Duché de Brienne et Duché de Rethel

Lieu de vie des familles di Favara & Fontanaz ainsi que de leurs vassaux
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Se dévêtir de son ombre ou comment lever le voile impudique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alistair

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Se dévêtir de son ombre ou comment lever le voile impudique   Mar 6 Sep - 22:00

Alistair avait toujours été un grand voyageur. Il était allé aux confins de l'Orient et bien au-delà de Novgorod. Il avait goûté la soif désertique et la quiétude des forêts de Laponie. Il avait guerroyé un peu partout et même en Tamerlan, il avait dû croiser le fer. De tous ses voyages, il en avait gardé que de laconiques souvenirs. Parfois, à la lueur d'une lume vacillante, il se remémorait l'une ou l'autre de ses expéditions. Le froid mordant moscovite, la beauté d'un couchant insulaire, tant de choses merveilleuses qu'il oubliait peu à peu. Son cœur fut meurtri à maintes reprises. Pour sûr, il en avait meurtri bien plus mais, en son sein, lorsqu'il se trouvait seul, il ne pouvait que contempler la vacuité l'habitant. Non qu'il ne fusse superficiel. Non. Il se targuait d'être un homme affable, instruit voire charmant selon certaines mais toujours, sans aucun doute permis, il se sentait seul au plus profond de sa chair. Il avait sa famille mais les choses s'étaient profondément assombries. Les défunts ne pouvaient le réchauffer ni les absents...

Ainsi, au hasard de ses pérégrinations, Alistair avait rencontré une femme. Ou plutôt, son bon plaisir lui avait présenté une dame. Il en ignorait tout à dire le vrai. Il ne savait que son prénom et maintenant qu'il eut reçu une missive l'invitant à se rendre chez elle, il connaissait son logis. Il savait d'elle un certain goût pour le verbe et la coquetterie. Cela l'avait amusé, puis intrigué. Que les Dames étaient ennuyeuses. Les catins, elles, savaient pour quelles raisons on minaudait avec elles. Elles ne s'attendaient à guère mieux qu'un au revoir lorsque l'affaire fut faite. Pour les prudes, les minaudes et autres gourgandines, il était tout aussi aisé d'en arrivé à ses fins; pour peu que ces dernières ne bavassent point trop ce qui avait le don d'irriter Alistair.

Alistair était un homme de haute stature. Son âge avançant, sa longue et épaisse chevelure laissait poindre par endroit quelques liserés d'argent. Il portait une barbe très délicatement taillée. Il aimait la parcourir du bout des doigts. Cela le calmait, le rendait plus serein tandis qu'une compagnie pouvait le lasser. Ses yeux étaient d'un vert brun empreint de teintes vermillons. Il savait son regard intense et les années lui avaient appris à en jouer.

Mais pour l'heure, chemin faisant, à la vêpre tombée, il se para de son plus beau masque social afin de venir céans se présenter à la Dame. Maltéa se faisait-elle appeler. Un nom peu commun... Maltéa... Se nom sonnait en lui comme une nouvelle aventure. Il avait, pour un court instant, trouvé l'ardeur de ses primes années. Il fut introduit dans un salon élégamment décoré. Il avait eut, comme toujours, un geste et un mot poli pour le valet qui l'avait accompagné. Etant donnée l'heure tardive, il demanda à ce dernier de lui faire venir de quoi se sustenter un peu. Celui-ci lui indiqua que Madame allait venir sous peu. Il fallait attendre.

Alors Alistair attendit. Il alla auprès de l'une des portes-fenêtres et perdit son regard dans le parc attenant.


Belle propriété... Il esquissa un sourire. Belle soirée j'en augure...
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Se dévêtir de son ombre ou comment lever le voile impudique   Dim 11 Sep - 17:29

Il fallait attendre, les ordres avaient été transmis au valet qui avait introduit le visiteur dans le salon. Et pour attendre il attendit. La duchesse ayant été accaparée au moment le moins opportun par un souci concernant la province qui lui avait pris plus de temps que prévu. La jeune finit néanmoins par faire son apparition et c’est d’un pas léger, sans bruit, qu’elle pénétra dans le salon, son regard se posant sur la silhouette masculine qui se présentait de dos, le regard perdu sur le parc de Brienne.
Le fait d’une présence masculine en sa demeure lui fit prendre conscience qu’il était temps de mettre de l’ordre dans sa vie. Elle avait certes commencé, mais il fallait maintenant continuer et maintenir son cap. C’était la raison de la présence d’Alistair en ses murs.
Elle avait eu l’occasion, lors d’une rencontre fortuite de discuter avec lui, et il lui avait semblé tout son contraire. Posé, à l’écoute, réfléchi. Et alors que sa relation « outre-France » venait de péricliter, la jeune femme s’était décidée à prendre la plume et contacter celui qu’elle espérait pouvoir avoir comme guide, un phare dans la nuit, en gros son Jiminy Cricket personnel.
C’est qu’elle en avait grand besoin quand on voyait le désastre de sa vie, enfin les derniers mois de sa vie, tout reprendre serait bien trop long. Un mariage en cours de dissolution, une histoire ayant été étouffée avant même de naitre, une autre à laquelle elle croyait et qui n’avait été que déception, la dernière en date qui avait fini dans le mur en moins de temps qu’il ne fallait pour dire ouf et enfin l’actuelle qui ne semblait pas décoller mais celle sur laquelle la blonde duchesse misait beaucoup. Le souci est que par peur d’être déçue de nouveau, elle ne faisait pas grand effort et pourtant elle était sous le charme mais se refusait de recommencer les mêmes erreurs qu’avec Loup… après tout, comble de l’ironie, le Cavalcanti vivait lui aussi à Dax lors de leur rencontre sur les terres de Buzancy.

C’est une fois à hauteur de l’homme qu’elle s’adressa à lui d'une voix feutrée pour ne pas le surprendre et risquer de se prendre un coup alors qu'il se retournerait.


Désolée pour l’attente, un repas va être servi, n’ayant point encore pu me sustenter, je vous invite à m’accompagner si le ventre vous en dit.

Tout simplement… Oui la duchesse une fois retirée du monde, le masque en général tombait. L’air hautain laissait la place à celui d’une femme beaucoup plus simple, moins batailleuse peut-être, ayant juste envie de calme et de stabilité. Et puis le Chenot était son invité, donc aucune raison de se préparer à la lutte.

Par contre je vous préviens, il ne sera pas en sauce au vu de l’heure tardive, j’espère que vous cela vous calera tout de même, il est vrai que depuis la « disparition » de ce qui me sert d’époux, la cuisine n’est plus habituée à composer des repas pour un homme, mes vassaux n’étant pas les plus assidus sur le domaine, ayant les leurs à gérer. Mais je vous en prie, veuillez prendre place, sauf si le plaisir d’observer la beauté du parc prévaut sur celui d’une discussion ou encore le plaisir de me voir.

Et de lui décocher un sourire malicieux tout en se dirigeant vers une bouteille qu’elle déboucha afin de servir deux coupes et de se rendre de nouveau auprès d'Alistair, lui en tendant une.

Du vin du domaine de Buzancy, j'en ai extorqué quelques bouteilles, le duc me devait bien ça. A la votre !
J’espère que votre voyage s’est déroulé sans encombre, il parait que les brigands pullulent sur les routes.


La jeune femme prenait place sur un siège tout en discutant, s'y installant confortablement, goûtant avec délectation le breuvage rougeoyant .

**********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Alistair

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: Se dévêtir de son ombre ou comment lever le voile impudique   Jeu 15 Sep - 15:30

Son pas se faisait feutré et discret. Elle luy adressa la parole et il opina doucement du chef. Un repas allait être servis; un souper cela allait sans dire. Il en était ravi. Sa voix était suave, pleine de sensualité. Il écouta chaque mot avec attention sans pour autant se retourner ou trahir quoique ce soit par un mouvement gauche. L'homme resta immobile, regardant le parc envahie par l'obscurité naissante. Elle révéla qu'elle avait un époux. Cela sembloit évident après coup et pourtant Alistair l'avait crue seule jusqu'à maintenant, jusqu'à ce qu'elle révèle cette information capitale. Et puis après, il était normal qu'une femme de son âge et de son rang soit mariée. Il n'y avait là rien de très extraordinaire. Il se tourna légèrement de sorte qu'elle aperçoive l'esquisse de son sourire. Puis de nouveau, sans mot dire, il se replongea dans ses remembres sans prendre la peine de lui parler. L'instant n'était pas encore venu. Il devait se montrer élégant et courtois avec elle. Il le présumait, cette rencontre n'avait rien de banal.

Puis elle revint vers luy, luy tendant un verre de vin. Il s'en saisit délicatement.


Mercy votre grâce...Répondit-il d'une voix douce. Il avait à peine susurré les mots de sorte qu'elle soit obligé d'y faire attention. Cette dernière alla se seoir sur l'un des canapés prévu à une converse confidente.

Alistair regarda l'un des arbres en particulier. Ce dernier attira son attention. Le tronc était très certainement centenaire et ses branches, de tailles respectables, se tordaient en tout sens. Il semblait en mouvement perpétuel. Il dénotait également du reste du parc qui était impeccablement entretenu. Ce dernier paraissait avoir été laissé dans sa plus sauvage expression comme si une part de la Duchesse ne voulait se plier à aucune étiquette. Cet arbre n'en demeurait que son expression la plus instinctive.


Vous avez un parc magnifique. Dit-il en se retournant.

Il garda un visage très fermé. Il était impossible d'en discerner ses desseins. Il alla se seoir à son tour auprès d'elle et goûta le vin.


Je suy Alistair de Chenot mais ça vous le savez déjà. Je suy fort aise d'estre céans. Je vous mercy pour ceste délicate invitation. Mais ce que j'aimerai savoir avant tout est la raison de ma présence icilieu.

La première banderille était jeté. Il restait à savoir comment la Duchesse allait le prendre. Alistair plongea son regard en celuy de la femme luy faisant face. Maintenant, plus rien ne pouvaient les déranger. Il ce fut établit sur le champ un lien propice à une conversation des plus passionnantes.
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Se dévêtir de son ombre ou comment lever le voile impudique   Mar 20 Sep - 21:56

Je vous remercie, le parc possède quelques beaux spécimens, certains viennent même de contrées lointaines de ce que j’ai pu comprendre, mais ne m’en demandez pas plus, je vais vous avouer ne guère m’intéresser à la nature. Je n’ai pas la patience requise pour tout cela.

Alors qu’il se présentait, la jeune femme l’observait, la tête légèrement penchée sur le côté, essayant de le cerner, ce qu’elle n’avait encore jamais réussi à faire. Et le regard qu’il finit par poser sur elle, accrochant ses émeraudes sans les lâcher, attisa d’autant plus sa curiosité. Il lui était pourtant aisé de pouvoir apercevoir quelques failles dans lesquelles s’engouffrer, mais elle avait l’impression, avec lui, de se retrouver face un mur. Avec lui c’était passer d’un pied à l’autre sans trop savoir comment le poser.
Néanmoins, elle ne sourcilla pas, rodée à l’exercice, politique oblige et posa ses lèvres sur le bord de la coupe afin d’en boire une gorgée et de récolter les quelques gouttes humidifiant ses lèvres, de la pointe de sa langue.
Maltea reprit la conversation d’une voix badine.

En effet, je sais qui vous êtes et je vous en prie, c’est un plaisir que de vous accueillir en ma demeure.
Et pour ce qui est de la raison de mon invitation…

Et de laisser un peu le silence s’installer, alors qu’elle joue avec sa coupe tout en le jaugeant de nouveau de plus en plus intriguée par sa façon d’être.

Disons que je suis une personne assez impulsive, et j’ai pu remarquer que vous étiez tout mon contraire. J’ai besoin d’une personne pouvant me conseiller et avoir assez de doigté pour me remettre dans le droit chemin quand je m’égare, une sorte de conseiller en fait. J’ai pensé que vous seriez parfait pour cela, mais peut-être me suis-je fourvoyée. Mais ça, vous allez rapidement me le dire.

Et de lui adresser un sourire avant de se pencher pour picorer un raisin dans la coupelle de fruit posée sur la table alors que son regard fut attiré par un mouvement vers l’entrée. Les serviteurs arrivaient avec les victuailles et elle en fut soulagée. Son estomac était vide depuis de longues heures et elle avait grand besoin de prendre quelques forces. Ses journées étaient surchargées, ses nerfs mis à rudes épreuves depuis quelques temps et son réconfort résidait bien souvent à boire un peu trop et sans avoir mangé, l’ivresse la prenait rapidement et cela ferait tâche en pleine discussion avec un homme qu’elle connaissait à peine.
Ils déposèrent les plats sur la table face à eux et se retirèrent sans un bruit.


Je vous en prie, faites comme chez vous, mon cher…

**********************
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se dévêtir de son ombre ou comment lever le voile impudique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Se dévêtir de son ombre ou comment lever le voile impudique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» de l'ombre à la lumière...........
» ça me fout les glandes, casse toi tu pu, et marche à l'ombre
» Sous l'ombre des pommiers - Yves Jacob
» Brule ou Shroom ? Cherche une ombre a paupiere dans les tons champagne
» ma 1ere ombre à Paupière OR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Brienne et Duché de Rethel :: Salon-
Sauter vers: