Duché de Brienne et Duché de Rethel

Lieu de vie des familles di Favara & Fontanaz ainsi que de leurs vassaux
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Coxynel

avatar

Nombre de messages : 162
Date d'inscription : 31/08/2011

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Lun 3 Déc - 2:29

Citation :
Buongiorno Tutti!!!
Quelqu'un aurait il vue mon Poustoule?

Poustoule ?
Ma c'est qui ce Poustoule ?
Coxynel regarda la nouvelle arrivante qu'elle ne connaissait pas puis son regard se reporta sur Chouquette. Se pourrait-il que le petit jambonneau à perruque qu'elle voyait parfaitement bien porter le nom mignon d'une petite douceur se prénomme en fait Poustoule ??
Pauvre p'tite bête...

Elle salua la jeune fille d'un signe de tête puis Valeria qui arrivait et qui avait fait monter plus loin une tente...
Mazette un château en toile oui !
Ca, c'était la classe totale quand même...


Bonjour Valeria.
Je vais bien et toi ?


Elle ajouta avec le sourire.

Tu sauves ton petit mari d'une nuit à la belle étoile.

Puis elle écouta les propos de MacCord.

Citation :
Le furet et rusé et tetu.

Bon dieu ! Comme Manon ! Si, si j'vous assure que pour manger des vers de terre en douce et obtenir tout ce qu'elle veut - oui tout - elle sait très bien s'y prendre... Tout le caractère de son papa en somme ! C'est une petite bête comme ça qu'il lui fallait ! Et puis l'anniversaire de la petite approchait et en bonne mère qu'elle était, la bonbonnière n'avait bien aucune idée de ce qu'elle pourrait lui offrir.

Et où peut-on se procurer une telle bête ?



Revenir en haut Aller en bas
Jason MacCord

avatar

Nombre de messages : 21
Age : 40
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Mar 4 Déc - 17:57

MacCord sourit.

Se procurer un furet n'est pas difficile. Surtout que faire decopuvrir le furet fait partie de mes attributions aux Chasses Royales...
Le plus dur, si on peut dire, c'est l'education du furet.
Revenir en haut Aller en bas
valeria053

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 01/10/2010

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Jeu 6 Déc - 15:36

Val sourit à coxy

Je vais bien merci ah oui le pauvre une nuit à la belle étoile et bien alors je suis sa sauveuse

puis vers l'homme qui parlait des furets

Ah donc les furets c'est comme les hommes et les enfants le plus dur c'est l'éducation

Un rire et un regard aux hommes présents
Revenir en haut Aller en bas
Jason MacCord

avatar

Nombre de messages : 21
Age : 40
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Jeu 6 Déc - 19:56

MacCord sourit à la dernière remarque.

Mais comme je disais : il ne faut jamais sous-estimer un furet. Comme un enfant ou un homme...

Fallait bien defendre un peu la gente masculine presente. Et MacCord esperait que Lean n'en rajoutera pas...
Revenir en haut Aller en bas
Leandana

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 22/11/2012

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Jeu 6 Déc - 21:17

Ne jamais sous-estimer un homme? Voilà une affirmation qui me laissait pantoise.

Mon cher ange, il est plus facile de sous estimer un homme que le surestimer. Vous avez bien du mal à vous discipliner...

Je vins contre lui pour lui murmurer à l'oreille

je t'aime quand même ... même si tu n'es pas parfait.

C'était dit, il ne restait plus qu'à sourire de toutes mes dents.
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Mar 11 Déc - 20:03

Une tente à monter... besoin de bras? Petit mouvement de recul de la blonde duchesse.... fallait pas que la blondinette rêve! Plutôt fuir que de rester là à travailler comme des paysans! Mais déjà sa fuite fut interrompue par le Rosnay. La di Favara montra légèrement les dents lorsqu'il parla du chien tout en la regardant du coin de l'oeil... l'allusion était bien comprise... il voulait la guerre, il l'aurait! Mais le très haut s'en chargea à sa place, enfin plutôt une saleté de furet qui serait élevé au rang de seigneur pour service rendu. En effet, la fierté de Kelso s'écroula tel un château de cartes et Maltea éclata de rire et elle ne fut pas la seule.
Des excuses s'en suivirent ainsi que des présentations auxquelles la duchesse se plia puisqu'Aliénor avait fait tout le travail. Et oui, elle devait s'économiser si elle voulait tenir ne serait ce que deux minutes sur sa monture.
Alors que la discussion se faisait joyeuse, son regard fut accaparé par une silhouette connue qui arpentait le campement.
Ses émeraudes glissèrent sur celle-ci, s'y attardant peut-être un peu trop, alors qu'une douce chaleur l'enveloppait... ce qui était intéressant au vu de froid ambiant.
S'excusant auprès des personnes présentes, elle se dirigea vers l'homme qui faisait son devoir, c'est à dire surveiller Brienne et s'assurer de sa sécurité ainsi que de celles des invités présents en ces murs. Il était impératif que tout se passe au mieux et qu'aucun incident viennent entacher l'organisation, sinon le prévôt aurait une attaque. C'est que pour cette fois, en plus d'être prévôt, Aimelin serait juge lors des joutes, alors les pauvres gardes en prendraient pour leur grade si les ordres n'étaient pas respectés à la lettre.
Tout en s'approchant, la duchesse repensa à sa dernière escapade et au terrifiant danger auquel elle avait réchappé grâce à son garde..... une attaque de papillon de nuit, l'horreur la plus totale! Elle retint un petit soupir lorsque certaines images lui revinrent en mémoire, telle que son corps écrasé contre le sien pendant ce mouvement de panique... cette sensation ressentie ayant surpassé la peur qui la poussa à s'écarter vivement de lui.... La duchesse avait pris un peu de distance après cet évènement, mais elle devait bien avouer que sa compagnie lui manquait.... aujourd'hui, elle avait besoin de lui.... il devrait veiller sur la catastrophe ambulante qu'elle était lors de la chasse... mais était-ce réellement la raison de cette demande?

Arrivée à sa hauteur, elle prononça son nom d'un ton se voulant détaché, son regard ne s'accrochant pas comme à son habitude mais fixant un point imaginaire au delà de l'homme, mais qui ne donnerait pas l'impression d'une impolitesse. Détachée, elle se devait de l'être, pas comme lors de leur dernière rencontre.... le tout serait qu'elle se tienne à cette décision....

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Alphonse Tabouret

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 17/11/2012

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Mer 12 Déc - 20:15

La vie à Brienne suivait son cours, calme et à la fois chaotique, un mélange qui ne manquait pas de suscitait chez Alphonse un certain amusement. Affilié le plus souvent aux escortes de la blonde duchesse, il n’en était pas moins commun qu’il ne fasse un tour sur les tourelles ou garde toute une nuit une porte quand il s’agissait d’y faire un remplacement. Et s’il préférait certainement la surprenante compagnie de l’italienne qui ne cessait de bousculer ces certitudes et d’aiguiser ses convictions, il ne rechignait à aucune tache, quelle qu’elle soit, découvrant dans le travail une façon fort pratique de s’occuper l’esprit. Le domaine était animé, que ce soit par leurs truculentes résidentes ou les événements qui s’y organisaient. Ravi d’avoir échappé aux joutes, il n’en était pas moins resté profondément circonspect en apprenant l’ordre de sa nouvelle affectation : La chasse.
Il ne connaissait strictement rien à la chasse et à ses règles, distraction des nobles, survie pour les plus pauvres, le statut de bourgeois de campagne étant trop bâtard pour avoir eu à pratiquer l’un comme l’autre avec assiduité. Les rares fois où il avait eu l’occasion de prendre part à une battue, il avait passé plus de temps à reluquer les chasseurs qu’à chercher du gibier. A vingt quatre ans, horriblement épargné par le monde extérieur et malgré tout ravagé par la lugubre comédie familiale dont il avait été un des serviles acteurs, il n’avait jamais trouvé de quoi lui développer le goût du sang, juste celui de la désillusion. Il ne connaissait de la traque que son coté lascif et ne pouvait s’empêcher d’éprouver une certaine compassion pour la bête acculée par la meute de chiens aux mâchoires écumantes et leurs maitres armés jusqu’à la garde.

Ce matin, chargé de surveiller les abords du campement, il se surprenait à une certaine mélancolie. L’isolement ne lui allait pas, le laissant trop facilement aller à ressasser ce qu’il cherchait justement à occulter. Les mois avaient filé, l’année s’achevait et il sentait une lancinance inconnue le traverser devant le paysage engourdi de Brienne.
Perdu, dans de vagues souvenirs, son nom prononcé à haute voix le fit doucement sursauter et son regard vint se poser sur le visage de la petite déesse à pied.
Depuis combien de temps ne s’étaient ils pas trouvés juste comme ça tous les deux, se demanda-t-il en laissant ses prunelles sombres courir sur les joues rosies de froid de Sa Grâce, notant qu’elle regardait au-delà de lui. Un sourire s’installa sur ses lèvres, subtilement narquois, jouant volontairement de ce détachement qu’elle affichait pour la contempler à loisir.
Depuis l’incident du papillon de nuit, où prise d’une hystérie irrésistible devant le monstre voletant grossièrement dans la pièce, elle avait spontanément cherché refuge dans ses bras parce qu'ils étaient les premiers sur son passage pour ensuite s’en extirper avec promptitude, elle l’évitait. Il lui arrivait encore de ressentir le moelleux de ce corps parfumé venant au sien, ses doigts s’agrippant à l’épaule de Maltea par réflexe pour la garder contre lui, et ce regard verdoyant auquel il s’était suspendu, une seconde de trop, se demandant à quel point il serait délicieux de les avoir posés sur soi encore un peu.

Alphonse avait beau être insouciant, il n’était pas sot, et la distance volontaire qu’avait mise la blonde entre eux, découlait de cet instant ci.
La duchesse était une splendeur. Elle lui avait plu au premier coup d’œil, amazone échevelée, perchée sur la bête sombre et vaporeuse qu’était Artois, sachant aussi bien marcher que galoper, et avait parfois du mal à le cacher. Si elle renvoyait la balle avec aisance dans leurs conversations, il ne gardait pas moins à l’esprit qu’elle était sa patronne et il n’avait pas été prudent ce soir là. Subjugué par la rapidité des événements, il avait laissé parler le corps plutôt que la tête et en payait un tribut plus lourd qu’il ne l’aurait pensé. Ces quelques jours sans sa compagnie avaient été mornes, il s’en rendait compte maintenant qu’elle se tenait devant lui, ravissante dans cette moue lointaine, qu’il savait façade pour avoir pu l’observer longuement lors de ses excursions dans son domaine ou les villes avoisinantes, délicieuse de retenue d’enfin venir le trouver, quel qu’en soit prétexte.


-Votre Grâce, répondit il en s’inclinant doucement. Avez-vous besoin de moi ? Il se pencha imperceptiblement vers elle. S'il vous plait, dites oui, je suis là depuis quatre heures ce matin, je m’ennuie à mourir, lui confia-t-il en baissant la voix, dans une insolence visant à la faire sourire.


Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Mar 18 Déc - 22:02

Son coeur fit un bond en sa poitrine au son de sa voix et ses bras se couvrirent de chair de poule. Cela faisait trop longtemps qu'elle ne l'avait entendue et le timbre de celle-ci la faisait toujours réagir.... chaude, taquine.... rien de plus, rien de moins, pas de quoi fouetter un chat et pourtant... celle-ci mettait en émoi la blonde Maltea. Elle arrivait de moins en moins à cacher son attirance pour son garde, et pourtant elle le devait. Mariée elle l'était, serments avaient été prononcé et s'il y avait bien une chose qu'elle craignait, c'était le courroux du très haut. Oh certes, elle était loin d'être une parfaite aristotélicienne, mais quand elle jurait..... et hors mariage, elle ne jurait pas... enfin si, mais pas les mêmes serments, ceux-ci étant plutôt du genre « je te jure que je t'occis si tu regardes une autre femme que moi! » et ce genre de serment, et bien, ça ne compte pas! Par contre, le fameux « je te jure fidélité »..... Hochant la tête, elle du se résoudre à poser le regard sur lui, évitant de s'égarer sur ses yeux qui auraient vite fait de la mettre à nu. Pas de chance, si elle ne regardait pas ses yeux, elle était irrésistiblement attirée par ses lèvres, dont elle s'imaginait la douceur sur son corps d'albâtre. Un nouveau frisson la parcourut et afin de se reprendre, adressa un sourire à son vis à vis... Malheureusement celui-ci se penchait sur elle afin de lui glisser quelques mots qui eurent au moins le mérite de l'amuser. Cependant, elle ne put cette fois refréner une pulsion et la duchesse déposa sa main sur le bras masculin, l'y laissant plus que de raison, avant de lui susurrer presque machinalement à son tour quelques mots.

Si vous saviez, ô combien je m'ennuie moi-même...

Se reprenant, elle continua comme si de rien était, détournant néanmoins son regard émeraude d'Alphonse.

J'ai en effet besoin de vous. Je dois participer à la chasse et .... disons que je ne suis guère douée. Ayant peur d'un accident, je vous demande donc de m'y accompagner afin de veiller sur ma sécurité et de m'aider à traquer la bête! Et ne me demandez point ce que l'on chasse, je n'en sais strictement rien en fait.

Un éclat de rire cristallin s'échappa des lèvres amarantes de la duchesse. Elle ne pouvait tout contrôler et c'était encore plus compliqué lorsqu'elle était en compagnie d'Alphonse. Celui-ci ne s'en rendait peut-être pas compte, mais sa présence réveillait en la jeune duchesse, un comportement peut-être trop proche de son naturel. Elle avait bien souvent envie de rire lorsqu'elle était avec lui. Il réveillait aussi en elle sa soif de liberté ce qui provoquait en elle, une dualité sans précédent. Si elle se laissait aller, elle finirait par laisser libre cours à son envie de lui, son besoin de l'avoir tout à elle, de posséder une partie de son âme, voir même la totalité... au risque de perdre la sienne... mais en avait elle une? Beaucoup disaient que non après tout! Le jeune homme l'intriguait, cela aussi la Brienne devait l'avouer, et le mystère l'entourant n'arrangeait rien à l'attraction qu'il provoquait en elle.
Son regard se fit soudain rêveur en se rendant compte de leur promiscuité. Elle se reprit néanmoins rapidement tout en s'assurant que personne n'avait les yeux posés sur eux. Hors de question de faire jaser, surtout en ce moment! Elle se passerait volontiers de ragot, n'ayant pas la force de leur tenir tête.


Qu'en dites vous, Alphonse? Cette mission est certes mais périlleuse, mais vous aurez ainsi l'occasion de me prouver votre valeur....

Puis dans un souffle, elle rajouta....

De plus j'ai besoin de votre présence à mes côtés mais pour une toute autre raison que ma sécurité.... vous m'avez... manqué.

Son premier reflexe fut de se mordiller la lèvre, trouvant qu'elle avait été trop honnête sur ce coup. Peste était cet homme qui lui faisait si souvent perdre son masque! Le mieux était de noyer le poisson, comme elle savait si bien le faire lorsqu'elle débattait politique.

Je pense qu'il est grand temps de me préparer... je ne tiens point à être en retard pour mon rendez-vous sur la lice.... je pense être libre très rapidement ceci dit, ce qui me permettra de vous rejoindre rapidement pour la chasse.

La jeune femme poussa néanmoins le vice à plonger son regard dans celui du jeune homme, voulant avoir la certitude que ses mots ne le laisseraient pas indifférent...

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Alphonse Tabouret

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 17/11/2012

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Sam 29 Déc - 3:29

La main délicate de la blonde duchesse vint à son bras, et si il fut surpris, il n’en montra rien, pour mieux savourer cette attention inopportune, déplacée mais si savoureuse dans le velours de sa rareté. Il resta un instant concentré sur cette simple attention, sur ses doigts posés sur sa manche, diffus et pourtant là, s’attardant, indécis avant qu’elle ne lui confie en un murmure un état d’âme profond qu’il avait pu deviner sous le masque si parfait de sa Grâce.
Vive, intelligente, toute en pulsions contrôlées, entourée mais seule au fond, quand les lumières s’éteignaient, Maltea avait quelque chose de fascinant qu’il n’avait pas souvent vu chez les femmes. L’autorité bien employée, la loyauté à ses idées… elle n’était pas que belle, elle portait le pouvoir comme d’autres les chapeaux : à merveille. Cela était nouveau pour le jeune homme, rompu à la perversion qu’entrainait le pouvoir chez les autres, souvent fasciné par la jouissance vicieuse et addictive qu’il provoquait et jamais il n’avait encore eu l’occasion de voir le si joli visage de Maltea s’animer d’une telle expression.


J'ai en effet besoin de vous. Je dois participer à la chasse et .... disons que je ne suis guère douée. Ayant peur d'un accident, je vous demande donc de m'y accompagner afin de veiller sur ma sécurité et de m'aider à traquer la bête! Et ne me demandez point ce que l'on chasse, je n'en sais strictement rien en fait

Le rire léger s’envola et il s’en reput avec une satisfaction orgueilleuse. Il aimait qu’elle rie, sans se retenir, sans chercher à se cacher derrière une main précieuse ou en tournant la tête. Elle lui offrait toujours cette gorge parfaite à regarder et ses épaules fines si joliment secouées, une mèche volontaire ou échappée qui finissait toujours par rebondir gaiement sous le rire joyeux et avait parfois la chance de ne pas être recoiffée d’un doigt, laissant les effluves de ce doux moment perdurer un peu encore. Il lui semblait parfois qu’elle était toujours à cheval, la petite déesse tant elle gardait constamment sur le museau cette étincelle mutine qui l’avait séduit au premier regard et cette grâce aérienne qui la précipitait, altière, sur le chemin qu’elle empruntait.

Qu'en dites vous, Alphonse? Cette mission est certes mais périlleuse, mais vous aurez ainsi l'occasion de me prouver votre valeur....

Son sourire s’étira et il allait répondre quand son murmure le faucha net.

De plus j'ai besoin de votre présence à mes côtés mais pour une toute autre raison que ma sécurité.... vous m'avez... manqué.

Un frisson élégant traversa son échine pour venir se fondre à sa peau, et il en savoura chaque instant, un sourire plus grand qu’il ne l’aurait souhaité venant s’étendre à son visage. Voilà exactement ce qu’il aimait chez Maltea. Cette franchise presque brutale qui le poignardait avec une intensité toujours neuve, lui qui ne croyait à rien d’autre que le silence ou la fuite. Comment osait elle ainsi le torturer d’une joie espiègle, le laisser se rassasier d’une envie aussi vive que lancinante. Son corps désormais réveillé par cette confession se rendait à présent compte que sa présence toute entière lui avait manqué durant ces quelques jours, et surtout cette façon que leurs corps avaient de se tendre quand un mot de trop leur échappait, quand une main s’attardait, ou quand un regard s’appuyait. Combien de fois avait-il imaginé ce corps parfait aux diverses lumières du jour lors de quelques moments passés ensembles à l’observer tandis qu’elle discourait auprès de seigneurs et visiteurs pour ses affaires et combien de fois avait-il été si près de dériver définitivement à son appétit grandissant quand l’heure tardive et les ombres propices de la nuit jalonnaient le parcours les ramenant à Brienne. Maltea s’insinuait en lui, l’intriguant et l’aiguisant, l’amenant à lui-même repousser ses envies, respectueux mais surtout sincèrement curieux d’une certitude encore indéfinie qu’il sentait naitre à son contact.
Moi aussi Petite déesse, moi aussi tu m’as manqué, si tu savais, songea-t-il sans même espérer le dire, devinant à la moue de l’italienne qu’elle-même se sentait dépassée par ses mots et se préparait déjà à les ensevelir sous d’autres. Moi aussi je me suis ennuyé sans toi, de toi...


Je pense qu'il est grand temps de me préparer... je ne tiens point à être en retard pour mon rendez-vous sur la lice.... je pense être libre très rapidement ceci dit, ce qui me permettra de vous rejoindre rapidement pour la chasse.

Leurs regards se croisèrent, s’accrochèrent et il y laissa danser toute la flamme du délice de ses retrouvailles qui allaient se prolonger. Il ne connaissait rien à la chasse, mais elle ne s’en rendrait visiblement pas compte, ce qui semblait plutôt un bon point … et il l’aurait peut-être à lui quelques heures où il ferait tout pour la faire rire à gorge déployé, qu’ils fassent fuir du plus petit vers de terre au cerf le plus majestueux sous les protestations lointaines des autres chasseurs, qu’elle oublie un instant, ses devoirs et obligations, qu’elle respire juste un peu et pétille plus encore que de coutume.

-Votre Grâce, je n’ai absolument aucune envie de vous voir partir maintenant, lui annonça-t-il dans un sourire. Vous m’avez semé quatre longues journéesUn silence pour qu’elle savoure l’adjectif ne croyez pas que je vous laisserai filer une cinquième, vous m’êtes bien trop précieuse… Le sourire s’élargit pour lui confier, espiègle, choisissant de saupoudrer la réalité d’une teinte de provocation pour la taquiner : Et vous êtes mon meilleur alibi pour quitter cet endroit. Il se redressa dans un garde à vous volontairement solennel. Je vous attends ici même… Puis, en relâchant la pose, retrouvant une fraction de seconde cette intimité étrange qu’ils se permettaient parfois, il émit une demande, un ordre, un espoir, deux mots où venaient se mélanger une foule de désirs : Revenez vite.
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   Mar 22 Jan - 12:13

Il était grand temps qu'elle prenne la fuite. L'attraction ressentie s'amplifia sous le regard d'Alphonse, sans parler des paroles qui touchèrent au but sans aucune difficulté. Deux malheureux petits mots qui pour elle représentait tellement de chose... Revenez vite.... Si elle s'écoutait, il n'y aurait ni joute ni chasse, aucune raison de revenir vite car elle ne partirait pas sans lui! Elle l'entrainerait loin des yeux indiscrets. Elle s'enivrerait de sa présence, de l'odeur chaude et musquée de sa peau, s'abreuverait à sa source de vie laissant libre cours à ses pulsions, à ses ardeurs refrénées, à l'essence même de sa nature profonde.
La jeune femme du se faire violence pour ne pas prendre d'autorité les lèvres masculines entre les siennes. Elle y était pourtant prête, mais une annonce l'en empêcha.... oui les jouteurs étaient appelés à se préparer.... dernier regard à Alphonse... regard qui ne cacha rien de ses intentions réelles le concernant. Au diable la bienséance, les apparences à sauvegarder, le « qu'en dira t-on ». Elle voulait cet homme, et elle l'aurait! L'appétit de la chasseresse s'était complètement réveillé. Son corps en était douloureux, mais paradoxalement cette douleur en était tout autant délicieuse. Les prémices d'une chevauchée dans les plaines chatoyantes de la luxure dans laquelle elle avait toujours aimé se vautrer....
Sans un mot, elle se détourna de lui... elle reviendrait vite, cela était certain.... la chasse cette fois était réellement lancée!

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Campement briennois et de ceux qui veulent les rejoindre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Pour ceux qui veulent avoir la tête dans les nuages, un bon plan
» Pour ceux qui ont la mémoire courte et ceux qui veulent récrire l’histoire
» Pour ceux qui veulent un intérieur de MCR4S façon Cirrus
» il y a des enfants ici qui veulent pas dormir toutes seul?
» Tu sauveras et toi-même et ceux qui t’écoutent. — 1 Tim. 4:16.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Brienne et Duché de Rethel :: Les campements-
Sauter vers: