genoux ou accroupie et appuyés pour favoriser la descente de l'enfant et ma saisie. Il y a un risque d'hemorragie et je veux si c'est le cas que le sang s'ecoule et que je le sache.


Beulbeul aide là à se lever, pendant que je prépare le bain.

Sans se retourner pour vérifier si il etait ecouté, il commença à ramener le Baquet e à le remplir d'eau légèrement chaude.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:36

Beulbeul a écrit:
Elle était déjà parti chercher un traversin, mais n'eut même pas le temps de faire trois pas, que son père lui demanda de relaver la duchesse. Ce qu'elle fit sans discuter.

Elle jeta un regard à la duchesse qui souffrait visiblement. LA soutenant, celle ce descendit du lit et marcha difficilement.

Elle lui murmura


Détendez vous et tout se passera bien. Vous êtes entre de bonnes mains.

Pliant sous la douleur, la duchesse avançait péniblement, et Beulbeul la portait presque. Elle regarda son père, lui souhaitant de mettre cet enfant au monde en bonne santé.

Son père trop occupé à préparer le bain ne se souciait guère de ce que pouvaient penser l'une ou l'autre des deux femmes.

Beulbeul aurait souhaité dire quelque chose à la duchesse, mais ne put sortir un mot. Elle se dit qu'elle aurait bien un moment pour lui en reparler à l'avenir, surtout que la duchesse grimaçant sous les contractions, n'aurait peut être pas apprécier les paroles de Beulbeul.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 2:39

Le petit page a écrit:
Il avait été flatté que le vicaire lui demande ça, a lui, vous imaginez pas vous ! le vicaire de Reims. Ca faisait pourtant pas longtemps qu'il tirait sur la corde pour faire sonner les cloches de l'église et deja elle lui demandait son aide...........a lui !
Les yeux baisser, le visage rouge de confusion, il avait pris le petit paquet pour le fourrer dans sa poche avant de courir pied nu vers le château de Reims. Le souffle lui avait manqué plus d'une fois, mais elle avait précisé l'urgence de la livraison, il ne voulait pas rater le coche pour sa première mission.
Les cheveux en bataille, les joues rougit de la courses, il s'était présenté au garde du château dressant sa petite taille, bombant le torse en demandant a voir la duchesse, sur de l'importance capital de sa demande.
Mais cette dernière n'était pas la ! Il avait surement trop tardé! qu'allait dire dire a son excellence !
Une vague de chagrin le submergea, tirant bien vite un flot de larmes ininterrompu qui se mêlèrent a la poussière qui masquait son visage d'ange. Qui donc aurai pu résister dans la peine si sincère exprimé par le pauvre garçonnet ? pas le garde qui fut touché par l'émotion qui avait assaillit le jeune enfant, lui révélant ou la duchesse s'était rendu. Petite indiscrétion, mais ce n'était pas ce jeune mioche qui aurai pu lui nuire.

Passage nonchalant d'une manche sur son visage pour éponger ses larmes, sourire puérile jusqu'aux oreilles en guise de remerciement avant de reprendre une course toute aussi effréné jusqu'à la demeure indiqué. Tout n'était peut être pas encore perdu.
Nouvelle présentation après avoir fait retentir la petite sonnette, le visage maculé par ses précédentes larmes, mais le sourire bien présent.

La duchesse était bien ici.

Il tendit le petit sachet d'encens, précisant qu'il était a l'attention de la duchesse et reparti faire son rapport a l'abbesse de Compiegne, le regard bien droit laissant aucun doute sur la fierté ressenti du travail accompli.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:38



Maltea a écrit:
Elle le vit s’approcher d’elle et marmonna dans ses dents « arrière suppôt de Sat… . Elle n’eut pas le temps de terminer que ses doigts se posèrent sur son visage et le lui caressa. Son corps se raidit à ce contact soudain. Elle détourna la tête un peu brusquement essayant de calmer les battements de son cœur. Pourquoi lui mettait-on autant d’obstacle sur sa route ? Elle avait décidé de tout oublier, de tourner la page et il était là, devant elle, enfin à côté, ses mains lui parcourant le corps. Sensations étranges mêlées aux souvenirs, gémissement de douleur ou de… tout se compliquait une fois de plus et elle ferma les yeux, luttant contre son envie qu’il continue et celle qu’il arrête.
Elle reprit ses esprits lorsque sa voix raisonna.
Des ordres, encore et toujours des ordres, il ne savait faire que ça ! Elle soupira profondément.


Merci je le sais que les contractions se rapprochent, vous avez l’air d’oublier que moi contrairement à vous je les sens !

Elle lui lança un regard assassin.

Je ne veux pas marcher j’ai trop mal, j’aimerai vous y voir moi, vous n’avez pas de cœur ! Me faire marcher dans des conditions pareilles c’est inhumain.

Elle ne put continuer à râler que déjà Beulbeul la redressait pour la sortir du lit. Elle avait trop mal, elle repensa à l’accouchement de Liam et se dit qu’elle n’avait pas souffert de la sorte. Elle ne put s’empêcher d’être ironique.

Soit allons donc nous promener, ça tombe bien j’ai des courses à faire, direction place de Reims.

Elle se leva et à peine le pied mit à terre se retrouva agenouillée le torse plaqué sur le lit se tenant le ventre en hurlant de douleur.
Les contractions ici étaient beaucoup plus violentes et douloureuses. L’intensité ainsi que la durée était à son avis bien trop marquée. Elle se souvint de ses paroles et se demanda s’il ne s’était pas arrangé pour lui faire prendre une potion ou autre. Après tout elle le savait s’adonner à l’alchimie, elle se souvint des ouvrages qu’elle avait trouvé une fois et parlant des bienfaits et méfaits des plantes.
Elle en était pratiquement certaine, il était responsable de tout.


C’est de ta faute tout ça, je ne t’aurais pas connu je n’en serais pas là.

Les reproches dus à la souffrance fusaient à profusion de sa bouche.

Beulbeul la soutenait comme elle pouvait. L’accalmie revint et par excès de fierté elle se releva et avança courbée, telle la vieille folle que l’on disait sorcière et qui vivait à l’orée de la foret de Compiègne, essayant de se redresser mais sans succès.

Voilà maintenant qu’il parlait de lui donner un bain, il en était hors de question !


Vous pouvez rêver de me voir prendre un bain devant vous et puis quoi encore…

Elle releva fièrement la tête et fit trois pas avant de s’arrêter en broyant le bras de Beulbeul.
Les contractions se rapprochaient de plus en plus. Elle n’arriverait jamais à supporter cela, ses forces commençaient à quitter son corps. Elle le savait qu’elle aurait dû dormir plus, mais les affaires ducales lui prenant du temps, une partie de ses nuits y passait.

Elle eut une petite pensée pour la pauvre jeune femme à qui elle enserrait le bras mais celle-ci fut rapidement remplacée par une envie de meurtre.
Elle le vit préparer le baquet et n’eut qu’une envie l’y pousser tout habillé et l’y noyer. Accoucher à genoux ou accroupie, il la prenait pour un chien ou quoi? Comment allait-elle faire ça?

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:42



dragonet a écrit:
Il sourit.. en 5 phrases, il y avait eu 5 reproches ou attaques. Il ne put s'empecher de plaindre un instant richard.

Si je te fais marcher c'est pour accélerer la descente, et le bain c'est pour te soulager de la douleur, tu vsa en avoir besoin.

Et je te demande pas de le prendre devant moi,Beulbeul va t'aider, je te suis même gré de m'epargner cela. Je vais preparer de quoi calmer les douleurs.

Beubeul, tu surveilleras l'ouverture, tu me previens lorsque les contractions seront dans un laps de temps inférieur à celui de ce sablier que voila, ou si l'ouverture te semble egal à celui d'un ecu. Je te remercie ma chérie.


Il songea amusé que la force de leurs caractéres mutuels avaient assurement rendu chacunes de leurs relations plutôts excessive. Il songea au processus de subblimation alchimique soudaiment. Deux etats incompatibles qui par la volonté de Dieu ou de la science, devenait l'un l'autre. De fait , il n'etait qu'un domaine où leurs caractéres trouvaient son harmonie.Il se demanda si l'enfant a venir n'etait pas l'etats intermediaire entre leurs nature, le fusionnement des deux.Il se demanda aussi amusé si cela pouvait donne un être exeptionnel ou un monstre inhumain.

Plongé ans ses pensés il entendu frapper. Un jeune garçon lui tendit un sachet d'encens. Il se demanda si il devait apprecier ou s'en irriter. Il entendit la duchesse pester et crier de douleur en entrant dans la baignoire et fort peu aristotélitiquement, cela le fit sourire. Il décida donc de le prendre bien.


Merci mon petit.

Il le laissa partir , laissant une piece, prenant soin de retenir son visage. On n'etait jamais trops prudent.

Puis il termina d'aller preparer ses huiles, sifflotant pour couvrir d'eventuels eclats. La naissance s'annonçait malgrés tout assez bien.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:43

Beulbeul a écrit:

BEulbeul écouta attentivement les recommandations de son père. Elle n'en était pas ) son premier accouchement et tout cela avait un air de déjà vu. Mais le simple fait que ce soit la duchesse l'intimida.
Une fois son père ait quitté la pièce, elle aida Maltéa à se dévêtir, puis la guida lorsque celle ci entra dans l'eau.


La conversation entre ces deux être l'amusa quelque peu. Elle n'avait jamais été proche des amies de son père, mais pour une première fois, elle trouva cela amusant.

Mais elle prit garde à cacher le sourire qui naissait sur son visage, et se ressaissit.


Le bain eut tendance à apaiser un peu la duchesse, et Beulbeul vit qu'elle se détendit presque un moment.

Tout en l'installant le plus confortablement possible, elle surveillait le travail qui avançait vite.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:44



Maltea a écrit:
Maltea commençaient à avoir peur, rien ne se déroulait comme elle le souhait. Dans un premier temps elle aurait voulu son amie près d’elle et elle se retrouvait en ce lieu. Certes avec des personnes qui s’y connaissaient mais… Elle regarda Dragonet qui avait l’air de plus en plus amusé et satisfait. Surement qu’il n’en avait pas eu assez de la démolir moralement, la voir maintenant souffrir physiquement devait lui faire chaud au cœur.
Un voile de tristesse assombrit son regard, elle avala difficilement sa salive lorsqu’elle l’entendit lui dire qu’il lui en était reconnaissant de lui épargner la vision de son corps.
Il lui dit aussi qu’il allait aller lui préparer quelque chose pour atténuer la douleur. Elle ne le regarda pas et se dirigea vers le baquet.


Non merci je ne prendrais rien venant de vous, j’ai l’intime conviction que vous y êtes pour beaucoup dans ces douleurs insoutenables donc je préfère souffrir quitte à en mourir…

Mourir… elle serait libérée de tout et n’aurait plus à subir la haine ou la pitié.

Une nouvelle vague la terrassa et elle se mordit les lèvres au sang afin de ne point montrer sa douleur. Si seulement Richard était là… lui au moins l’aimait et il lui tiendrait la main en ce moment éprouvant. Il ne savait même pas où elle se trouvait en ce moment même ni même ce qui se passait. Elle allait peut-être mourir en donnant la vie et ne pourrait pas le revoir ne serait-ce qu’une dernière fois.

Toutes ses forces la quittaient peu à peu et elle se laissa dévêtir puis entra dans l’eau en pestant tout de même un peu lâchant un énorme juron lorsqu’une nouvelle contraction la prit de court. Le contact de l’eau chaude lui fit du bien. Il avait au moins eu raison, cela calmait un peu les douleurs. Elle ferma les yeux et essaya de se détendre un peu. L’eau commençant à se refroidir, elle se mit à greloter et pensa qu’il ne manquerait plus qu’attraper la crève pour que le tableau soit idyllique à souhait.
Mais dans quoi avait-elle encore était se fourrer ? Jamais elle n’avait su faire le bon choix dans sa vie.
Elle avait cru en l’amour de cet homme mais se rendait compte aujourd’hui qu’elle n’avait été qu’une idiote de plus dans sa collection. Ceci dit elle le comprenait, d’ailleurs elle se demandait quand est-ce que Richard allait se rendre compte qu’elle n’était qu’une belle idiote et l’abandonner lui aussi. En y réfléchissant bien, peut-être qu’il le savait déjà et que cela lui convenait à plus d’un titre.
Peut-être devrait-elle rester seule, après tout elle était beaucoup plus heureuse à l’époque insouciante de sa jeunesse, bien qu’elle n’était pas bien vieille mais bon…

L’eau était de plus en plus froide et pour essayer de tuer le temps, elle comptait les minutes séparant deux contractions.
1,2,3, nous irons au bois… 4,5,6 cueillir des cerises, 7,8,9 dans mon panier neuf…. Trop, s’en était trop !

Sans prévenir elle se releva et sortit du baquet essayant de ne pas glisser sur le sol humide. Une fois stabilisée sur ses deux jambes, elle sourit. Elle avait réussi à sortir sa carcasse de l’eau sans aucune aide. Soudain, elle sentit un liquide chaud couler entre ses jambes. Elle y passa la main, vu qu’il lui était impossible de voir quoique ce soit avec son énorme ventre, et y vit du sang.
Elle poussa un hurlement de détresse avant de s’évanouir sur le sol…

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:46



Dragonet a écrit:


Dragonet avait preparé l'encens pour un usage qui aurait bien surpris celle qui visiblement les avait envoyés.

Puis il prepara l'huile si il etait besoin d'aller chercher l'enfant, car il serait trop tard le moment venu.

C'est a ce moment qu'il entendu le cri. Il se précipita, la souleva pour la déposer sur le lit, et l'examina pour la premiére fois inquiet.

La poche de la secondine s'etait rompu, et l'uterus avait poussé les vaisseaux sanguins et la paroi abdominale.

Le sang,la soudaine paleur du visage, le relachement musulaire, autant de signe qui ne trompais pas.

Elle ne tarderait pas à avoir une sensation de chaleur, quelques sudations, peut être un flou visuel et un sentiment de faiblesse.

Il fallait ecarter l'enfant pour liberer les vaisseaux, et la reveiller..

Il commença par quelques palpation par deplacer le bébé, puis fit passer des sels à la duchesse..

tout en les lui faisant respirer, il chanta doucement prés de son oreille un ancien chant pré-christosien, qui narrait l'histoire d'une jeune fille quittant le soleil pour renaitre sur terre et y accomplir un fabuleux destin. Le chant etait en occitan et transmis par d'anciennes matrones au fils des siecles. Sa voix etait douce et mélodieuse, une main tenait les sels, l'autre la main de maltea, son regard ne quittant pas ses paupières, sa gorge, son souffle.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:47

Beulbeul a écrit:
Beulbeul avait laisser faire la duchesse lorsqe cette dernière avait voulu sortir de l'eau. Elle la vit sourire, puis blêmir. Maltéa s'évanouit en lançant un cri puissant, et Beulbeul essaya tant bien que mal de la retenir, chose impossible de soutenir ce corps inerte et si lourd.

BEulbeul n'eut pas le temps de prévenir son père qu'il était déjà là, Les choses allaient vite, et jamais oh grand jamais, elle n'avait assisté à un événement de ce genre.

Beulbeul sentit son coeur battre plus fort, et vit la panique arrivait. Elle ferma les yeux un instant, respira profondément et son coeur se calma.
Elle ouvrit alors les yeux


Que puis je faire pour t'aider ? Que doit on faire ? As tu besoin de quelque chose ?

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:49



Maltea a écrit:


Une voix chantonnait à son oreille et elle reprit ses esprits. Elle sentit une main tenir la sienne et leva les yeux. Dragonet…Que faisait-elle là ? Soudain elle se rappela, le bébé…
Elle dégagea sa main comme si elle venait de recevoir une décharge et elle se redressa malgré les contractions. Elle sortit du lit aussi rapidement que son gros ventre le lui permettait.
Elle entendit Beulbeul demander ce qu’elle pouvait faire et elle saisit l’occasion. Resté à savoir si elle oserait désobéir à sa duchesse afin de plaire à son père...


Dame Beulbeul, je vous ordonne de me ramener au carrosse qui m’attend devant votre demeure. J’exige de rentrer chez moi et de pouvoir accoucher avec des personnes aimantes à mes côtés et non pas ici. Sachez que je n’ai rien contre vous, d’ailleurs je vous demande de m’y accompagner afin de suivre l’évolution.

Elle se dandina jusqu’à la porte de la chambre, pressée de quitter cet homme. Tenant son ventre à deux mains, priant pour qu’elle arrive au château sans encombre. De toute façon le sang était mauvais signe et si l’enfant devait rejoindre le très haut de par son volonté, elle ne pourrait point mettre sa main en face.
Il fallait bien payer les erreurs commisses. Étonnant comme c’était toujours à elle à payer alors qu’il fallait être deux dans ces cas là, mais bon, c’était un homme, donc avait tous les droits…

Encore une fois il l’avait manipulée mais elle ne se laisserait plus faire. Il n’avait plus aucun ascendant sur elle. Il avait suffit qu’elle prenne conscience du fait qu’il ne l’aimait pas pour se sentir arrachée à son joug.
Elle en avait connu des hommes, mais celui-ci faisait partie de ceux de la pire espèce.
Si son enfant survivait à cela, elle ferait tout pour qu’il puisse avoir une vie autre que la sienne.
Si c’était un garçon, elle l’élèverait dans le respect des femmes, si c’était une fille, elle la tiendrait loin, bien loin des prédateurs dont faisait partie son père.

Elle sentit l’odeur d’encens ce qui lui fit penser à sa conversation récente avec son excellence Mytia ce qui l’emmena à penser à autre chose. Sa détermination se faisait plus forte.

Pourquoi ce revirement de situation, elle ne savait se l’expliquer… Enfin si, depuis le début elle rechignait mais n’avait pas trouvé la force de résister, ce n’est que maintenant qu’elle l’avait enfin trouvée. Sa vie elle n’en avait cure, de toute façon quoiqu’elle fasse, la vie n’était que malheur et tristesse alors à quoi bon se battre pour vivre. Elle ne manquerait pas à grand monde de toute façon.

De toute façon il ne pourrait pas l’assommer afin de la forcer à rester là. Inconsciente, elle ne pourrait pousser et l’enfant mourrait. Lui ouvrir le ventre était hors de question, cela ne se faisait que sur des femmes déjà décédée en couche et cela s’apparenterait à une tentative de meurtre sur sa personne. D’ailleurs elle allait demander une enquête, elle était certaine d’avoir été droguée ou autre et cela serait prouvé elle en était certaine.
Elle repensa à la veille et au gout de l’hypocras qui lui avait semblé douteux.


L’hypocras….espèce de…

Elle ne le regarda même pas et continua sur sa lancée, butée comme elle savait si bien l’être avec tous ceux se mettant au travers de son chemin.
S’il voulait un enfant qu’il aille le faire ailleurs, il n’était pas sans femme, c’était d’ailleurs pour ça qu’il avait toujours voulu cacher leur liaison. La seule fois ou il l’avait avouée c’était pour se débarrasser d’une femme à qui il avait promis le mariage. Elle haussa les épaules. Elle était finalement arrivée jusqu’à la porte de la chambre c’était déjà ça…. Plus que quelques mètres et elle serait libre.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:51



Dragonet a écrit:
Il avait tenu compte de l'avis de sa confesseuse il avait traversé de nombreuses régions pour venir l'accoucher et mettre au monde leur enfant, et la grossesse n'avait été mené à son terme que parce qu'il avait souhaité le garder.

Et cela,sachant qu'elle avait déja accepté de donner sa main à un autre.Mais ils s'etaient aimé, et l'enfant bien que née hors des liens du mariage étaient née de l'amour de deux êtres dans la tradition aristotélicienne.

Ce simple fait avait justifié les efforts qu'il avait fait, et le subterfuge qu'il avait du employer. Il tenait à accoucher cet enfant ensemble. Elle l'avait accueilli avec son caractère habituel, mais il l'avait accepté, car il comprenait sa souffrance et etait plus que conscient du rôle qu'il y avait joué.

Elle n'avait cependant jamais compris qu'il avait passé sa vie plus libre que quiconque et ce qui pour elle n'etait pas un emprisonnement quand c'etait guidé par l'amour restait pour lui une façon de vivre qui lui etait difficile d'intégrer.

Elle n'avait pas eu la patience de l'attendre, et avait pris le premier qui lui avait témoigne la docilité qu'elle attendait. Il ne pouvait vraiment lui en vouloir.

Mais sa présence restait le signe de ses sentiments qui s'etait pas taris, et qui avais rejaillis des qu'elle s'etait sentis mal. Il fut donc heurté de la voir retirer sa main avec violence et se lever.

Il ecouta maltea..

Se redressa..


La secondine s'est perçé, il n'y a plus rien pour proteger l'enfant, il doit ressortir vite, tu as peu de chance d'aller au chateau et qu'il soit viable. C'est même dangereux pour toi.

Pour une fois met de coté ta fierté, et laisse moi faire. L'orgueil est la pire des raisons pour causer la mort des êtres vivants.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:54



Maltea a écrit:
Elle s’arrêta net, ne sachant que faire. Oui c’était par fierté et orgueil et alors…mais aussi par peur. Le revoir l’avait plus qu’ébranlée. Malgré tout le mal qu’il lui avait fait elle l’aimait toujours. Certes, elle avait accepté la demande en mariage de Richard mais il savait les sentiments qu’elle nourrissait encore pour Dragonet. Elle ne s’en était pas cachée surtout dans ses moments de doute.

Que faire, rester au risque de succomber. Partir au risque de perdre cet enfant. Sa propre vie elle s’en fichait, ce n’était surement pas un argument qui la retiendrait.
Ce qui la retenait encore plus était l’émotion qu’elle avait cru ressentir dans sa voix. Se pouvait-il qu’elle se soit trompée ? Sa colère l’aveuglerait-elle au point de ne pas se rendre compte de ses sentiments ? Elle avait toujours douté de tout de toute façon. S’il y avait bien une chose qu’elle ne pouvait décidément ne pas maitriser c’était sa faculté de douter de tout en amour.

Elle hésita un moment puis se retourna et croisa son regard. Elle ne pouvait plus en douter, il était inquiet. Elle allait parler lorsqu’elle eut une envie forte envie de pousser, ce fut donc la seule chose qui franchit ses lèvres.


Drago, je dois pousser…c’est trop tard.

Elle se rendit compte par la même occasion qu’elle n’était même pas vêtue. Toute à sa colère elle n’avait pas pris en compte ce paramètre pourtant très important pour une duchesse. Sortir en chemise trempée n'était pas la meilleure idée qu'elle avait eue. Ceci dit elle se souvint de certaines disputes avec lui lorsqu'elle allait se calmer loin de lui dans le plus simple appareil.

Aide moi, je t’en supplie, je n’y arriverais plus là.

Mais qu’elle idiote ! Encore une fois elle avait faillit faire la pire bêtise de sa vie. C’est pas à en confession qu’elle devrait aller mais à des cours de tempérance, ou comment laisser dormir le volcan qui sommeille en vous…

Elle avança tant bien que mal vers Dragonet et lui prit la main qu’elle serra fortement. Elle ne savait que faire. Elle essayait de ne pas pousser pour ne pas que l’enfant choit sur le sol mais c’était plus fort qu’elle. La panique s’empara alors d’elle. Il y allait avoir une catastrophe, elle le sentait… elle sentait la tête du bébé pousser en amorçant sa descente.


Il lui avait dit quoi déjà ? A quatre patte ou accroupie ? Elle ne savait plus. Elle lui cria de se dépêcher.

Mais dépêche toi pour l’amour du ciel, je ne saurais pas tenir longtemps en serrant les cuisses de cette façon, j’ai peur… Qu’est ce que je dois faire, guide moi !

Le vouvoiement avait disparut, laissant place à la formulation intime, signe chez elle du retour au calme et de la fin de son caprice enfantin. Grandirait-elle un jour ?
Elle explosait sans cesse à la moindre contrariété ou signe qu’elle pensait voir sans en avoir de preuves tangibles. La fatigue ne devait pas y être étrangère. Il y avait aussi toutes les rumeurs qui étaient venue jusqu’à elle et qui la rongeaient depuis quelque temps maintenant. La jalousie, perfidie et insidieuse avait le reste… Elle regrettait ce qu’elle avait fait mais aussi ses pensées. Par la grâce de dieu, il ne pouvait les avoir entendue, c’était déjà ça, à moins que dans sa colère, elle les ait dites tout haut, ce qui ne l’étonnerait guère.

Elle poussa un gémissement alors que son corps essayait d’expulser l’enfant et qu’elle luttait pour l’en empêcher.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:56



Dragonet a écrit:
Elle lui prit la main, et s'affola légerement.

Calme toi, ça va très bien se passer, met toi accroupie..

Beubeul, tu te met derrière, tu la soutient solidement qu'aucun autres muscles ne soit solliciter autres que ceux nécessaire.

Maltea, tu va laisser aller, l'enfant est en un peu en avance, il sera pas trops gros, le col est dilaté, tu as bu ce qu'il fallait pour faire une breche aussi grande qu' une garnisons de loups de champagne ferait dans un groupe d'artesien , et avec le poids de l'enfant, ça va venir tout seul, t'aura même moins mal que jusqu'a present.


Il ne lacha la main que quand sa fille assura bien sa position.

Vas y pousse je la recueille..

Plongeant sa main entre ses cuisses, il alla chercher l'enfant, plongeant ses mains d'abord dans le melange d'huile de violette et de laurier pour mieux s'enfoncer et accompagner la descente.

Sortant la lame, il tranchant simultanement le cordon d'une largeur d'une main, observant la tonicité, la couleur de la carnation, le cri..


C'est une fille Maltea, elle est ma ginifique.. prend la.

Il la lui passa dans les bras, examinant à present que la mère se porte bien

Tu vas aller t'allonger avec elle puis je la reprendrais pour la nettoyer. Beubeul va t'aider pour ta toilette.

Tu t'es bien débrouiller, je vais aller te chercher un bouillon.


Il lui deposa un baiser, puis se leva

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 17:59



Maltea a écrit:
Se calmer ? Alors qu’elle avait ressentit de l’affolement dans sa voix… Elle l’écouta néanmoins et s’accroupit enfin essaya de s’accroupir du mieux qu’elle le pouvait, gênée en ça par le volume de son tour de taille, de sa fatigue que son esclandre n’avait point arrangé ainsi que des douleurs qui s’amplifiaient. Malgré tout elle ne put s’empêcher entre deux poussées de crier :

Je le savais, j’avais… ahhhhhhhhhhhhhhhh…. Raison… l’hypocras… grumblegrumph… tu perds rien pour attendre…

Beulbeul la soulagea en se plaçant derrière elle et en la soutenant du mieux qu’elle le pouvait. Elle broya violement la main de Dragonet avant que celui-ci ne l’ôte de la sienne. Petite vengeance personnelle pour la souffrance qu’il lui avait faite endurer depuis quelques heures maintenant, de plus cela l’avait aidée à pousser.
En effet, elle avait des difficultés à pousser correctement. Au lieu d’expulser et de pousser « avec son ventre », elle poussait mais en bloquant. Le fait de serrer de sa main lui avait donné le mouvement adéquat.

Elle sentit ses mains l’écarter afin de faciliter le passage de la tête de l’enfant. Elle continuait à pousser, hurlant par moments pour se donner du courage afin de continuer ainsi que pour l’aider à pousser plus fort.
Elle avait l’impression que les vaisseaux de son visage allaient exploser sous l’effort qu'elle faisait.

Elle arrêtait afin de reprendre son souffle et sentait l’enfant remonter. Elle devait faire un effort ou jamais il ne passerait, ce qui était dangereux pour lui.

Elle se reconcentra et poussa en hurlant, c’est alors qu’elle sentit la tête passer. Le plus dur était fait… le reste du petit corps suivit facilement lorsqu’elle poussa une dernière fois. D’abord les épaules et ensuite ses fesses. Elle poussa un petit cri de soulagement en entendant l’enfant crier. Les larmes roulèrent sur ses joues, emportant avec elles, le stress et la peur de ce moment.
Cependant ce n’était pas fini et elle le savait. Alors qu’il lui donnait sa fille dans les bras, elle devait encore pousser afin d’expulser le placenta. Elle maugréa mais le fit afin d’être complètement délivrée.

Une fois cela fait, elle eut le loisir de contempler sa fille. Il avait raison, elle était magnifique. Elle avait le teint d’une rose, les sécrétions se faisant rare. Sa peau n’était pas fripée comme beaucoup de bébé. Elle n’avait pas l’air d’avoir souffert contrairement à sa mère.

Elle ne put s’empêcher de déposer un baiser sur la tête de sa fille et de la caresser tendrement, oubliant qu’elle ait pu souhaiter sa mort à une certaine époque pas si lointaine que ça.


Bienvenue à toi jolie petite Isaline.

Ils l’aidèrent à se relever et elle ne se fit pas prier pour s’allonger tout en serrant le corps du bébé contre elle. Elle du rire en la voyant chercher le sein.
Elle regarda Dragonet et lui dit :


Dépêche toi de la nettoyer, je pense que ta fille a faim, très faim même, regarde ça, elle cherche déjà la source de sa nourriture.

Elle lui sourit tendrement.

Le bouillon peut attendre, occupe toi de notre fille avant, je peux attendre.

Elle caressa la joue de l’enfant avec une infinie tendresse avant de la donner à son père.

Elle frémit lorsqu’il lui déposa un baiser et pour cacher sa rougeur lui lança en riant :
tu as vu elle me ressemble c’est mon portrait craché...

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 18:01



Dragonet a écrit:
Il prit l'enfant que lui tendait sa mére..

Il la montra à Beubeul..


Je te présente donc Isaline. Qu'importe le nom qu'elle portera et qui l'eduquera, c'est ta soeur de coeur, et quiconque s'en prend à elle s'en prend à nous.
Je compte sur toi pour garder cela en tête et veiller sur elle dans le futur.
Tu auras l'occasion de la revoir plus souvent que moi et de lui transmettre mon amour.
Il alla nettoyer sa fille, à l'eau tiede puis dans en dispersant un melange de miel, de rose,et de quelques autres ingredients, pour faire une fine pellicule la protegeant du froid.


Il l'embrassa tendrement, puis la rendit à sa mère. Observant le sein, il taquina..

Je la comprends fort aisement.

Je vais devoir repartir au Limousin, j'ai une campagne à gagner et des têtes à faire sauter, et je préfére ne pas rester trop longtemps sur les terres de la curia.

Je vais te faire ton bouillon, et Beubeul va s'occuper de vous.

Je serais toujours là pour vous 3, mais je ne suis pas prêt pour le mariage encore. Richard est un gars bien, mieux que moi en bien des aspects et il saura te rendre heureuse , je pense.

Et je reste pas loin si besoin.


Il s'approcha d'elle et l'embrassa tendrement..

Je t'aime sois en sur, mais je choisis ce qui est le mieux pour toi. Et ce n'est pas moi. Prend soin de notre fille, tant qu'elle sera là, je serais jamais très loin, et j'aimerais en être le parrain légal. Elle ne manquera jamais d'amour.

J'ai fait une céremonie auprès de Gabriel , Georges , Michel, Miguaël, Galadrielle, Sylphaël et Raphaëlle et j'ai choisis soigneusement la date de sa naissance. Les auspices lui sont plus que favorable.

Elle aura je pense un grand destin.


l'embrassant encore une fois.

Prend soin de toi..

Beubeul.. je compte sur toi pour finir, je dois prendre la route sur le champ.


Il sortit, un pincement au cœur

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 18:03




Maltea a écrit:


Elle le regarda partir sans un mot. Lorsque Beulbeul revint elle lui demanda d’aller au château dire à Richard qu’il vienne la rejoindre. Elle avait besoin de le voir et surtout de lui parler.

Elle se retrouva seule et serra sa fille dans ses bras, pleurant toute les larmes de son corps. Il était parti et son cœur s’en retrouva meurtrit.
Elle posa les yeux sur sa fille et tressaillit. Quelque chose n’allait pas, elle en était certaine. Son teint n’était plus rosé mais commençait à bleuir. Elle cria mais elle était seule dans la maison. Que se passait-il ? Elle souffla sur son visage afin de la faire réagir, mais sans succès…

Un grand destin avait-il dit ! C’était donc la mort le destin pour sa fille ? Elle la regarda impuissante, ne sachant plus que faire à part pleurer. Elle venait de perdre son père et maintenant c’était sa chair et son sang qui s’en allait rejoindre le très haut.
Tout cela pour rien, les heures de souffrances, autant physique que morale.

Le corps du bébé se relâcha dans ses bras, comme si elle venait de rendre son dernier souffle.

Maltea de désespoir hurla sa douleur serrant le petit corps sans vie de sa fille contre son sein. Elle eut un comportement étrange...
Elle la berçait doucement ne sachant s’en écarter, lui murmurant des mots d’une incroyable tendresse. Son regard ne lui témoignait qu’amour bienveillant. On eu dit que toute sa raison venait de la quitter en même temps que le dernier souffle de vie de son enfant.


Dort bien mon trésor, maman veille sur toi. Tu sais que tu es belle toi ? Tu vas en faire battre des cœurs plus tard, mais attention à toi ma fille, ne tombe jamais amoureuse, je t’en conjure.
Tu vas bientôt rencontrer l’homme qui va t’élever, tu vas voir il est gentil ma chérie, il t’aimera comme sa fille, je t’en fais la promesse.


Elle resta dans cette position la berçant, la câlinant comme si rien ne pouvait troubler ce moment d’intimité entre la mère et la fille.

Pour elle, l'enfant n'avait pas eu la chance de vivre longtemps, le très haut en avait décidé autrement et rien ni personne pour elle ne pouvait changer cet état de fait.
Tout était de sa faute… si elle n’avait pas fauté et provoqué la colère divine, cet enfant serait encore en vie. Le destin s'acharnait une nouvelle fois sur elle. Aurait elle la force de rebondir une nouvelle fois ou attendrait elle la mort afin de rejoindre ses enfants que le très haut avait rappelé à lui en les arrachant dans leur prime jeunesse...

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1655
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   Ven 5 Juin - 18:06



Dragonet a écrit:
Ayant oublié sa sacoche, Dragonet revins dans la maison, il entendit des cris d'effroi et se precipita.

Beubeul etait déja sortit, et il vit la duchesse serrer leur enfant, serrer l enfant et lui parler d'une voix etrange le discours peu coherent l'enfant devenu soudainement bleu.

La couleur indiquait un manque d'air, sans raison, et il n'en voyait nul autre que l'etouffement.

Il savait que ça arrivait parfois,certaines secretions residuellse restaient bloquée dans la gorge.

Il se précipita, prenant l'enfant d'un mouvement décidé,amena sa bouche contre celle de l'enfant, aspira tout en retournant l'enfant vers le bas, et tapotant de ses doigts dans le dos.

au bout de quelques pression et aspiration, les secretions furent ejectées..

Il tendis l'enfant à la mère avant d'aller lui même recracher les restes, se retenant de vomir..Il se rinça la bouche du reste de bouillon et recracha encore.

Il observa encore bleme la mére et l'enfant..


[/rp
Note: le RP à été légèrement modifié pour tenir compte de la volonté des deux PJ, ce qui était pas le cas. Malgré ces changements nous vous souhaitons de prendre plaisir à le lire

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[1456-10] A l'aube d'une vie [Naissance d'Isaline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Depuis Avril 1456
» Collection L'aube des peuples.
» Demain, dès l'aube...
» L'état civil de l'Aube est en ligne
» Les messagers de l'aube - BarBara MarciniaK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Brienne et Duché de Rethel :: Le chateau de Brienne :: Tour Sud - Bibliothèque-
Sauter vers: