Duché de Brienne et Duché de Rethel

Lieu de vie des familles di Favara & Fontanaz ainsi que de leurs vassaux
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:18



Ylalang a écrit:
Le froid avait depuis quelques semaines répandu son manteau de givre sur les plaines champenoises. Les champs étaient désormais au repos, en attente du temps clément printanier, et désormais toutes les ressources des paysans se tournaient à la thésaurisation de leurs récoltes et de leurs fruits pour passer l'hiver.

La vicomtesse avait quitté les terres d'Avize delestées de leurs grappes de raisin rougeoyantes, et les maitres de chais avaient affirmé à la noble que la récolte était bonne, que le vin serait délicieux l'an prochain. Satisfaite, ayant donné l'assurance a ceux de ses terres qu'ils auraient de quoi passer l'hiver, elle avait rejoint Reims avec ses enfants et Catheolia pour y passer la partie la plus froide de la saison.
Même si la capitale n'était pas des plus actives, il y aurait l'assurance de pouvoir s'occuper un peu, faire les magasins, ou bien voir les nobles se bagarrer au ban.

De retour des festivités du Lavardin, c'était un majordome soucieux qu'elle avait retrouvé à Reims, qui avait recruté quelques hommes d'armes supplémentaires après avoir constaté que certaines personnes rodaient non loin de l'Hotel Melani. La vicomtesse avait alors haussé les épaules, laissant la gestion de ce genre d'ennui à l'Anglais. Qui sait si ce n'était pas simplement des mendiants appatés par les déchets des cuisines, ou des curieux voulant admirer le faste d'un hotel nobiliaire...

Rituellement, Ylalang sortait avec Catheolia le matin pour aller flaner sur la grand place de Reims. Camelots et marchands de toutes sortes y affluaient et tentaient d'appater la clientèle riche ou moins riche. L'odeur alléchante des miches de pain embaumait l'air, agrementé des odeurs piquantes des vendeurs d'épices. Ce matin là, Lorenzo avait demandé à se joindre à la promenade matinale de sa mère, prenant à coeur sa charge de page. La jeune Eilinn elle restait sous la surveillance assidue de ses nourrices, trop petite encore pour apprécier ce genre d'activités.

Ainsi, Ylalang, Catheolia et Lorenzo, avec un peu plus loin deux hommes d'armes chargés de veiller sur leur sécurité, étaient en goguette dans les allées marchandes.
Un marchand retint plus particulièrement l'attention de la vicomtesse, qui regardait avec envie et fascination l'étalage offert à sa vue.


Allez ma bonne dame, en provenance de Grasse et de Menton, nos plus belles effluves de rose et de fleurs !

Elle qui ne jurait que par la senteur délicate de la fleur d'oranger, allait-elle se laisser tenter par d'autres fragrances fleuries ou fruitées ? Portant à son nez les délicats flacons pour en sentir les senteurs, elle se tourna vers Catheolia pour demander son opinion.

Alors, qu'en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:19



Catheolia a écrit:
Froncement de sourcils.

ça me pique le nez le jasmin. tiens, attends ...

Un flacon avait attiré la jeune femme, qu'elle ouvrit prestement.

Tiens et ça ? tu préfères pas ?

Retour en Champagne, retour à Reims. Catheolia revenait doucement sur terre après avoir passé les quelques jours au Lavardin. Ses premiers pas en tant que noble avaient quelque peu étourdi la jeune femme qui retrouvait finalement avec un certain plaisir sa place de Dame de Compagnie, place certes qu'elle n'avait pas quitté en étant anoblie mais dont elle se sentait plus proche quand elle était seule avec Léah.

La ballade était ternie par la présence constante des gardes de la maison qui ne lâchaient pas les jeunes femmes d'une semelle, mais Cath choisit des les ignorer du mieux qu'elle pouvait.

Le flacon qu'elle venait d'ouvrir dégageait une douce odeur sucrée, comme du bonbon.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:20



Ylalang a écrit:
Ylalang eut une nausée en sentant l'odeur sucrée du parfum présenté par Catheolia et une moue de dégout s'inscrit sur les traits délicats de la jeune femme.

Yeuurk, désolée ça me plait pas du tout.


La main gantée de la noble vérifia la tenue de son chignon serré en un reflexe coutumier, semblant vouloir s'assurer que rien ne laissait s'échapper de son maintien. Elle se tourna vers la jeune femme.

Mais et toi ? Il te plait ? Tu as de quoi te l'offrir désormais.

Un sourire amical, dénué de toute hypocrisie se dessina sur les lèvres incarnat de la Vicomtesse, adressé à sa vassale.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:24



Catheolia a écrit:
Temps de compréhension ... mise en route de la machine ... les moyens ? elle les moyens maintenant ? Ah oui ! c'est vrai, partait qu'elle a des terres et un titre maintenant.

Elle sourit à Léah, tout en cherchant sa bourse.


C'est vrai, je crois que je vais me permettre ça. Et je te promets de ne pas m'en asperger à outrance quand tu seras dans les parages !!

Et toi, tu trouves ton bonheur ?

Cath regardait moins l'étal de parfum que les étoffes qui se trouvaient non loin ... Ne pas s'écouter ... Ne pas aller faire un razzia là bas ...
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:26



Ylalang a écrit:
Elle eut un rire franc et serein. Un instant les inquiétudes et les soucis se firent moins assourdissants dans l'esprit d'Ylalang, de par cette conversation badine sur la place de Reims.

Merci pour cette attention délicate de ta part ! Je me boucherai le nez sinon, avec un mouchoir imbibé d'alcool de menthe !

Le vendeur lui présenta alors un nouveau flacon, avec force compliments sur l'effet que produirait les effluves presque exotiques sur la gente masculine. La senteur vanillée fit faire les gros yeux à la vicomtesse qui repoussa aussitôt le parfum, prétextant que l'odeur lui déplaisait fortement. C'est surtout qu'elle n'avait surtout aucune envie d'avoir la même odeur que la bourguignonne de Grand Maitre de France.

Elle nota que le regard de sa vassale dérivait lentement vers les étoffes soyeuses et chatoyantes non loin de là. Elle eut un sourire tranquille, repensant à sa propre orgie de vetements lorsqu'elle avait acquis sa baronnie.

Un nouveau flacon aux nervures bleutées, probablement soufflé à Murano attira ses doigts gantés, et elle le saisit avec délicatesse, laissant miroiter dans le liquide ambré la pâle lumière de novembre. Elle déboucha le flacon, et sentit la tubéreuse, la rose et le lys. Fermant les yeux un instant, un court moment d'égarement à se laisser griser par l'enchanteresse fragrance. Puis les amethystes se rouvrirent.


Je prendrai celui là.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:26



Rhân a écrit:
La lettre qu'il avait reçu lui avait défendu de la raccompagner en Champagne, mais absolument pas d'y aller de son côté seul et de la suivre fidèlement avec une ferveur pour elle et une constance qu'elle ignorait sans aucun doute et qu'elle réprouverait certainement même si sa conduite n'était guidé que par l'amour qu'il lui portait et qu'elle ne comprenait pas trop enfermé dans sa vision ylalienne du monde bien éloignée du monde réel. Il soupira...

Enfin il était arrivé à Reims et s'était à nouveau installé dans une bonne auberge de la capitale champenoise et y avait loupé un petit appartement pour y demeurer quelques temps et la voir de temps. Il avait appris en soudoyant quelques serviteur avec de la menue monnaie que la vicomtesse passerait l'hiver dans la capitale et non pas à Avize où il aurait eu bien plus de mal pour la voir incognito.
Les blessures qu'elle lui avait infligé s'étaient vite refermé avec le manque qui se faisait durement ressentir. Il n'aspirait plus qu'à la voir encore et encore, mais restait caché, craignant sa réaction à le voir apparaitre de nul part après tout ce qu'elle avait pu dire sur lui.

Ce matin, elle était sorti et s'était dirigée vers le marché avec ses deux gardes du corps, son fils et sa vassale. Il l'avait suivi , l'observant tout en se tenant à distance.
Quand elle s'était arrêté devant l'échoppe de parfum, il s'était également arrêté, se retrouvant devant un joailler qui vendait quelques bijoux. Il jeta un coup d'œil pour garder en mémoire sa robe puis se retourna vers l'echoppe pour trouver le bijou qui irait avec. Qu'il était bête! Ne pas penser qu'un cadeau arrangerait peut-être les choses avec sa dragonne bien trop piquante ces temps-ci. Après tout c'était une occasion de réapparaitre et d'éviter son courroux si le bijou avait le plaisir de lui plaire.
Il opta finalement pour un collier assez simple: une chaine fine d'une dizaine de perle reliées entre elle par de minces mailles d'or et en pendentif un rond d'or plus épais sur lequel était serti quelques pierres qui formaient l'image d'une rose rouges avec une tige et un piquant vert pendant qu'elles discutaient sur le choix du parfum qu'elles allaient prendre. Il l'acheta sans discuter le prix, pourtant bien élevé à moins que l'inflation champenoise ait atteint des niveaux inégalés ou que le marchand soit un disciple de feu Ricoh.... A croire que c'était un bijou royal venant droit de Cipango et passé par les mains des plus malhonnêtes usurier. M'enfin... c'était pour la bonne cause.

Il respira, puis se dirigea vers elle alors qu'elle était tourné vers son marchand à elle et qu'elle cherchait les écus pour payer son achat. Il posa simplement sa main sur son épaule pour qu'elle se retourne vers lui et lui sourit, son présent enfoui dans une aumônière accrochée à sa ceinture.


Bonjour Vicomtesse
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:29



Catheolia a écrit:
Eclat de rire contagieux. Dieu que ça fait du bien de pouvoir profiter des choses simples !

Je ne suis pas certaine que la menthe suffise. On verra bien.

Tandis qu'elles réglaient leurs achats, Cath commençait de plus en plus à lorgner sur les étoffes.

Dis, est-ce que ça ...

Bonjour Vicomtesse


La voix grâve et trop bien connu interrompit la jeune femme qui se tourna d'un seul bloc. Lui ? Ici ? Si elle se souvenait bien, ils s'étaient disputés non ? Qu'est-ce qu'il venait faire à Reims ? Demander pardon ? Euh ... au fait, qui était à l'origine de la dispute ?
Il y avait bien longtemps qu'elle ne cherchait plus ...

Son regard glissa doucement vers Léah, dont elle craignait la réaction. Un esclandre sur la place du marché de Reims serait divertissant ... pour les mauvaises langues.


Le bonjour Baron, que nous vaut ce plaisir ?
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:29



Ylalang a écrit:
Les écus d'or tintèrent dans la main du marchand enchanté, heureux de faire une bonne affaire. Il reprit le flacon pour l'emballer délicatement et le tendit à la Vicomtesse, qui allait le reprendre, avant de tressaillir en sentant une main sur son épaule. Surtout en entendant la voix qui l'accompagnait.
Ce n'était pas tant pour signifier son désaccord à sa présence, mais plutôt pour ne rien laisser échapper de son trouble qu'elle refusa de le regarder. La main gantée se porta à ses cheveux pour repousser une mèche imaginaire. Elle ne se tourna pas de suite vers lui, restant droite, prenant le temps de prendre le paquet, et de murmurer quelques mots aussi glacials que l'air ambiant.


Le bonjour Baron.

Catheolia réagit alors, posant la question qu'elle n'avait pas prononcé. Ces quelques secondes, à la fois si courtes et si longues, lui permirent de se tourner lentement vers l'Orléanais, le visage impassible, comme si cette rencontre la laissait indifférente. Elle finit par lever ses yeux mauve vers lui, attendant sa réponse. Peut-être put-il apercevoir furtivement dans le regard de la noble l'agitation qui la parcourait, tandis que ses mains se crispaient sur le paquet du parfum.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:30



Rhân a écrit:
La réactions des deux champenoises n'avaient pas été des pires de ce qu'il aurait pu redouter, la première s'étant contenté de le saluer et de lui demander la raison de sa présence ici d'un ton qu'il aurait bien qualifié d'amusé par la situation alors que la seconde, la dragonne, la plus redoutable des deux s'était contenté d'une indifférence vaguement hostile et de lui retourner froidement sa salutation après avoir pris son temps pour reprendre son paquet des mains du commerçant et se tourner vers lui.

La première partie de la mission pouvait donc être considéré comme un succès puisqu'il s'était installé dans la place sans se faire rejeter trop durement par les deux femmes, mais restait maintenant à convaincre... et rapidement avant que l'impatience et la colère de la vicomtesse n'éclate, mission d'autant plus périlleuse qu'ils se trouvaient sur une place publique, à la vue et à l'ouïe de tous.

Il resta un moment silencieux, la regardant, essayant de trouver ses mots, trouver comment enchaîner tout ce qu'il avait à lui dire et à faire. Un instant, il perçut brièvement dans son regard mauve que sa belle assurance glaciale de façade n'était peut-être pas aussi dure et sans failles qu'il pouvait paraître et que sa présence la touchait ne serait-ce qu'un peu et cela le rassura quelque peu et l'aida à se lancer.
Il commença par ignorer la question de Catheolia qui devait également brûler la langue de sa suzeraine pour s'adresser directement à celle-ci après un petit sourire à la suivante.

Leah... je suis heureux de te revoir... Tu m'as l'air en pleine forme, resplendissante comme toujours

Puis prenant de l'assurance et avec un brin de malice dans la voix, tout en glissant sa main dans son aumônière et faire glisser le bijou entre ses doigts


J'ai même quelque chose pour toi... si tu veux bien fermer les yeux un instant
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:31



Ylalang a écrit:
Elle eut droit au compliment d'usage de la part de Rhân, qu'elle ne releva pas. Les questions tourbillonnaient dans son esprit. Venait-il faire un esclandre, lui démontrer son affection en public alors qu'elle le lui avait toujours défendu ?

Elle resta un instant interdite par sa demande de fermer les yeux, trop inhabituelle pour la mettre en confiance.
Elle décida de jouer la comédie au cas ou des oreilles indiscrètes s'interesseraient à leur conversation. Elle utilisa le vouvoiement, pour mettre encore plus de distance, et quelque part le mettre en garde sur ce qu'il comptait faire. Le ton enjoué sonnait un peu faux tandis qu'elle lui souriait d'un façon que l'on pouvait qualifier d'amicale et distante.


Baron, quel tour comptez-vous me jouer encore une fois ?


Néanmoins une expression d'inquiétude passa fugitivement sur son visage. Elle commençait à paniquer intérieurement, se demandant ce qu'il allait faire, comment réagir, et quelques scénarii cauchemardesques se dessinaient dans sa tête avant qu'elle ne décide d'accéder à sa demande.

Elle finit donc par fermer les yeux, semblant confiante mais il était évident qu'elle n'était pas à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:33



Maltea a écrit:
Maltea était partie du château avec fracas, elle avait envie de prendre l’air loin de toutes ces discussions orageuses.
Elle les voyait encore gesticuler tel des pantins ainsi que leurs voix bourdonnant sans cesse à ses oreilles.

Elle fulminait et ne pouvait s’empêcher de penser à voix haute:


Bande d’idiots, d’imbéciles, tous à mettre dans le même panier. Entourée de fruits pourris essayant de contaminer les éléments sains.

Elle était partie à pied, seule. Un garde ,néanmoins vigilent, avait prit la liberté de la suivre afin de veiller à sa sécurité. Il la suivait de loin afin de ne pas se faire remarquer, ne voulant pas essuyer une colère de plus, si ce n’est des coups.
Il l’avait déjà vue plus d’une fois dans cet état et se méfiait toujours. On ne pouvait jamais être sur de rien avec ce genre de furie…

Elle pénétra dans une ruelle et en sortit quelque instant plus tard, se retrouvant au milieu de marchand.
Un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle allait pouvoir se calmer. Elle mit une main à sa bourse. Elle avait bien fait de la remplir se matin lorsqu’elle avait trouvé la cassette de son fiancé dans le bureau de celui-ci. Elle avait saisit une poignée d’écus, après tout, il pouvait bien payer pour sa présence. En effet, sa morne vie avait prit fin avec les crises en tous genres de la jeune blonde volcanique, il ne pouvait donc que lui en être reconnaissant.
De plus il en avait tellement qu’il ne verrait pas la différence. Et puis il était pratiquement marié donc c’était une avance sur ses futurs achats.

Elle haussa les sourcils en se demandant s’il pourrait la suivre financière. Maltea avait en effet un énorme défaut, celui d’acheter compulsivement lorsqu’elle était triste ou en colère, ce qui arrivait souvent, trop souvent même.

Elle regarda autour d’elle et aperçut la vicomtesse d’Avize non loin, accompagnée de Catheolia. Elle se demanda comment cette femme si enjouée et gentille avait pu supporter la vicomtesse, en tant que dame de compagnie. Elle surprit un homme non loin de là qui regardait avec attention la vicomtesse, un air étrange sur le visage.

Maltea intriguée suivit son manège avec intérêt. Avec un peu de chance cet homme était un mercenaire engagé pour éliminer la vicomtesse.
L’inconnu se rapprocha des deux femmes et Maltea en fit autant. C’est qu’en plus d’être soupe au lait, elle était curieuse de tout et être en première loge d’un meurtre pouvait être plus qu’intéressant. Elle jubilait.

Elle le vit poser une main sur l’épaule d’Ylalang et son sourire s’évanouit en se rendant compte qu’il la saluait et qu’il était donc impossible qu’il lui ôte la vie de cette façon.
Il devait y avoir autre chose elle en était certaine. Son intuition était la bonne lorsqu’elle entendit Catheolia saluer l’homme en le nommant baron, Avize par contre ne bougeait pas d’un poil. Maltea crut voir une émotion passer sur ce visage impassible, mais se dit avoir du rêver.

Elle se fit aussi petite qu’une souris, espérant qu’on ne la remarquerait pas. Elle se faufila derrière une échoppe d'oùelle pouvait voir entre des poteries la scène sans se faire remarquer. Ce qui était encore mieux c’est qu’elle pouvait tout entendre sans être vue. Qu’elle ne fut pas sa surprise en entendant l’homme s’adresser de façon familière à la vicomtesse. Il avait l’air troublé et quelque peu hésitant mais sa voix se fit plus malicieuse au fur et à mesure qu’il lui causait.

Un cadeau ? Les yeux de Maltea pétillaient pendant qu’elle remarquait que le comportement de la vicomtesse était de plus en plus craintif. Elle utilisait allégrement le vouvoiement ce qui faillit faire rire Maltea. En effet on pouvait remarquer qu’ils se connaissaient très bien et elle se remémora sa façon de faire avec Dragonet, le vouvoyant afin de ne pas montrer le lien qui les unissait à l’époque, mettant ainsi de la distance et de la froideur.

Ceci dit eux étaient amants alors qu’elle n’imaginait pas une seule seconde cette femme si tyrannique, aimer un homme. Certes elle était mariée mais d’après les échos, son époux était tout aussi diabolique qu’elle et Maltea ne pouvait s’imaginer une seule seconde qu’un homme tel que celui qui se tenait face à Avize pouvait s’intéresser à la dragonne.
Quoiqu’on pouvait s’attendre à tous dans ce monde de fou…

Elle se pencha un peu plus en avant pour ne pas perdre une miette de la scène irréelle se déroulant devant ses yeux.

Trop absorbée, elle n’entendit pas un homme arriver derrière elle…
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:34



Rhân a écrit:
Il lui sourit gentiment pour la mettre en confiance.

Ne t'en fais pas... aie confiance

Puis chuchoté plus bas à la limite de l'audible:

Je ne ferais pas de bêtises

La voyant encore bien hésitante, il continua de lui sourire gentiment jusqu'à ce qu'elle s'exécute un peu gênée. Il savait son inquiétude et la devinait aisément à son ton trop faux pour être sincère et ses manières trop coincée pour être naturelle et ne la comprenait que trop bien sans qu'il ne puisse la rassurer tout à fait sans trahir la surprise qu'il voulait lui faire.
Elle obéit docilement sans discuter, ni résistance acharnée... Il gagnait des points facilement et tout se déroulait si facilement... La journée serait belle et heureuse assurément.
Il sortit de sa bourse, le bijou qu'il venait d'acheter, se plaça derrière elle. Une main sur son épaule tenait fermement un bout du collier tandis que la seconde ouvrait le haut de son manteau de fourrure et déployait contre sa peau la pièce d'orfèvrerie, rapidement afin qu'elle n'aie pas le temps de réagir avant de fermer le collier avec un peu plus de mal contre sa nuque en lui murmurant tout bas à l'oreille:


Cadeau! Un présent pour ma vicomtesse
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:36



Ylalang a écrit:
Les quelques mots presque inaudibles ne la rassurèrent guère, mais elle ne pouvait pas esquiver ce qui allait se produire, au risque de trop attirer l'attention sur eux.
Les questions continuaient à tourner dans sa tête, mais elle les fit taire, attendant simplement ce qui allait se passer.

Les yeux fermés, attentive, les sens presque en éveil, elle sentit a un léger courant d'air qu'il passait derrière elle. La main sur son épaule était toujours légère, tandis que l'autre main de Rhan ouvrait son manteau. Elle se laissa faire, passive, lascive, tandis que les premiers soupçons naissaient sur ce qu'il allait faire.

Elle eut un léger frémissement en sentant le frôlement des doigts de l'Orléanais sur son cou, une invisible chair de poule naissant à la fleur de sa peau, tant à cause du froid de novembre que de cette chaleur douce, ce contact presque sensuel, ces promesses sybarites dans ce simple toucher de son amant.

Elle sentit alors le contact froid du métal contre sa gorge rendue brûlante, et eut alors la certitude qu'il venait d'accrocher un collier à son cou. Quelques mots encore chuchotés, un instant le feu de son souffle à son oreille, et un fin sourire naquit sur ses lèvres.

Elle rouvrit alors les yeux, et prit le pendentif pour l'admirer un instant, refermant son manteau pour ne pas laisser la brise glaciale s'engouffrer dans son cou, en se tournant vers lui.


Il est splendide, tu n'aurais pas du...

Elle ôta le gant de sa main droite pour pouvoir sentir les reliefs du bijou sous ses doigts, tandis qu'elle laissait son regard dériver vers Catheolia et Lorenzo qui passaient le temps en regardant les étoffes. Son regard revint sur Rhân, un peu plus pétillant l'espace d'un instant. Elle savait tout comme lui qu'elle ne pouvait rien faire de plus sur cette place de marché, que les mots qu'elle aurait voulu prononcé ne pouvaient franchir ses lèvres. Ainsi elle eut un ton badin.


Veux-tu te joindre à nous pour la suite de notre promenade ? Je crois que Catheolia a envie de se faire faire des vêtements.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:38

.

Catheolia a écrit:
Le manège des deux amants reprenait ... Apparente indifférence de Léah face à l'amour réel et profond de Rhan. Cath détourna volontairement le regard, invitant Lorenzo à regarder les etoffes avec elle pour l'aider à choisir. Si le jeune garçon avait hérité autant de son père sur le plan caractériel que sur le plan physique, il était inutile de déclencher une crise de jalousie malvenue.
Tout en regardant les étoffes, la jeune Dame de Flavigny eut une étrange sensation. Ce désagréable sentiment d'être observée.

Tu te fais des idées, regarde plutôt tous les trésors qui s'étalent devant toi ...

Elle ne put cependant s'empêcher de se retourner quand elle entendit Léah s'exclamer. Et effectivement il y avait de quoi. Cette pièce d'orfèvre était une pure merveille.

Veux-tu te joindre à nous pour la suite de notre promenade ? Je crois que Catheolia a envie de se faire faire des vêtements.

Oui Baron, venez donc, que je voie si vous avez le même bon goût en matière d'etoffes.

Allez, souris ... personne ne vous regarde, il y a simplement du monde ...
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:39



Ylalang a écrit:
La tension d'un instant était retombée, et Ylalang avait retrouvé son calme. La vicomtesse commença à regarder les étoffes en compagnie de sa vassale, de son fils et de Rhân, d'un oeil distrait. Elle avait des armoires pleines de robes et cela serait purement fantaisie que de se racheter des tissus. Néanmoins Catheolia elle avait tout à découvrir du monde de la noblesse, ses parures, ses faux-semblants.
Puis elle ressentit un léger picotement dans la nuque, cette désagréable sensation que quelqu'un vous épiait. Elle se retourna et chercha dans la foule la personne qui l'observait et provoquait ainsi ce trouble.

Ses yeux de violette froissée parcoururent les visages qui l'entouraient, et soudain ses jambes devinrent de coton, et il lui fallut s'appuyer sur l'étal des tissus pour ne pas chanceler.

Peut-être Maltéa crut-elle un instant que les yeux de la vicomtesse étaient fixés sur elle, mais Ylalang regardait quelqu'un situé bien plus loin. La champenoise était tétanisée en reconnaissant la chevelure blonde et les yeux bleus glacés de son époux, qui la fixaient avec une attention presque malsaine.

Elle prononça un unique mot dans un souffle.


Atto...

Elle fit un pas en avant comme pour se diriger vers lui, mais il disparut aussitôt de son champ de vision.

Elle commença à regarder le monde avec inquiétude, cherchant la chevelure blonde. Sans succès. Elle se demanda un instant si elle n'avait pas rêvé, mais son estomac était tellement noué qu'elle ne doutait pas de la véracité de ce qu'elle avait vu.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:40



Rhân a écrit:
Il sentit avec plaisir son amante frissonner doucement alors qu'il déposait le collier sur sa peau. Son frissonnement, la chaleur de sa peau, sa présence, son sourire... tout allumait en lui un brasier de désir et c'est à grand peine qu'il se retint de ne pas l'enlacer, la serrer fort contre lui comme si plus rien d'autres qu'eux existait, l'embrasser, la posséder...

Troublé, il la regarda avec amour ne quittant pas son visage, ses yeux du regard, lui souriant avec insouciance comme si rien ne pouvait plus arriver, lui répondant dans un souffle.


Splendide.. à ton image ma chère...


Il continua de la dévorer du regard alors que ses yeux à elle se perdaient dans le vague derrière lui, ses doigts sur le bijou.Ils ne pouvaient pas se parler librement devant tout ce monde, mais se comprenaient sans peine et devaient partager cette même envie de serrer l'autre contre soi. Mais la foule leur donnait des obligations qui tournaient au supplice de Tantale ; sa présence si proche et tellement inaccessible et le devoir de résister au désir qui le consumait et qu'il ne pouvait montrer.
Un peu en retard, toujours troublé par sa présence, il répondit en se tournant en souriant vers la dame de Flavigny qui venait de le tirer de sa rêverie par son enthousiasme.


Bien sûr, je vous accompagnerai et à défaut de vous conseiller niveau chiffon, je vous servirai de cavalier et de garde du corps personnel, ainsi que de porteurs des effets de la vicomtesse


Le petit groupe avança vers un marchand d'étoffe dont la marcandise attira la jeune vassale de Leah qui se jeta dessus pour tâter et comparer les tissus, les regardant à la lumière du soleil pendant que la vicomtesse qui, plus habituée, n'était pas entrainée par la frénésie de sa vassale, d'un air plus détachée et détendue la conseillait et lui faisait quelques remarques pratiques. Et le baron regardait le spectacle d'un air heureux, le sourire au lèvre, les yeux sur l'objet de son désir quand celui-ci se retourna brusquement et regarda comme tétanisée au loin quelque chose que le baron qui s'était retourné de ce côté n'aperçut pas. Elle était devenue subitement fébrile, inquiète, regardant avec méfiance les passants. Il s'avança vers elle, la prenant par l'épaule, un peu plus tendrement qu'il n'aurait fallu en public avant de lui demander un brin inquiet.

Léah? Que se passe-t-il? Qu'as tu vu?
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:41



Catheolia a écrit:
Or, Azur, Pourpre, Vert ... Les étoffes se démultipliaient devant la jeune Dame de Flavigny qui ouvrait des yeux de petites filles.
Le marchand, apparemment ravi, ne cessait de dérouler les tissus avec force de mots encourageant à l'achat. D'ailleurs, si elle l'avait écouté, toutes les etoffes présentes sur l'étal lui iraient comme un gant.

Néanmoins les différents tissus commençaient à perdre de leur intérêt. Quelqu'un les observait ? Ou était-ce simplement la foule ? Pas moyen de se rassurer. D'ailleurs Léah semblait être du même avis ...


Atto ...

Quoi ?

Catheolia leva le tête brusquement mais trop tard. Pas de trace de l'Italien dans le champ de vision de la jeune femme.

Léah tu es sure ?

Apparemment oui ...
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:43



Ylalang a écrit:
Les secondes s'écoulaient inexorablement, tandis qu'elle cherchait fébrilement dans la foule la trace de son époux, ignorant les sollicitations de Catheolia et Rhân. Un autre éclair blond, non, ce n'était pas lui... là non plus... Plus rien...

Il ne se trouvait qu'à une vingtaine de pas d'eux, si il était venu vers eux, il serait déjà là...


Je...

Un tour sur elle-même, se dérobant ainsi à l'étreinte de l'Orléanais, pour chercher ailleurs dans la foule, mais sans succès. Son coeur s'était mis à battre la chamade, elle ne pouvait pas s'être trompée, même si quelque chose qui lui échappait la chiffonnait.

Enfin je croyais...

Elle prit un inspiration, répondant à l'Orléanais et confirmant l'interrogation de Catheolia.

Il m'a semblé voir Atto dans la foule, mais je ne le vois plus.


Elle chercha d'un regard protecteur son fils, et fut rassuré en voyant Lorenzo fouiller dans les tissus sans se préoccuper de l'agitation de sa mère. Elle se passa une main sur le front, restant préoccupée.

Je dois être un peu fatiguée je crois...


Elle eut un pâle sourire pour les rassurer, et recommença à regarder avec application les tissus, espérant ainsi se distraire.

Quelques secondes plus tard, venant des toits alentours, le premier carreau d'arbalète siffla aux oreilles du petit groupe et alla se fracasser sur l'étal des parfums tout proche d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:44



Catheolia a écrit:
Regard soupçonneux.

Tu es sure que ça va ?

Voyant que Léah se replongeait dans la contemplation des etoffes, Catheolia n'insista pas pour le moment. Mais gardait quand même un sentiment inconfortable.
Elle fit donc mine de se replonger dans sa fièvre acheteuse, gardant un oeil tant sur sa Vicomtesse que sur Lorenzo qui jouait avec les pans de tissus.


Mauve ou Vert ? Ou je chang ...

Un fracas se fit alors entendre sur l'étal du parfumeur, ce même étal où elles étaient quelques instants plutôt. Par reflexe Catheolia s'accroupit, protégeant Lorenzo de ses bras. La foule rassemblée sur le marché s'affola aussitôt et commençait à se disperser, poussant des cris suraigus.
Quoi, on fait tant de bruit pour un étal qui tombe ? Cath se releva à demi, protégeant toujours le garçonnet mais suffisamment pour voir le carreau d'arbalète fiché dans les bottes de pailles qui tenaient l'étal.
Visiblement l'étal n'était pas tombé tout seul... Voilà qu'elle allait se mettre à l'humour douteux ...

Le premier instant de frayeur passée, la jeune femme se releva complètement, gardant Lorenzo contre elle


Léah, Rhân, ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:44



Rhân a écrit:
Elle s'était avancé un peu dans la foule, n'écoutant ni sa suivante ni lui-même, semblant chercher quelqu'un qu'elle aurait aperçu plus loin avant de revenir bredouille mais changée, inquiète, troublée.
Elle se déroba de son étreinte avant de leur expliquer ce qu'elle pensait avoir vu. Atto? Voilà bien longtemps qu'il n'y avait plus pensé. le baron l'avait relégué au rang des fantômes poussiéreux au nom connu mais invisible. Mais connaissant l'individu, si c'était effectivement lui, il y avait un certain danger, à la fois pour lui-même mais aussi pour Léah qui l'avait abandonné brusquement.
Mais normalement, il ne pouvait être là... il devait encore être loin, en retraite..; C'était absolument impossible qu'il réapparaisse sans prévenir, sans qu'il ne le sache

Vaguement inquiet, mais ne voulant le lui montrer mais au contraire la rassurer, il lui sourit et lui dit d'un ton bienveillant.


Tu as dû rêver ma chère... Un peu fatiguée non? Peut-être un peu chaud sous ce gros manteau? Tu devrais rentrer dans ton hôtel remois pour te reposer un peu et écarter ces cauchemars


Mais le cauchemar ne faisait que commencer... Un premier carreau d'arbalète fusa près d'eux, faisant éclater des flacons de parfum de l'étal voisin.
Surpris par ce qu'il venait d'arriver, il ne réagit pas de suite et mis du temps à comprendre la situation en voyant le projectile fiché dans le bois de l'échoppe. Il sourit à Catheolia pour l'assurer qu'il était sauf et sans blessures avant de réfléchir.
Compte tenu de l'arme qui devait être une arbalète au vu du carreau, et connaissant le temps de rechargement de l'arme, la prochaine salve, s'il y en avait une autre devrait arriver.... maintenant...
Instinctivement alors qu'un second projectile sifflait à nouveau dans l'air, il se jeta sur la vicomtesse d'Avize, l'écrasant à terre et la faisant rouler sous l'étal du marchand d'étoffe en criant à l'attention des autres


Attention!


Un peu à l'abri du tireur mystérieux, et remis de l'émotion, il sentit doucement une douleur s'insinuer sur son épaule gauche et la chaleur de son sang se répandre doucement. Il grimaça. La blessure n'était pas bien grave, mais c'était eux qu'on visait apparemment et celà était bien plus inquiétant. Il se retourna vers elle dans la semi-pénombre et l'espace confiné du dessous de l'étal pour lui demander plus qu'inquiet:


Ca va Leah? Tu n'as rien mon amour?
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:45



Ylalang a écrit:
Un instant de flottement, avant que Rhân ne la pousse au sol. Elle en eut le souffle coupé par la violence du choc sur les pavés, son chignon se défaisant alors qu'il la ramenait sous l'étal du marchand.

Dans la semi-pénombre, elle ne vit pas la blessure de son amant, trop préoccupée par la survie de son fils et de sa vassale.


Oui, oui je vais bien.

Elle rampa un peu pour voir ce qui se passait au dehors et pour comprendre la situation. Un troisième, puis quatrième carreau tombèrent alors non loin d'elle.

A MOI LA GARDE !

Quand avait-elle déjà hurlé cela ? Elle ne s'en rappelait plus à vrai dire... Néanmoins elle n'eut pas le temps de se poser la question plus longuement, une violente douleur à la hanche se manifestant alors. Elle étouffa une exclamation de souffrance, comprenant qu'un carreau venait de la toucher, mais elle n'avait pas le temps de vérifier sa blessure. Elle eut l'impression un instant que ses forces refluaient, mais elle se fit violence.

CATH ! LORENZO ! A L'ABRI !

Le garçonnet, déjà abrité par les bras protecteurs de Catheolia, s'était mis de suite à ramper sous les étals pour s'abriter. De sa voix fluette il rassura sa mère, caché derrière un tonneau d'un étal de boissons.

Sans attendre plus longtemps, elle saisit sa vassale par sa cape pour la ramener sous l'abri précaire de l'étal d'étoffes. Les carreaux se mirent à pleuvoir de façon soutenue, visiblement il n'y avait pas qu'un seul tireur sur les toits.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:45



Catheolia a écrit:
Le sourire rassurant de Rhan ... pas de blessé ... Lorenzo toujours accroché à sa robe en un seul morceau ... Terrifié mais sain et sauf ...

Attention!

Un autre carreau siffla alors, et Catheolia eut juste le temps de voir Rhân plonger sous l'étal avec Léah avant de se baisser à nouveau pour protéger Lorenzo.


CATH ! LORENZO ! A L'ABRI !

Se redresser, laisser passer Lorenzo ... L'enfant se cacha. Tout va bien, il est en sûreté ...

Léah, ça va ? Rhân ?

Pas le temps de répondre d'autres carreaux tombaient autour d'eux. Combien étaient-ils ? Pourquoi en avaient-ils après eux ? C'était qui ?
Sans chercher à se protéger, la jeune femme regardaient partout autour de la place, sur les toits. Les tireurs devaient être embusqués, impossible d'apercevoir quoique ce soit.

Les carreaux continuaient de pleuvoir sur la place, brisant les étals, mettant à sac roulottes et marchandises. Quelqu'un la tirait en arrière, sans qu'elle puisse déterminer qui c'était. Rien à faire, elle se leva à demi pour tenter d'apercevoir un visage au milieu des tirs qui continuait

C'est un carreau d'arbalète qu'elle vit. Il venait de se loger dans sa poitrine.

Alors seulement, elle se laissa tomber en arrière ...
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:48



Ricw a écrit:
"L'étoffe noire est chère, votre Grâce, et si vous en voulez en double exemplaires...". La phrase tournait et retournait dans sa tête et il ragea encore une fois contre ce poste de Juge qui le clouait littéralement à Reims. Cette vie lui coutait diablement cher, et lui prenait également tout son temps libre et il devait totalement laisser la gestion de tout son patrimoine à son intendant. Certes, celui-ci avait toute sa confiance, ne pouvant être plus proche de lui, mais tout de même...

Il secoua la tête, et chercha dans les quelques sous qu'il avait à Reims pour les dépenses courantes l'argent pour payer l'agent du marchand. Il détestait cette couleur, mais au vu de la nouvelle concernant le chevalier, il n'aurait pas beaucoup le choix. Et son frère avait insisté pour venir... si celui-ci se mettait à avoir des gouts aussi luxueux que lui, tout l'argent de Brienne ne suffirait pas à les entretenir bien longtemps. Déjà que les finances n'étaient pas en excellent état, au vu des derniers rapports qu'il avait pu consulter, alors il se serait bien passé de ce genre de dépenses...

Mais la surprise le prit également quand il dut puiser dans ses réserves. Elles étaient bien moins hautes que la dernière fois qu'il les avait regardé... c'est à dire le matin même ! Il paya sans mot dire l'homme, et partit se renseigner. Qui était entré dans son bureau dans la journée ? On ne lui répondit que seule la duchesse en personne y avait pénétré. Intrigué, il demanda ici et là où il pouvait la trouver, jusqu'à ce qu'enfin, le garde en poste près des portes le renseigne : elle était partie seule vers le centre de la ville, particulièrement en colère.

Il soupira et se mis donc à sa recherche. D'une, on n'entrait pas comme ça dans son bureau, même si on était sa fiancée. Surtout si on était sa fiancée d'ailleurs... Et de deux, elle s'était mis suffisamment de monde à dos pour avoir des problèmes si elle en rencontrait un de ceux là toute seule à Reims... Quelle tête de mule ! Adorable, mais tête de mule quand même !

Ses grandes enjambées lui permirent de rattraper sans trop de mal la Duchesse, mais il préféra rester en arrière, préférant la surprendre au plus mauvais moment... quand elle serait en train de dépenser SON argent, par exemple, à s'acheter des frivolités, vu que sa destination semblait être le grand marché de la ville... Ou quand ce garçon qui la tenait à l'œil voudrait lui couper les cordes de sa bourse. Mais celui-ci disparu bien vite quand il se vit remarqué. Cela lui avait cependant fait perdre de vue Maltea... il pesta intérieurement, avançant un peu inquiet de quelques pas, quand il l'aperçu enfin, et dans une posture tout ce qu'il y avait de plus étranges. Il s'approcha d'elle, et lui tapota sur l'épaule, en prononçant à voix basse :


Duchesse, vous êtes la plus incorrigible des femmes que je connais, vous savez ?

Le sourire quand à sa réaction ne dura cependant guère plus de quelques instants. Il put enfin voir pourquoi elle avait prit cette position étrange : Avize était là, avec la marraine de la petite de Morvilliers. Maltea ne pouvait décemment pas chercher à leur parler de l’endroit où elle se trouvait. Que voulait-elle...

Le premier bruit sourd le tira de ses pensées, et il se rendit compte qu'il n'avait rien suivi de ce qu'avait pu dire ou faire la Duchesse. Il essayait désespérément de se remettre en mémoire ce son qu'il avait entendu avant que l’étal ne s'écroule. Il savait qu'il le connaissait. Il savait qu'il l'avait entendu, et que son estomac ne se nouait pas à présent pour rien, ni sa main qui ne parvenaient plus à quitter la garde de son épée...


Duchesse, et si nous rentrions ?

Le son se répéta, encore, et encore, et il comprit. Il pleuvait du fer, comme à Compiègne. De mauvais souvenirs. De très mauvais présages pour l'avenir. D'exécrables moments dans le présent. Sa voix se fut plus pressante.

Maltea, on s’en va !
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:50



Maltea a écrit:
Un bijou… cela ne faisait plus de doute, ils étaient proches, très proches. Maltea se sentit partagée entre deux sensations. Celle de détenir un secret important pouvant faire grand bruit si elle l’utilisait et de l’autre côté, elle trouvait Avize plus humaine tout d’une fois, ce qui ne l’arrangeait pas. En effet le fait de la voir avec des failles et faiblesses la faisait apparaître presque sympathique. Non décidément elle n’aurait pas du espionner, maintenant elle ne pourrait même pas utiliser ce qu’elle venait de découvrir. Blesser et anéantir des gens sans cœur, oui, elle adorait ça, mais de par sa grande connaissance des relations amoureuses, beaucoup de signes imperceptibles pour le commun des mortelles prouvait que la vicomtesse était amoureuse. Trop d’indifférence prouvant le contraire de ce que l’on veut montrer…

Maltea savait trop bien ce que l’amour pouvait faire comme ravage et elle n’utiliserait donc rien de ce qu’elle avait vu et compris, contre la vicomtesse.

Elle se dit d’ailleurs que connaissant la réputation de l’époux d’Ylalang, elle aurait fait comme elle et se serait cachée. D’après les rumeurs, son époux était un assassin sans cœur…

Frivole comme toujours, Maltea se dit tout de même qu’elle avait du gout en matière d’homme. Le baron, du moins de l’endroit où elle se trouvait, avait un profil agréable. Elle se pencha encore un peu plus avant de se redresser un trop vivement et faillit tomber dans les poteries.
Une main s’était posée sur son épaule et elle aurait reconnu la voix qui s’adressait à elle entre mille. Le rouge prit possession de ses joues. Richard… elle eut le temps de se raccrocher à lui et elle soupira de satisfaction. Elle n’aurait pas à payer les poteries cassées et plus important encore, Avize ne l’avait pas vue. Elle avait pourtant eu peur quand elle avait eu l’impression que son regard s’était posé sur elle, mais elle était certaine que ce n’était pas le cas. La vicomtesse aurait fait une remarque, et puis son visage était devenu livide et elle avait cru y voir la peur… et il était impossible que ce soit sa personne qui ait provoqué cela.

Elle reporta son attention sur Richard. Celui-ci ne parlait pas et la regardait étrangement. Elle se préparait déjà à lui lâcher une réplique bien cinglante afin de se protéger de ses reproches somme toute légitimes mais tout de même. Après tout il n’avait pas à autant la délaisser, elle ferait moins de bêtises voilà tout…

Elle le vit mettre sa main sur son épée et elle sentit un frisson lui parcourir l’échine. Quelque chose n’allait pas, il avait l’air trop soucieux. Tout occupée à savoir ce qu’il allait lui dire et faire, elle n’avait pas prit attention aux bruits l’environnant.

Il rompit le silence en lui demandant de partir ce qu’elle allait faire en maugréant comme à son habitude lorsque sa voix se fit plus pressante ce qui eut pour cause de plonger Maltea dans la peur et celle-ci n’arriva plus à bouger.
Elle prenait conscience des hurlements autour d’elle et du bruit d’objet éclaté. Tétanisée, elle ne comprenait pas ce qu’il se passait. Elle voulait bouger mais son corps était lourd. Les tiges métalliques fusaient dans tous les sens, des gens étaient touchés. Maltea poussa un hurlement ne sachant plus comment réagir. Elle retourna sa tête et vit un carreau se ficher dans la poitrine de Catheolia et celle-ci tomber en arrière. Cela eut le mérite de la faire bouger, elle se cacha dans les bras de Richard, le laissant maintenant seul responsable de leur sécurité, de leur survie….


Sors moi de là je t’en supplie…

Elle jeta un regard et vit des gens courir partout, affolés et se demanda si c’était le début d’une guerre.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:50



Ylalang a écrit:
Ylalang vit sa vassale se lever, et d'instinct regarda dans la même direction qu'elle. Eblouie par le soleil, le carreau d'arbalète sembla pour elle naître de la lumière elle-même pour fondre sur la frèle rouquine.

C'était étrange cette sensation que tout allait au ralenti. Pouvoir imaginer un instant que l'on pouvait changer le cours des choses, qu'il était possible de dévier la course de la pointe mortelle, d'épargner une vie à peine commencée.
Malgré la force usée par la Vicomtesse pour ramener Catheolia à l'abri, le carreau sembla accélérer sa course comme pour narguer la noble et ses velleités de refuser l'inéluctable.

Elle sentit presque le choc de la pointe dans la poitrine de la jeune femme, voyant avec effroi quelques gouttes vermeil s'envoler dans la lumière automnale, pour aller s'écraser au sol en même temps que Catheolia chutait dans les bras de sa suzeraine. Dans un réflexe presque inutile, presque inhumain au vu des forces qui lui restaient, Ylalang ramena sa vassale sous l'abri de l'étal, ignorant sa propre douleur et le sang qui perlait de sa blessure.

Il n'y avait aucun besoin d'être herboriste ou médicastre pour comprendre que la blessure était mortelle, et qu'il ne restait que quelques instants de conscience à la rousse. Le carreau n'était point Caledfwlch* à retirer d'un rocher pour obtenir une royauté, mais bien l'épée s'étant abattue sur Damoclès.
Chaque détail de la scène sembla s'inscrire au fer rouge dans l'esprit d'Ylalang. La chevelure de feu de Catheolia, la peau pâle et presque luisante parsemée de taches de rousseur, le poids de son corps dans ses bras, l'odeur melée des parfums répandus au sol, et ce froid si pénétrant qu'il envahissait son propre coeur, ses poumons, la prenant à la gorge.


NON ! Non tu n'as pas le droit de me laisser !


Serrant presque convulsivement Catheolia contre elle, lui murmurant presque ces mots, les sanglots commençant à voiler sa voix, des larmes d'impuissance roulant sur ses joues.

Cath, non, pas toi, ne m'abandonne pas...




*Excalibur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Depuis Avril 1456
» [résolu] Dispersion des cendres !
» la salamandre tachetée
» bague de diamants faite à partir des cendres d'animaux
» petition contre l' entrée des cendres du general aux Invalides

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Brienne et Duché de Rethel :: Le chateau de Brienne :: Tour Sud - Bibliothèque-
Sauter vers: