Duché de Brienne et Duché de Rethel

Lieu de vie des familles di Favara & Fontanaz ainsi que de leurs vassaux
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Elseworlds] Et si... en tous genres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: [Elseworlds] Et si... en tous genres   Dim 2 Nov - 0:16

Pour les puristes, Elseworlds et What if (qu'on pourrait traduire par "et si...") sont deux termes de comics (l'un utilisé par DC, le second par Marvel) pour décrire des histoires qui ont pour base la même chose que leur univers normal, mais avec une divergence à un moment donné, qui donne un univers totalement différent. Petits exercices de styles donc, auquel je me suis amusé.

Somaire :

Elseworlds 1 - Et si les Royaumes étaient envahis par des zombis.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [Elseworlds] Et si... en tous genres   Dim 2 Nov - 0:19

"Mon seigneur, mon seigneur !"

La voix était encore loin, mais l'écho des voutes de la chapelle le répercutait jusqu'à la personne agenouillée devant l'autel. Cela ne le perturba pas le moins du monde, et il continua sa lente litanie, en latin. Il la conclut par un signe de la croix, et se releva. L'âge n'avait pas encore assez d'emprise sur son corps pour l'empêcher de se lever correctement, mais il sentait le poids des responsabilités sur ses épaules... Le monde était devenu si compliqué.

"Mon seigneur !"

Le garde venait d'entrer dans la chapelle, et il avait cessé d'hurler, se contentant de chuchoter assez fort pour attirer l'attention de son maitre. Peine perdue, l'homme n'avait pas fini. Il s'inclina pour allumer cinq bougies, et déposer une gerbe de roses, les seules qui avaient poussé cette année dans un recoin des jardins du château, près des murailles. Dire que les rosiers s'étendaient auparavant à perte de vue, depuis le donjon... Enfin, il se retourna, pris son casque sous le bras, et avança vers la sortie. Le temps n'était plus au passé, seul le présent comptait. Quand au futur...

La lumière du soleil lui fit cligner des yeux, mais il s'y habitua vite, et s'intéressa enfin à ce que son serviteur avait à lui dire :


"Messire, je suis désolé de vous avoir dérangé... mais un homme vous demande à l'entrée du château."

Une visite... voila bien longtemps que ce n'était plus arrivé... Se pouvait-il que ce soit...

"Un Vivant ?"
"Oui messire, à ce qu'il semble. Il est entouré d'une petite troupe, fort mal en point. Vous.."
"Je sais ce que j'ai à faire, conduis moi"


Il savait probablement aussi bien que cet homme où il devait se rendre, mais il tenait à faire respecter la hiérarchie dans sa maison. C'était probablement la seule chose qui ne faisait pas craquer toutes les personnes sous ses ordres, et qui lui interdisait de craquer lui-même. Il songea avec amertume à tous ceux qu'il n'avait pu retenir ici... Ceux qui étaient parti revoir leur famille, ou qui pensaient qu'ailleurs seraient moins horrible qu'ici... Il n'en avait revu aucun. Il secoua la tête en songeant qu'autrefois, il aurait prié que Dieu les protège... Aujourd'hui...

Enfin, il arriva sur le chemin de ronde, et put voir la petite troupe qui attendait devant les douves pleines. L’eau ! Voila un moyen efficace de les arrêter ! Il n'en avait encore vu aucun nager, fort heureusement... Il fronça les yeux pour observer l'oriflamme. Petit-Mesnil ! Il failli sauter de joie ! Son vassal vivait encore ! Sa joie retomba cependant bien vite. Ca ne serait pas la première fois qu'un démon se ferait passer pour une de ses connaissances pour rentrer... L'image de son frère s'imposa à nouveau, la gorge arrachée et les poumons en train d'être dévorés par la veuve d'Attigny, à qui on venait d'accorder l'asile. Dire qu’il avait du tuer à nouveau son frère après… Il serra la garde de son épée, et hurla :


"Sautez ! Une corde vous sera envoyée !"

Le hissage se fit sans trop mal, ses hommes étant habitués à la manœuvre. C’était la seule qui pour l'instant lui avait garanti que seuls les vivants franchissaient ces murailles. Il s'arrêta devant le seigneur de Petit-Mesnil, qui s'agenouilla devant lui.

"Pardonnez-moi votre Grasce, d'avoir mis tant de temps. J'ai voulu... j'ai voulu..."

Il fut pris d'un sanglot, et puis un autre, et le Duc se jeta à genoux pour l'enserrer dans son bras. Cet homme avait était le plus brave d'entre les braves, mais il ne pouvait lui en vouloir de réagir ainsi... Comment bien agir dans un monde où Dieu vous avait abandonné, et avait déclenché ce fléau. Il ne l'interrogea pas plus. Il n'avait pas voulu décevoir son vassal quand celui-ci était parti à la recherche de sa fille, emportant cinquante de ses meilleurs gardes avec lui, avec l'autre espoir de trouver d'autres survivants. Ils ne revenaient qu'à cinq. La liste des pertes ne cessait de grimper... Enfin, la crise cessa, et quand ils se relevèrent tous deux, son homme-lige avait retrouvé la dureté de ses traits.

"Mon Duc, tout n'aura pas était en vain. J'ai bien retrouvé quelques survivants, qui ont pu me donner quelques nouvelles du monde. Rome a entièrement brulé il y a de cela 10 lunes, et Paris est aux mains des Sans-vie, tout comme Reims. L'armée royale a totalement été détruite il y a peu, et Son Altesse... Notre royaume n'a plus de Roy..."

Il secoua la tête. Tout cela était prévisible... Rien ne pouvait les arrêter, il avait pu tester ça dans la débâcle de Reims... Le première percée du Mal en Champagne... ils venaient du royaume de Bourgogne qu'ils avaient ravagé, et étaient monté directement sur Reims. Certains avaient dit qu'ils voulaient détruire la cathédrale sacrée où l’on faisait les Roys, d'autres qu'elle était la ville où ils pourraient se nourrir en masse... L'attaque avait eu lieu pendant la foire, et l'impréparation du Comte avait couté des milliers de vie... Les flèches étaient totalement sans effet, et seules les épées, maniées d'une main experte, avait quelques chances. Mais la plupart des miliciens étaient armées de bâtons, et ils étaient de toute façon trop peu nombreux pour résister à l'assaut en nombre des Sans-Vie. Le carnage avait été total, premier d'une longue lignée... Il ferma les yeux, mais les images refusaient de s'en aller... Des flashes, d'épées maniées pour décapiter, la seule solution trouvée pour les arrêter, des relents de pourriture qui vous prenaient à la gorge, les hurlements des blessées, et les grognements des morts qui revenaient à la vie. La fuite, seule solution, et l'enfermement... Dernière vision d'un visage en décomposition qui réussit à lui mordre le bras... coup de bouclier qui arrache la moitié d'un crane, mais sans desserrer la mâchoire, et dont l'orbite à présent vide le contemple...

Il rouvrit les yeux en contemplant son moignon... Seule façon d'empêcher le mal de se propager... Le passé était le passé. La perte d'un bras n'était rien face à la mort.


"Le Roy ne pouvait rien pour nous depuis longtemps. Que Dieu, s'il existe encore, ait son âme..."

Pauvre jeune prince, il n'aurait pas régné longtemps. Les souvenirs de son baptême, puis de son sacre lui revinrent quelques peu en mémoire, mais si lointain qu'ils auraient pu appartenir à un autre homme... Sa mère vivait encore alors, et il n'avait pas été obligé de la tuer... deux fois... Sa main valide serra son épée, et il reprit conscience avec le présent. Pas pour la première fois, il se refusa à vivre dans le passé. Mais qu'il était dur de vivre dans ce présent...

"Viens mon ami, nous aurons le temps de discuter une fois que tu te seras reposé."


La nuit tomba rapidement, et le repas donné fut frugal, même à la table du Duc. Plus personne ne se risquait à cultiver ou récolter les champs, et encore moins à chasser les bêtes. Il secoua la tête à ce sujet, se demandant comment ils passeraient l'hiver, une fois les douves gelées et les réserves vides... Un bruit inhabituel le fit sursauter, et le gout amer de la trahison lui emplit la bouche quand il se tourna devant son vassal. Son pont-levis était en train d'être abaissé, et il ne pouvait l'être que par les hommes rentrés aujourd'hui. Son ami s'était remis à pleurer, et il ne put entendre qu'un faible "ils tenaient ma fille..."

Avec un juron, il se précipita pour observer ce qui se déroulait dans la grande cour. La pleine lune lui révéla les couleurs de Meaux, et les hurlements lui glacèrent le sang. Les Sang-Vie de ce territoire étaient les pires, surtout quand ils affrontaient ses armées... Vieille querelle qui duraient du temps des vivants, et qui se poursuivait désormais après la mort. Sa dernière ligne de défense venait de s’écrouler, et ses gardes ne tiendraient pas longtemps face à la horde qu’il voyait arriver.

Il avança à petits pas jusqu'à la chapelle et s'y posta devant, épée au clair. Le dernier seigneur des Brienne quitterait la vie selon sa volonté, en protégeant les siens. Il espérait qu'au moins la mort lui apporterait un peu de réconfort...
Revenir en haut Aller en bas
 
[Elseworlds] Et si... en tous genres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Taxes en tous genres
» Bocaux en tous genres
» Engueulades en tous genres au conseil municipal
» Pour les ex "détracteurs" en tous genres des GEC..
» [12*19] Pièges en tous genres 28/05/2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Brienne et Duché de Rethel :: Le coin lecture-
Sauter vers: