Duché de Brienne et Duché de Rethel

Lieu de vie des familles di Favara & Fontanaz ainsi que de leurs vassaux
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anoblissements, il était temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Lylla
Dame de Compagnie
Dame de Compagnie
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Ven 26 Mar - 14:58

En fin de compte, elle était loin d'être la seule à éprouver de l'anxiété, la jeune femme reconnaissait sur les traits habituellement si posés d'Ana, le même trouble que celui qui l'agitait. Sans doute les raisons en étaient elles différentes, la cousine d'Ana étant Maltea, elle ne devait pas s'attendre à voir apparaître en ce salon un cousin au grand cœur et à l'humour décapent, capable de tout pour le simple fait de faire perdre contenance et entendre rire sa blonde cousine.

Laissant Ana saluer Cune, elle fit un aller retour plus que rapide vu sa distance jusqu'au buffet afin de s'emparer d'un nouveau gobelet et revenant vers les jeunes femmes le tendit à Ana en souriant. Puis le levant juste à hauteur de poitrine afin de trinquer discrètement, elle laissa un léger mais sincère sourire venir effleurer ses lèvres
A cette journée Mesdames...
Revenir en haut Aller en bas
Gnia

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Ven 26 Mar - 16:12

Un petit sourire amusé continua de flotter sur le visage de la Vicomtesse après que Koroseth eut pris congé. Finalement cette cérémonie allait peut-être être un peu moins ennuyeuse qu'à l'ordinaire. Bien lui avait pris de tenter de donner au monde visage plus avenant, finalement l'on rencontrait parfois quelques personnes qui avaient l'air d'en valoir la peine.
Argh ! Coupe vide ! Plongée dans ses pensées, Agnès avait voulu boire une gorgée et n'avait recueilli qu'une maigre goutte.
Heureusement que le domestique avait l'oeil, parce qu'elle n'eut même pas à tendre ostensiblement le récipient pour qu'il soit à nouveau empli.
Pour un peu elle l'aurait bien débauché comme échanson particulier celui-là. C'est que le petit personnel n'était plus ce qu'il était. Il devenait rare d'en trouver qui connaissait son affaire.

Elle se demandait si serait raisonnable de prendre un domestique champenois à son service lorsque Maltea s'approcha.


Viens donc à mes côtés, tu seras mon duc de Brienne pour aujourd’hui.

Un regard éberlué suivit Maltea qui éclatait de rire en regagnant sa place.
Le pire, c'est qu'elle savait qu'elle ne plaisantait pas. Intenable, cette foutue blonde !
'Fin, cela dit, cela avait été cette qualité indéniable qui avait poussé la Saint Just à en faire sa vassale. Si Maltea avait été politiquement correcte, il aurait été fort probable que les deux n'accrochent jamais.

Qu'à cela ne tienne, va pour endosser le rôle du Duc, ça avait un côté plaisant. Et Agnès était sure que quelque part, Le Bleu, son père et son fils, tout ce petit monde devait se retourner allégrement dans sa tombe à cette idée. Et ça, ça n'avait pas de prix.

Et donc, petit sourire satisfait aux lèvres, elle suivit Maltea et un pas en retrait, resta debout derrière elle, toisant la petite assemblée réunie de son regard dur à l'azur sombre, les trait altiers ne trahissant plus aucune émotion si ce n'est une distance hautaine.

Puis prise d'une inspiration subite, elle s'approcha de l'oreille de sa vassale et lui glissa


Juste pour préciser... Je n'assure pas toutes les prestations qu'assurait le Duc de Brienne, hein. Pour la nuit torride, faudra te trouver quelqu'un d'autre.
Et à moi aussi par la même occasion.


Et de se retenir de pouffer avant de reprendre sa place, en glissant tout de même un regard panoroamique sur ce qui pouvait s'avérer comestible dans la salle. Maigre choix...
Quoique à la réflexion, y'avait bien le Maréchal... Plutôt bien fait de sa personne... M'enfin avec les hommes mariés, l'on ne savait jamais où l'on foutait les pieds...
Concentration, papillon !
La cérémonie allait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Rhân

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 27 Mar - 22:54

Puisque la duchesse savait comment se déroulait un anoblissement, le maréchal n'avait donc plus rien d'autres à faire qu'à regarder tranquillement les choses se faire et les deux acteurs de l'évènement jouer chacun leur rôle. Il n'y aurait qu'à la fin où il faudrait qu'il prenne sa plume et son sceau pour imprimer sa marque sur la patente.

Les portes se fermèrent et les quelques invités, surtout des femmes, continuaient leur discussion entre eux. Même la future suzeraine et la suzeraine de celle-ci papotaient tranquillement. Il faudrait bien pourtant que les vassaux et futurs vassaux les interrompent si on voulait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Sacraï d'Eirbal



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 24/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Dim 28 Mar - 3:54

Comme à son habitude lorsqu'il devait assister à une cérémonie, Sacraï était parti bien en avance de son domaine pour être sur d'être la à temps.Tout était prêt, sauf sa femme qui restait sur place pour s'occuper du braillard.Au moins il pourrait faire ce qu'il voulait sur la route.Malheureusement la route jusque Brienne était semée de taverne et comme à son habitude, qui était aussi la raison de ses départs à l'avance, Sacrai entrepris de toutes les visiter et les tester.Après s'être retrouvé plusieurs fois à dormir près d'un ruisseau il avait décidé de demander aux aubergistes de l'enfermer dans une chambre après les dégustations.Seulement le dernier l'avait oublié et le pauvre vieux avait du sortir par la fenêtre en descendant le long d'un arbre dont les branches passaient aux abords de la chambre.La descente ne fut pas très longue mais assez douloureuse pour les vêtements enfilés pour l'occasion afin de faire plaisir à sa cousine, ceux si se retrouvèrent donc quelques peu abimés après la chute dans les feuillages.Au moins il était un peu plus nu ce qui ne pouvait pas lui déplaire, quoi de pire que de devoir s'habiller.Il retrouva sa monture toujours fidèle au rendez vous qui arrivait malgré le mauvais état de son cavalier, qui était souvent trop sobre pour distinguer la route, à trouver le bon chemin et c'est ainsi qu'il termina son périple pour arriver à Brienne.Pour ne pas changer il se retrouvait une fois de plus en retard, à peine eut il le temps de parler au garde à l'entrée pour lui dire qui il était et pour demander ou se trouvait la sauterie qu'il était descendu de cheval et donnant la bride au pauvre garde il partit en courant au lieu indiqué.

Ça s'agitait la dedans il n'eut donc aucun mal à se retrouver dans le dédale habituel que formaient les demeures.Malheureusement arrivé devant la dernière porte pour enfin assister à la cérémonie les portes étaient déjà fermées et les gardes sur les cotés pour la garder.IL pris alors position et débuta un super sprint, aussi vite que son corps de vieux pouvait le porter, et avant que les gardes puissent réagir il poussa la porte et entra en hurlant.


Je m'y oppose!!!

Voila encore une bêtise à la Sacraï sortie directement de sa bouche sans passer par le cerveau.Il avait encore attirer l'attention alors qu'il voulait toujours être discret lorsqu'il arrivait en retard.

Excusez moi dames et sires je me suis trompé nous ne sommes pas là pour un mariage c'est vrai.Vous pouvez mettre ca sur le compte de l'age, je vous en serais reconnaissant.
En attendant je suis Sacraï d'Eirbal, cousin d'une des dames du jour.


Il la chercha du regard et une fois trouvée lui fit de grands gestes pour lui dire bonjour, au moins maintenant ils savaient qui était sa dame du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Lylla
Dame de Compagnie
Dame de Compagnie
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Dim 28 Mar - 15:41

Je m'y oppose !

Doux seigneur, elle aurait reconnu cette voix entre mille ! De stupeur Lylla faillit en laisser choir son verre, quand à la confusion si cela avait été possible elle aurait sans hésiter tenté un plongeon sous la table. Manque de bol celle ci était un peu trop loin et au lieu de lâcher son verre, au contraire, ses doigts s'y accrochaient telle une moule à son rocher de peur de se noyer !

Ses grands yeux sombres où l'incrédulité se disputait la place avec l'amusement, étaient posés sur son illustre cousin et la blonde n'osait croiser le regard des personnes autour d'elle !
En une fraction de seconde elle nota l'effort vestimentaire, sans doute le mérite en revenait il à Noune d'ailleurs, mais il semblait que le voyage l'ai quelques peu... écorché pourrions nous dire. Même s'il paraissait évident que le Vicomte eut tenté de remettre un semblant d'ordre dans sa tenue, on eut dit qu'il avait eu affaire avec quelques marauds sur son chemin. Toutefois Lylla le connaissait trop bien pour ne pas savoir que ces brigands là avaient portes, fenêtres et caves abondamment remplies !

Par chance, sa dernière chevauchée lui avait très certainement permis de décuver vu le teint clair, le pas ferme et le regard vif qu'il portait sur l'ensemble du salon.

Alors qu'il s'excusait pour avoir confondu la cérémonie d'anoblissement avec un mariage, Lylla inclina légèrement la tête, ayant un léger doute sur la façon dont pourrait bien se déroulait ses propres noces vu la réaction de son chef de famille. Encore que pour cela ce jour devait arriver, ce dont elle doutait plus que fortement, pensée qui pour une fois au lieu de l'attrister laissa planer une once de joie.

Drôle de famille que la sienne finalement, mais Lylla n'en aurait changé pour rien au monde ! Elle éprouvait pour son cousin un amour sincère et les liens tissaient se renforçaient chaque jour un peu plus grâce à une complicité partagée et au soutien qu'ils s'étaient toujours mutuellement apporté.

Le même sang coulait dans leurs veines, alors se reprenant, au lieu de baisser la tête comme la petite souris qu'elle était si souvent, Lylla redressa les épaules, laissa un franc sourire emplit de tendresse éclore sur ses lèvres et fièrement, relevant le menton la d'Eirbal répondit aux signes de mains que Sacraï lui adressait, l'invitant par la même à la rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Darkaprincesse de Tracy

avatar

Nombre de messages : 199
Age : 30
Localisation : Troyes DR de Champagne
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Lun 29 Mar - 10:51

La Baronne de Tracy essayait de se contenir par convenance. Les mondanités allaient bon train depuis des heures et elle avait envie de s'assoir. Faire le pied de grue depuis des heures avec des chausses neuves qui la faisait souffrir. Pfff
La cérémonie n'était toujours pas commencé. Elle soupira discrètement attendant que cela commence.
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Lun 29 Mar - 17:38

Ah ah ah, la duchesse le savait que le fait de fermer les portes pourrait être amusant… mais bon elle s’attendait à tout sauf à Cune… fantôme attitré de Brienne.
Son regard se braqua sur celle-ci lorsqu’elle vint faire sa révérence et ne put s’empêcher de la taquiner sur un ton légèrement moqueur.


Tiens je vous pensais morte, j’allais d’ailleurs demander une messe en votre souvenir. Enfin ravie de vous avoir parmi nous, n’en doutez point.

Elle la regarda prendre place tout en pensant qu’elle devait avoir les deux seules dames de compagnie du royaume ayant la bougeotte… en effet, elle devait sans cesse leur courir après, mais bon… elle les aimait beaucoup ces deux femmes et ne s’en séparerait pas pour tout l’or du monde. Sa suzeraine qui avait pris la place du Duc, lui murmura soudain à l’oreille, une tirade comme elle seule avait le secret. Une chance, elle eut le reflexe de réprimer un grand éclat de rire qui se transforma en gloussement. Elle retourna légèrement sa tête espérant que personne ne pourrait saisir ses paroles.

Ah non, ne t’en fais point, et puis même si tu le souhaitais fortement ce serait impossible. Tu ne possèdes malheureusement point ce qu’il faut là où il faut. Et puis je pense que tu n’es point encore assez douée pour me faire chavirer l’esprit grâce aux plaisirs de la chair ma chère amie.

Tout comme sa suzeraine, elle regarda dans la salle et eut même une petite pensée salace pour le maréchal d’Armes qui attendait de jouer son rôle de témoin officiel… d’ailleurs il était grand temps de commencer. Elle voyait la baronne piaffer d’impatience et Ana et Lylla, devenir de plus en plus livide.
Non le maréchal d’armes ne lui conviendrait pas non plus… quand on savait qui il avait épousé, jamais il ne ferait le poids pour contenter la Brienne.

Alors qu’elle allait commencer et appeler la première personne, la porte s’ouvrit et une voix se fit entendre… je m’y oppose… oui … enfin, c’était une entrée originale, cela il fallait l’avouer.
Son regard se posa sur l’opportun qu’elle n’avait jamais vu de sa vie. Il avait du se tromper de château… pas de mariage de prévus ici ce jour… Maltea regarda autour d’elle et en voyant Lylla le regard braqué sur le nouvel arrivant, n’osant regarder ailleurs, elle comprit qu’elle venait de voir son cousin dans toute sa splendeur… quoique non, il était bien nu d’après ce qu’elle avait cru comprendre…
Un petit sourire se dessina sur les lèvres de la jeune duchesse… les cérémonies à Brienne ou à Jaulges ne seraient jamais comme partout ailleurs…
Elle finit par prendre la parole
.

Ravie de vous rencontrer enfin, vicomte et bienvenue à Brienne. Maintenant si vous le permettez, je vais lancer la cérémonie ou mes futurs vassaux vont finir par mourir d’impatience si je traine encore.

Elle n’était plus certaine du titre, mais tant pis, ca passerait inaperçu, étant donné que les invités n’avaient de yeux que pour le nouvel arrivant et sa dégaine de plus amusante.
Allons y jeunesse, il est l’heure.


Tout d’abord, merci à vous de vous être déplacé et je vous souhaité à tous la bienvenue sur les terres de Brienne. Comme vous le savez, ce jour est important pour certaines personnes qui vont recevoir un cadeau empoissonné. En effet, afin de remercier des personnes qui me sont loyales, je leur offre aujourd’hui une terre mais aussi une suzeraine, et il n’est guère aisé de se la farcir celle là… comme vous le savez tous, cette suzeraine ça sera moi…

Petit sourire amusé et elle appela la première personne. Elle le fit mettre à genoux devant elle, ce qui n’était pas pour lui déplaire… cela faisait quelque temps qu’il l’énervait au plus haut point à toujours lui faire la leçon et épier ses moindres gestes. Là au moins il était remis à sa place ! Non mais, c’est qu’elle était soulée la duchesse d’avoir un nouveau papa ! Elle n’était pas habituée à cela, le sien ne l’ayant jamais regardé… elle prit les mains de son intendant dans les siennes et d’une voix claire commença…

Koroseth, si tu es devant moi ce jour, c’est par ma volonté et au-delà de celle-ci, par la volonté de Richard qui j’en suis sure aurait aimé être présent ce jour à ma place. Il avait toute confiance en toi et jamais tu ne l’as trahi. Depuis son trépas, tu continues à veiller sur moi, même si bien souvent cela m’énerve de te savoir toujours derrière moi, je l’avoue…

Elle lui sourit, sachant que le fait de citer Richard devait le rendre plus ému encore qu’il ne l’était. Elle pressa ses mains un peu plus fortement, comme pour se réconforter elle-même, sachant que la douleur de perdre un être cher, était partagée avec son intendant qui était aussi, on pouvait le dire, un ami du défunt duc.

Ton attachement à la famille Wagner n’est plus à prouver. Afin de récompenser ta loyauté sans faille, je t’offre aujourd’hui, une de mes terres et te fais seigneur de Ville-sur-terre et ce devant témoin. Je place en toi toute ma confiance, tout comme l’avait fait mon époux… je sais que tu seras à la hauteur.

Elle le regarda, soudain émue, et attendit que Koroseth fasse don de sa personne.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Koroseth
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 31
Localisation : Clermont en Champagne
Date d'inscription : 06/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mar 30 Mar - 0:16

Koroseth avait quitté la suzeraine de Maltea pour rejoindre sa femme qui faisait encore un peu la moue et la serra doucement contre lui pour la rassurer et lui glissa à l'oreille combien il l'aimait. Il reprit un moment son fils dans ses bras mais un autre gargouillis lui signala qu'une seconde pomme ne serait pas de refus et il se rendit logiquement vers les paniers à fruits et croqua dans une belle grosse pomme. Il n'aperçut même pas l'entrée d'un homme pour le moins originale. Puis le silence, avant d'entendre la voix de Maltea évoquer le malheur de l'avoir pour suzeraine et que c'était pas facile de se la farcir. Il manqua de s'étouffer et même de lâcher son fils à cette phrase qui sous un autre sens, était excessivement marrante si c'était prit sur le ton de l'ironie. Tentant comme il pouvait de réprimer un fou rire, il se figura mentalement des images horribles comme le cambriolage de sa propriété par exemple pour faciliter la chose. C'est passé juste ! Puis le regard de Maltea se porta sur lui et elle l'appela. Tous les regards se tournèrent vers lui quand il croquait une nouvelle fois dans sa pomme... Il avala tout rond le morceau en bouche et confia ce qu'il restait de la pomme à un valet tout proche qui n'en demandait pas tant, se dépêcha de rendre son fils à sa mère et vint face à la duchesse de Brienne avant de poser un genou à terre. Il remarqua l'air satisfait de Maltea et quand il voulut lui décocher une bonne grimace, il se souvint que tout le monde le regardait et que vu le genre de cérémonie, même si l'on était à Brienne, cela ne ferait pas vraiment protocolaire. Il lui tendit ses mains et elle les prit dans les siennes.

Maltea a écrit:
Koroseth, si tu es devant moi ce jour, c’est par ma volonté et au-delà de celle-ci, par la volonté de Richard qui j’en suis sure aurait aimé être présent ce jour à ma place. Il avait toute confiance en toi et jamais tu ne l’as trahi. Depuis son trépas, tu continues à veiller sur moi, même si bien souvent cela m’énerve de te savoir toujours derrière moi, je l’avoue…

D'abord il avait repris son air sérieux, puis eut un pincement au cœur quand elle aborda le Duc de Brienne et enfin, eut un sourire malicieux. Il était peut-être chiant avec elle c'était vrai mais il fallait reconnaître que c'était justifié la plupart du temps. Mais bon, il l'aimait bien comme ça. Avec quelqu'un d'autre, ce serait moins marrant. Il lui serra légèrement plus les mains aussi, après qu'elle l'ait fait elle-même.

Maltea a écrit:
Ton attachement à la famille Wagner n’est plus à prouver. Afin de récompenser ta loyauté sans faille, je t’offre aujourd’hui, une de mes terres et te fais seigneur de Ville-sur-terre et ce devant témoin. Je place en toi toute ma confiance, tout comme l’avait fait mon époux… je sais que tu seras à la hauteur.

Un long frisson lui parcourut le corps. Il ressentit une certaine fierté et un honneur dans les paroles que venaient d'avoir Maltea à son égard. Il prit une inspiration discrète. C'était à son tour à présent et il s'exclama pour que tous puissent entendre :

- Moi, Koroseth, à Maltea Wagner Di Favara ainsi qu'à la mémoire de feu Richard Wagner, jure d'honorer son nom et son rang, de lui rester à jamais loyal comme je l'ai fait jusqu'à ce jour, de lui apporter conseil, aide et assistance en tout lieu et tout instant. Par ces paroles, je remets ma vie entre ses mains et lui fais don de ma personne.

Au moins, le message était clair et il se jura de le respecter et de ne point faillir.
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Jeu 1 Avr - 17:48

Bon Koroseth par le don de sa personne devenait « son homme », maintenant il fallait passer à l’échange de souffle…ce saloperie de baiser de la paix… pour sur ce serait bien plaisant avec un homme, beau, intelligent, célibataire… tout le contraire de Koroseth en somme… pffff fallait vraiment se forcer par moment dans la vie, y avait pas à dire.
Il ne restait plus qu’à croiser les doigts pour que son intendant n’ait rien mangé de fortement aillé, ou la duchesse serait malade pour le reste de la cérémonie et y en avait encore quelques uns à donner de baiser de paix.

Elle releva Koroseth et approcha doucement son visage du sien, pestant intérieurement contre cette tradition. Ce n’était pas le moment de se faire embrocher par une épouse jalouse…elle effleura les lèvres de son vassal, rapidement, et enchaina directement pour ne pas le laisser dire une bêtise de son cru. La duchesse se demanda tout de même comment Oniki pouvait apprécier embrasser son intendant.
Maltea saisit le livre des vertus sur lequel serait prêté le serment de fidélité. Elle le présenta à Koroseth, elle ferait le sien ensuite.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Koroseth
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 31
Localisation : Clermont en Champagne
Date d'inscription : 06/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Ven 2 Avr - 0:49

Elle le faisait Seigneur, il faisait don de sa personne. Cela était fait. Ensuite, le "baiser". Il évita de tourner la tête vers sa femme mais il pouvait presque l'entendre jurer mentalement. Déjà que des fois elle ne manquait pas de lui rappeler qu'il avait eu un certain nombre de conquêtes et que parfois, c'était pas bien aristotélicien... Embrasser Maltea le gênait quand même un peu, c'était quand même la femme de Richard mais ça, ce n'était encore pas le plus grave. Non ce qui l'inquiétait surtout, c'est que la duchesse aussi avait eu nombre d'amants et connaissant son caractère qui n'a rien d'aristotélicien non plus, allez savoir quelles saloperies elle avait déjà attrapé en fourrant sa bouche un peu partout.

Maltea le relevait doucement et approchait son visage de lui. Très rapidement il examina ses lèvres. Ouf, apparemment pas de danger de contamination. Il approcha donc son visage également. Ce fut un léger baiser, pas trop appuyé parce que bon... fallait pas mourir par un jet de couteau de sa femme aujourd'hui, mais pas trop fuyant non plus car il avait quand même prononcé des paroles importantes juste avant, il allait pas se débiner pour un baiser symbolique.

Voilà, c'est fait. On n'en parle plus ! Le serment à présent. Sa très future suzeraine lui présenta le livre de vertus sur lequel il posa sa main et prit la parole en la fixant droit dans les yeux :


- Moi, Koroseth, devant vous tous réunis ici ainsi qu'Aristote et le Très-Haut, je fais le serment à Maltea Wagner di Favara, sur mon honneur, de servir fidèlement, de l'aider sans compter, de constamment lui apporter conseil, et de toujours lui fournir l'assistance nécessaire, tout comme à sa famille et les membres de la Grande Maison Wagner et cela, tant que j'aurai un souffle de vie.

A son tour à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Ven 2 Avr - 22:57

C’était maintenant à son tour. La duchesse plaça sa main sur le livre des vertus et d’une voix claire fit son serment.

Moi, Maltea Wagner di Favara, Duchesse de Brienne, Duchesse de Jaulges et Dame de Menneville, jure devant témoin et sous l’œil du très haut, protection et bonne justice ainsi que subsistance à Koroseth, fait seigneur de Ville-sur-terre selon ma volonté, ainsi qu’à sa descendance et à son épouse.

Elle tendit à l’homme qu’elle considérait depuis un bon moment déjà,comme son vassal une bourse contenant la terre du fief qu’elle lui offrait.

Cette bourse contient la terre de Ville-sur-terre. Ce symbole représente la seigneurie de Ville-sur-terre dont tu es à présent le seigneur. Je te sais digne de ma confiance et je sais que tu seras parfait pour administrer les terres de ce domaine ainsi que veiller sur les villageois. A partir d’aujourd’hui, le château de Ville-sur-terre ainsi que ses dépendances sont tiens.

Il ne restait plus que l’aveu et ce serait fini pour Koroseth. Elle grimaça en pensant qu’il y en avait encore… trop… impossible de compter d’ailleurs.
Elle sourit à son vassal et attendit donc que le Maréchal d’Arme fasse ce pourquoi il était présent. Cette fois elle ferait tout dans les règles. Comme quoi même à Brienne on pouvait se conformer de temps en temps aux règles.
Ensuite elle passerait au suivant. Elle se demandait soudain si le vicomte allait savoir tenir la cadence, et puis lui au moins n'avait pas à embrasser tout ce petit monde contrairement à elle!

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Rhân

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 3 Avr - 2:41

Le vicomte regardait la cérémonie qui se déroulait selon la norme habituelle, ce qui d'après les rumeurs n'était pas toujours le cas. Les serments avaient été échangés comme de coutume entre suzeraine et vassal avec la remise symbolique du fief.. vraiment tout parfait. Le maréchal était donc bien lui tranquille en spectateur de la scène, assis, avec une plume et un parchemin qui authentifierait l'octroi qui venait de se dérouler et qui permettrait la mise à jour des nobiliaires champenois.

Citation :
Par la présente nous, Rhân de Crocy, maréchal d'armes de France, vicomte d'Avize, baron de Boiscommun, seigneur de la Beslière-sur-Thanaise, de Villemurlin et des Fontaine de Chappée faisons acte de la demande de la duchesse Maltea, duchesse de Brienne et de Jaulges, dame de Menneville quand à l'octroi de la seigneurie de Ville-sur-Terre sise en le duché de Brienne à messire Koroseth.

Après recherches héraldiques dument entérinées, le fief de Ville-sur-Terre est bien seigneurie vassale du duché de Brienne.

Après consultation d'armoriaux, les armes se référant à la dite seigneurie sont: "D'azur à l'arbre d'argent duquel rayonne en demi cercle en chef cinq étoiles du même, aux deux lions d'or armés et lampassés de gueules adossés en pointe"




Ci-joint une lettre patente de dame Maltea dûment authentifiée attestant de sa volonté d'octroi d'une seigneurie à messire Koroseth :
Citation :
Reims, le septième jour de Mars de l’an mil quatre cent cinquante huit.

Au Maréchal d’Armes en charge de la marche de Champagne,

Salut !

Par la présente, je demande l’octroi de la seigneurie de Ville-sur-Terre, fief rattaché au duché de Brienne, à Messire Koroseth et ce conformément aux souhaits de mon défunt époux et aux miens.
Cet homme a toujours servi loyalement mon époux et depuis son décès, continue à me servir avec grand dévouement, s’occupant de l’intendance de mes terres avec succès.
C’est donc pour le remercier de tout ce qu’il fait pour la famille Wagner que ce fief lui est offert. Je sais qu’il s’en montrera digne.

Respectueusement

Maltea Wagner
Duchesse de Brienne et de Jaulges
Dame de Menneville





Par notre scel, actons ce document comme valide et conforme aux règlements Héraldiques et attestons avoir été témoin de l'échange des serments vassaliques entre l'octroyant et l'octroyé.

Faict le troisième jour du mois d'avril 1458 sous le règne de nostre souverain le Roy Levan le troisième de Normandie.



Dernière édition par Rhân le Sam 3 Avr - 13:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oniki

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 3 Avr - 10:39

Oniki n'avait pas raté une seconde de la cérémonie, ni du baiser de paix, ni de la suite... Elle n'avait pas su détourner le regard au moment de ce baiser, mais le savait symbolique. Tout juste avait-elle serré légèrement les mâchoires.

Ce que la duchesse avait dit sur la loyauté de son mari, pour elle, cela était une évidence. Koro était loyal en tout point, que ce soit à la maitresse de sa Grande Maison, qu'à sa famille et ses amis. La loyauté avait toujours la vertu à laquelle elle attachait le plus d'importance. Elle même ne saurait faillir par manque de loyauté, cela était inscrit au plus profond de son être depuis toujours, aussi, s'il ne l'avait pas été, sans doute ne l'aurait-elle pas aimé.

Elle savait qu'il serait digne de l'honneur qui lui était fait et se prit à sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Koroseth
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 31
Localisation : Clermont en Champagne
Date d'inscription : 06/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 3 Avr - 13:34

Elle avait fait son serment puis lui avait remis une bourse contenant un peu de terre de sa seigneurie. Pour certains ce n'était que de la terre dans un petit sac, pour lui, cela représentait un honneur incroyable. Il la remercia discrètement, c'était plus protocolaire que de lancer un "J'te kiffe !!" ou de lui flanquer deux grosses bises. Une fois l'aveu terminé par le Maréchal d'Armes, il en prit rapidement connaissance et le remercia très sincèrement. Un regard à l'assemblée pour les remercier de leur présence et il s'éloigna dans un coin de la pièce, seul.

Il délia doucement le cordon de la bourse et prit un peu de cette terre dans le creux de sa main. A présent, c'était "sa" terre... du moins tant que Maltea ne le la lui reprenait pas. Il remercia aussi mentalement "son duc". Il replaça la terre dans la bourse sans en faire tomber à côté et la referma avant de l'accrocher à sa ceinture. Puis il se rendit vers sa femme qui n'avait pas spécialement l'air de vouloir l'occire et l'embrassa longuement.

A présent qu'il était seigneur de Villes-sur-Terre, il allait devoir prendre possession de ses terres et de son château. Nul doute qu'il y avait une énorme quantité de travail avant que ce dernier ne soit complètement sain et habitable. Il savait que Maltea ne se rendait guère dans les autres châteaux. Il allait devoir recruter dans le village et les hameaux alentours. Ils avaient pas intérêts à lui parler argent les bouseux !
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 3 Avr - 14:07

Et de un, au suivant avait envie de dire la duchesse. Elle murmura à son vassal, bon courage puis son regard se posa sur Lylla. Celle-ci avait toujours le sien posé sur le fameux cousin. Il était impératif que Maltea la réveille.
Elle l’appela donc et la fit se placer tout comme pour Koroseth. Lui prenant les mains, elle ne put s’empêcher de lui murmurer.


Et bien, tes mains sont glacées, y a au moins une femme fidèle dans la maison Wagner.

Maltea lui fit un clin d’œil et continua la cérémonie proprement dites. Par contre en panne d’inspiration, elle n’allait pas se creuser la tête pour être originale. Tant pis pour cette fois.

Lylla, si tu es face à moi, ce jour, c’est afin de respecter les dernières volontés du seigneur de Petit-Mesnil qui a fait de toi son héritière. Si j’ai accepté sa décision, c’est aussi parce que tu me suis depuis bien longtemps maintenant et que je n’ai jamais rien eu à redire sur ta loyauté envers ma personne mais aussi envers ma fille dont tu t’occupes depuis sa naissance.
Une chance qu’il ait choisi une personne que j’apprécie. De plus je te dois bien cela. Combien de nuit as-tu passé à faire le guet devant ma porte, une louche à la main ?


Elle lui sourit malicieusement essayant de ne pas éclater de rire. Pauvre Lylla, gardienne de la sérénité de ses rencontres nocturnes. Maltea l’imaginait montant la garde devant sa porte, se bouchant les oreilles pour ne rien entendre, du moins essayer, car la duchesse était loin d’être d’une discrétion lors de ses ébats amoureux… non décidément, à sa place, elle l’aurait envoyé balader depuis longtemps.

Aujourd’hui c’est avec joie que je t’offre la terre de Petit-Mesnil, terre où tu retrouveras bien de souvenirs et surtout terre ou plane encore la présence d’Onagre.
Il l’a souhaité, je lui offre un dernier cadeau en acceptant sa requête.

Lylla Cardinal d’Erbail, acceptes-tu aujourd’hui de devenir ma femme ?


La duchesse pouffa en prononçant cette phrase, plein d’images peu aristotéliciennes lui venant à l’esprit.
Elle se retourna légèrement vers sa suzeraine se disant qu’elle ne pouvait souhaiter plus belle femme au monde que la garce artésienne qui se tenait à ses côtés. Une chose était certaine, jamais elle n’avait regretté cette amitié et encore moins ce lien vassalique qui les liait depuis longtemps maintenant.
Maltea offrit un sourire à cette femme que pourtant tout séparait à leur rencontre.
Reportant son attention sur une des héroïnes du jour, elle attendit la réponse de Lylla.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Lylla
Dame de Compagnie
Dame de Compagnie
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 3 Avr - 15:59

Son regard avait du mal a se détacher de son cousin, redoutant à chaque instant LE geste si souvent répété et qu'elle craignait plus que tout de le voir accomplir en ce lieu. Fallait il qu'elle l'aime pour lui avoir demandé d'être le témoin de ce jour si particulier, malgré la prise de risque que cela représentait. Personne ne pouvait se vanter de savoir comment le Baron tout nu allait réagir et chaque instant passé à ses côtés réservait son lot de surprises.

Toutefois a cérémonie d'anoblissement de Koroseth venait de commercer, et Lylla eu tout le loisir de la suivre dans son intégralité, ce rappelant à cet instant celle d'Elvis qui lui avait fait l'honneur de partager ce moment avec elle.

Alors que Koro retrouvait les bras de son épouse, les prunelles sombre de la blonde retournaient vers le baron quand la Duchesse réussit à capter son regard par l'éclat d'émeraude de ses yeux, elle l'appela et lui fit signe de venir dans sa direction.
L'heure n'était plus à l'inquiétude, toute réflexion serait remise à plus tard, Lylla avait rendez vous avec son destin actuellement !

Posant genou à terre devant sa suzeraine, Lylla lui tendit ses mains. Celles de Maltea étaient à l'image de son tempérament volcanique et attentif à la fois, comme le prouva sa réflexion sur la froideur de ses propres doigts glacés d'angoisse à l'idée de commettre un impair. Après tout c'était sa spécialité ! Le petit commentaire de la duchesse lui arracha toutefois un sourire, c'était bien une des rares personnes en Champagne à connaître sa fidélité à ceux qu'elle aimait.

La vassale quitte à mettre un pied dans le plat y mis carrément les deux en répondant au clin d'œil qui lui était adressé par le même en retour. Il faut dire qu'une certaine complicité s'était tissé entre les deux femmes au vu du nombre de nuits passées devant la chambre ducale les oreilles bouchées à grand renfort de torchis pour échapper aux bruits pour le moins expressif de se qui se passait derrière les portes closes. Aussi closes que ses lèvres sur l'identité des personnes qui entre chiens et loups passées à proximité de sa louche, louche qui risquait bien avec le torchon qu'elle maniait avec dextérité de devenir sous peu son emblème !

La voix de Maltea vint la tirer de ses réflexions, et l'évocation d'Onagre fit naître en elle une vague de nostalgie pour celui qui avait été son ami et mentor depuis son arrivée en Champagne. C'était par sa volonté qu'aujourd'hui elle était là devant Maltea, sur les terres qui avaient vu se succéder des générations d'hommes pour lesquels elle avait le plus grand des respects et qui reposaient désormais ici.
Les mots de sa suzeraine lui allaient droit au cœur et n'auraient pu être mieux choisit quoique si on lui avait dit qu'un jour ce serait une femme et qui plus est sa suzeraine qui lui demanderait d'être sa femme elle s'en serait étouffé de rire.
Décidément la vie s'amusait à lui jouer de drôle de tour ! S'efforçant de ne point penser à celui qui aurait du être à ses côtés aujourd'hui, elle plongea un regard empreint de sincérité dans les émeraudes de la Duchesse.
Le stress sembla soudain quitter la jeune femme comme si la chaude présence de son ami venait lui prêter sa force et c'est d'une voix claire qu'elle pu répondre.


Duchesse, je vous remercie pour l'honneur qui m'est fait aujourd'hui. Si mes pensées vont vers celui qui fut Seigneur de Petit Mesnil et qui a souhaité me voir prendre soin des terres qu'il chérissait, à son image, je fais ici le souhait de vous servir et de vous protéger, vous et les vôtres du mieux que je le pourrais et j'accepte avec fierté de devenir votre femme lige.


L'image de la petite Rafaella, vint réchauffer le coeur de sa gouvernante, la fillette qui avait déjà le caractère volontaire de son père et impétueux de sa mère n'était pas de tout repos mais Lylla n'aurait cédé sa place pour rien au monde et aurait donné sa vie pour cette mini duchesse !
Toutefois à l'éclair qui traversa le regard de Maltea, Lylla malgré la solennité de l'instant eu du mal à ne pas laisser un éclat de rire jaillir de sa gorge, percevant très clairement les pensées qui pouvaient en ce moment habiter la sulfureuse Duchesse.
Sa vie ne serait décidément jamais un long fleuve tranquille et la pensée de Sacraï revint bizarrement la tarauder à cet instant.


Dernière édition par Lylla le Sam 3 Avr - 16:02, édité 1 fois (Raison : orthographe)
Revenir en haut Aller en bas
Sacraï d'Eirbal



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 24/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Lun 5 Avr - 1:09

Après réflexion le pauvre Sacraï se demandait comment sa cousine réagirait à son entrée il espérait qu'elle n'aurait pas trop honte et qu'elle ne renierait pas sa famille rien que pour ca.Sa réponse fut donc à la hauteur de ses espérances, non seulement elle ne partit pas se cacher mais elle ne l'ignorait pas non plus.Elle lui faisait des signes pour l'inviter à la rejoindre.Il ne se fit pas prier et entrepris de se frayer un chemin parmi les invités et le banquet.Malheureusement il fut retardé par des jolies damoiselles à regarder pour se rincer l'œil et par les boissons rangées sur la table.Il s'arrêta à tout les râteliers comme on disait chez lui.Et lorsqu'il trouva qu'il en avait fait assez et qu'il était temps de bisouiller sa cousine, il ne la vit plus ou elle était sans doute Maltea l'avait déjà enlever!!!Il chercha un moment ou pouvait bien être sa cousine et enfin il la trouva face à Maltea en train de démarrer son allégeance.Sans réfléchir comme d'habitude il s'avança vers le trône de la duchesse, il n'avait pas pu bisouiller sa Lylla et ce n'est pas une cérémonie qui l'en empêcherait.
Maltea venait de finir la phrase fatidique: "Lylla Cardinal d’EIrbail, acceptes-tu aujourd’hui de devenir ma femme ?"
Ca alors sans même prévenir le vieux!!!Il déposa donc une bise sur le front de Lylla.


Tu m'excuseras pour cela mais c'est d'abord ma femme et elle avait pas eu son bisous la pauvre.
Vous pouvez reprendre maintenant.


Il se mit debout non loin de sa cousine pour veiller à ce qu'il ne lui arrive rien et attendit la suite des évènements.

On aurait dit que la petite Lylla se sentait mieux maintenant et elle fit son serment c'est alors qu'il se rappela d'un léger détail, le fameux baiser vassalique qu'il avait lui même souvent pratiqué, Lylla lui en avait parlé et lui avait demandé un service .... enfin c'est ce qu'il dirait si on l'interrogeait.Avant que la belle demoiselle, ca il fallait bien l'avouer sa cousine avait choisi une belle suzeraine et pour rien au monde il aurait pu louper cette occasion.Il se re positionna entre les deux demoiselles.Et s'avança cette fois vers la duchesse.Il la regarda quelques secondes, bon choix très bon choix pour pratiquer la tradition du village.Il lui roula donc une pelle à la façon baiser vassalique.Il se retourna alors vers sa cousine.


Excuse moi ma chère d'être passé devant toi mais fallait que je vérifie ses lèvres avant que tu y mette les tiennes.
On ne sait jamais, elles auraient pu être empoisonnées ou alors il restait peut être un arrière gout d'on ne sait trop quoi.
Mais je te rassure ses lèvres sont parfaites y a pas de soucis tu peux y aller tout danger est écarté.


Il lui laissa la place tout en observant la réaction de la duchesse.
Revenir en haut Aller en bas
Aylla

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Lun 5 Avr - 5:09

Aylla sursauta sur sa chaise lorsqu’un enfant passa tout près d’elle en riant… Elle manqua de tomber par terre et ce ressaisie juste à temps… replaça son chapeau et devint d’un rouge vif. Ce qu’elle détestait qu’on la remarque pour ces étourderies. Elle avait un don pour se mettre les pieds dans les plats… mais comment faire autrement avec ce moment si ennuyeux. Elle espérait avoir son tour bientôt. Pour le moment elle regardait autour d’elle si les gens l’avait remarqué … ce qui semblait aucun doute puisqu’elle dormait carrément de plus que son fils lui avait répéter plusieurs fois qu’elle avait tendance a faire quelques son étrange en dormant rien d’inquiétant mais pas très discret. Personne ne la fixait et l’attention semblait concentrer ailleurs ce qui l’avertie que ce qu’elle attendait et redoutait avait commencé…
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Lun 5 Avr - 13:04

Tiens le cousin se réveillait… un bisou sur le front, comme c’était…mignon oui disons mignon.
Elle regarda la pauvre Lylla et lui sourit comme pour lui faire comprendre qu’elle compatissait. Après tout, ce n’était pas sa faute si son cousin était complètement fou… et puis il fallait bien l’avouer, cela amusait fortement la duchesse. Ceux la côtoyant de près, savaient qu’à Brienne, les cérémonies et réceptions en tout genre, ne se déroulaient jamais comme chez les autres.
Alors qu’elle reprenait son sérieux et relevait Lylla pour le baiser de paix, le vicomte s’immisça de nouveau entre les deux femmes. Qu’allait-il encore faire ? Pourquoi la regardait-il…. Alors ça, elle ne s’y attendait pas ! Voilà qu’il l’embrassait… Et bien, il osait beaucoup de chose ce vicomte, mais la duchesse ne se laisserait pas faire de la sorte.
Il voulait jouer, jouons !
La duchesse répondit à son baiser, après tout, de cette façon, il aurait ainsi un souvenir de la Brienne. Bon elle n’était pas réputée pour ses baisers, mais le reste, elle ne pouvait pas lui montrer, et puis c’était un homme marié.
Alors qu’il mettait fin à sa petite exhibition, la duchesse plongea son regard émeraude dans le sien, essayant de cacher un petit sourire malicieux.


Ainsi mes lèvres sont parfaites … heureuse qu’elles vous conviennent vicomte…. Par contre, vous concernant, il y a encore du travail si je puis dire. Je vous aurais pensé bien plus expert en baiser… en parlant d’arrière gout… * Maltea ne pouvait plus cacher son air taquin* j’ai cru déceler un petit gout alcoolisé, vous avez bu avant de venir ? si oui ne touchez plus à rien, une fois les cérémonies finies, j’essaierai de trouver ce que vous avez pu ingurgiter, mais il faudra faire un effort sur votre façon d’embrasser mon cher, parce que là…. C’est un baiser digne d’un jouvenceau n’ayant point encore perdu sa gourme...

Elle pouffa de rire avant de reprendre son sérieux. C’est qu’il y avait encore des personnes qui attendaient leur tour, et la duchesse n’avait aucune envie d’y passer la nuit.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Gnia

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mar 6 Avr - 13:28

Et un seigneur de Ville-sur-Terre, un. Agnès, en digne Duc de Brienne du jour - ainsi que l'avait voulu cette folle de Maltea, avait suivi d'un oeil bienveillant l'échange entre le vassal et la suzeraine. Fichtre, le blason était coquet, très réussi.

Puis une nouvelle impétrante ploya le genou devant Maltea.
Finalement l'atmosphère de cette cérémonie était plus chargé de solides liens d'amitié, revêtant dès lors un caractère assez intimiste plus que vraiment solennel. Et cela convenait tout à fait à la Saint Just.
Un sourire éclaira sa mine austère lorsque sa vassale prononça le traditionnel "Voulez vous être tout à fait ma femme" qu'Agnès avait adopté également pour la cérémonie d'allégeance des nobles Béarnais à leur comtesse. Elle-même.
Sourire qui s'étira encore pour répondre à celui de sa blonde duchesse.

Tout concordait à ce que cette échange vassalique se passe sans accroc lorsque... Un nouveau protagoniste entra dans la danse.

Sourcil interrogatif haussé et demi-sourire flottant sur les lèvres, Agnès suivit le manège d'un homme qui avait déjà eu le don de se faire remarquer un peu plus tôt. Sans crier gare, il s'était approché jusqu'à leur petit groupe pour... Déposer un baiser sur le front de sa parentèle. Si c'était pas mignon...
Et il restait là, observant que tout se déroulait bien, un peu comme elle, faisant office de belle plate verte bien imbibée en somme.
Puis mû par une soudaine impulsion, il s'immisça entre les deux femmes pour... Embrasser Maltea !
Les yeux légèrement arrondis de stupeur, surplombés par un sourcil gauche arrivé à son arquage maximum, la Saint Just assista, médusée à cette espèce de magnétisme que sa foutue vassale semblait exercer sur la gente masculine. Pour un peu, elle aurait juré que l'homme était Cambrésien pure souche. Les roulages de pelle impromptus, c'était la signature sans appel du Cambrésien de base, entre autres choses sur lesquelles l'on ne s'étendra pas aujourd'hui.

Maltea comme l'on pouvait s'y attendre ne s'était pas laissée démontée et se délectait même de la situation quand Agnès, elle, aurait probablement pris une teinte pivoine en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "cramoisie". C'est probablement un peu envieuse d'autant de facilité à appréhender le mâle et fortement aidée par les merveilleuses petites bulles du vin de Champagne que la Saint Just se vit faire et dire quelque chose qu'elle n'aurait pas imaginé l'instant d'avant.

Elle interpella celui que Maltea avait appelé vicomte, lui faisant signe d'approcher. Puis sur le ton de la confidence lui glissa


Messire, Agnès de Saint Just, Duc de Brienne intérimaire pour ce jour.
Puisque vous avez embrassé celle qui est ma "femme"...
Ben oui, après tout, c'était vrai, Maltea était bien la femme de la Saint Just de part le lien vassalique qui les unissait. Et bien que j'ai grande confiance en son jugement, je me dois tout de même de le vérifier.
Voyez vous, l'on ne peut songer à embrasser la Duchesse sans en faire de même avec le Duc...


Le tout asséné d'un air très sérieux et docte, tâchant de ne laisser aucune place au refus.
Ce faisant, Agnès évitait soigneusement de regarder Maltea, sinon l'on allait avoir le droit à une explosion tonitruante de fous rires en cascades. Alors elle se contentait de toiser le vicomte, une lueur amusée dans le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Lylla
Dame de Compagnie
Dame de Compagnie
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mer 7 Avr - 18:41

A n'en pas douter Sacraï était malade ! Voila t il pas qu'alors qu'elle venait de prêter serment, le baron venait de l'embrasser sur le front !
De toute sa vie c'était bien la première fois qu'il se laisser aller à si chaste baiser, le roulage de pelle en règle était plus de mise dans leur famille de fou où seule les règles édictées par son cousin étaient de mise. Lylla devait lutter pour ne pas laisser sa mâchoire s'ouvrir de consternation mais ce n'était pas finit, elle n'était pas remise de son étonnement que déjà il déposait ses lèvres sur celle de la Duchesse !
Et il avait le culot de prétendre que cela était dans le but de la préserver d'un arrière goût mais à voir le sourire de sa suzeraine, ce goût là serait plutôt celui du revenez y !

Seigneur ! Elle savait que rien ne déroulerait comme prévu... Rien ne pouvait glissait paisiblement à Brienne ... Et encore moins avec Sacraï dans les parages. La blonde ne savait plus si elle devait garder son sérieux ou éclater de rire quand la réplique de Maltea fusa vive comme l'éclair à son habitude ! Et bien avec ces deux là elle avait pas finit de passer pour la bécasse de service !

Se demandant si elle allait devoir passer le reste de la journée à genoux devant sa suzeraine et la suzeraine de celle ci, institué Duc de Brienne pour l'occasion, quand elle aperçut celle ci tenter un rapprochement vers son satané cousin. Lylla si elle pouvait être cruche n'en était point sourde pour autant mais le murmure échappé des lèvres ducales fut si fin qu'elle n'en perçut pas un traître mot. Le sourire et le regard toutefois étaient suffisamment éloquents... A ce rythme après avoir goûté aux lèvres de la Duchesse de Brienne, le Baron allait devoir en faire autant pour le Duc du jour ! Quelle journée... Mais quelle journée !

Revenir en haut Aller en bas
Darkaprincesse de Tracy

avatar

Nombre de messages : 199
Age : 30
Localisation : Troyes DR de Champagne
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Dim 11 Avr - 12:05

La baronne de Tracy écoutait les propos et souria. Lylla était toujours à genoux et semblait attendre un signe de sa Grasce la Duchesse pour se relever. Le baiser sur la bouche semblait susciter des sourires.

Elle eut une pensée pour son ami Feu Onagre, qu'elle avait bien connu et tant apprécié pendant de longues années à Troyes. Il devait être fier en ce jour de voir sa petite protégée Lylla recevoir ses terres.

Elle se tenait près de son Maréchal Sire Colvert et lui adressa sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Braveheart

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : En voyage
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mer 14 Avr - 20:33

Ils étaient arrivé alors que la cérémonie avait déjà commencée, forcement ! Mais l'Ecosse n'était pas le pays des tapis volants. Ce voyage n'était pas pour enchanter William, la noblesse Française était bien fat, mais puisque c'était la volonté de feu le Duc... Ils avaient rencontré le fils, un homme bien agréable, doté d'une épouse bien volcanique. Encore un homme de valeur disparu trop tôt. Quasi lui avait raconté Kurt et William avait admit qu'elle méritait bien ce dont le disparu voulait la dotée. En entrant dans la salle William se dit que cela n'allait pas être de la tarte... Peut être pire que ce qu'il avait imaginé... Et quand le maréchal d'armes prit la parole, il faillit éclater de rire. Avait il donc besoin d'étaler tous ces titres... Ah ! tout étaient bien plus simple en Ecosse et ils avaient un King of Arms eux... Pas un simple maréchal. Il reprit son sérieux attendant que le tour de Quasi vienne.
Revenir en haut Aller en bas
quasi

avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mer 14 Avr - 20:58

Ils partirent d'Écosse, ils arrivèrent en France, puis à Brienne, puis dans la salle de réception, puis attendirent. (Nan..je déconne Malt, je vais faire court mais je vais mettre quelques lignes de plus).




***********************************




Mais si tu peux! Mais non voyons! Mais si, je te dis que tu peux! Mais non, ca ne se fait pas! Mais si...OUINNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN

Alannah mis fin à la discussion des époux. Le sujet? Se rendre en France vêtue à l'écossaise pour l'épouse française. Enfant au sein, le droit, seul ayant survécu à la nuit mouvementée, plus de cris, plus de discussion. Choix fait, robe bleue , comme le nom du château écossais, comme la couleur du Duc français. Enfin..là il devait virer au...poussiéreux.


La nourrice arrivée, Caragh avertie, les deux amoureux s'en vont prendre le bateau. Passons sur les vomissements continus de Quasi, sur les œillades tout aussi continues de Brave dans les décolletés qui plongeaient souvent tout autant que le navire , et venons en au fait, l'arrivée.


Débarquement en terres françaises, et déjà elle a envie de rentrer chez eux. Mais bon, une peste qui offre une cloche au nom d'un fils qui agit pour son père...ca ne se refuse pas. Et puis , cloche ou pas, autant pas se les faire sonner en arrivant en retard.

Mais si tu peux! mais non je peux pas! mais si tu peux !! mais non te dis-je!!
Et là c'est le cocher qui décide que la discussion est complète , et pour bien se faire comprendre il stoppe les chevaux sans ménagement, projetant quasi sur la banquette avant.

Et la réponse arrive sans qu'il n'y ait plus de question. Enfin la question était: crois tu mon doux William qu'il serait décent de ma part de soulager ma vessie sur le bord de la route?
et le choc répondit de lui même.La vessie était vide. Heureusement, Quasi, Écossaise oblige, ne portait rien sous sa jolie robe bleue.


Bon..tu regarde où tu pose les pieds maintenant mon Sauvage.



Arrivée à Brienne, pieds bien sagement posés sur la banquette devant eux. Un garde, Aimable de son second prénom, discussion avec William, autorisation enfin. Conduis jusqu'à la salle des cérémonies, entrée très discrète et effarement devant le nombre de personnes.

Se faire discrète quand on promène son écossais de plus de six pieds et qui porte un kilt, n'est pas la chose la plus simple à faire. Et comme elle est généreuse, Quasi, elle se dit que vaut mieux laisser l'Écossais trouver son coin tranquille et ne pas attirer l'attention sur lui. Elle sait ce qu'il pense de ce genre de cérémonie et n'est pas loin de penser comme lui.

Et, sans même y penser, enfin ca c'est son habituelle excuse, elle s'avance et se mêle aux gens présents pour ouvrir de grands yeux. Voila que ca s'embrasse et s'embrasse encore. Certes, elle connait Maltéa mais bon..,on n'est pas en Écosse tout de même!!

Enfin, inquiète de ne pas etre au fait des traditions vassaliques, elle se retourne vers la seule personne proche d'elle, ferme les yeux, et l'embrasse a pleine bouche...Gnia et Quasi..une belle histoire peut etre.
Revenir en haut Aller en bas
Braveheart

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : En voyage
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mer 14 Avr - 22:55

Et la veuve était là...Veuve prématuré aux goûts de William, maintenant qu'on allait probablement lui reconnaitre une noblesse d'accointance, il aurait put avoir le plaisir d'étêté feu l'époux. Mais le lascar avait eu la mauvaise idée de mourir dans des conditions somme toute glauque...Quand à la veuve... Elle n'avait guère été éplorée, se trouvant rapidement un amant et faisant d'un ancien félon un connétable... Le SAS fournissait toujours des informations du Béarn, jusqu'au fin fond de l'Ecosse. Tout comme il aurait du avoir la meilleur place, en tant que Gardien de l'Ecosse il était à la droite des Roy, mais tout ces pédants n'en n'avait cure. Qu'importe, le jour où il faudrait défendre la terre les armes à la main, combien seraient au premier rang, montrant l'exemple, en preux chevalier qu'ils étaient sensés être ?


Dernière édition par Braveheart le Jeu 15 Avr - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anoblissements, il était temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» RGO...il était temps !
» Temps partiel et nounou
» siege RF dos a la route apres 4 ans combien de temps ?
» Echelle du temps
» C'est le temps des Fêtes...On décore!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Brienne et Duché de Rethel :: Salle de réception-
Sauter vers: