Duché de Brienne et Duché de Rethel

Lieu de vie des familles di Favara & Fontanaz ainsi que de leurs vassaux
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 22:52



Ricw a écrit:
"Le Très Haut a mis les femmes dans la vie des hommes pour qu'ils évitent de s'ennuyer", lui avait dit un jour un de ses professeurs avec le sourire. A l'heure actuelle, il n'avait jamais été aussi persuadé de la justesse de la maxime !

Il secoua la tête, et prit le bras de Maltea, la faisant passer derrière lui. La plupart des carreaux semblaient venir d'en face, elle serait ainsi à l’abri. Mais pas pour longtemps, de toute façon. Quelque soit l'ennemi, il était semble-t-il sur la plupart des toits alentours. Il fallait rentrer. A l'intérieur, ils seraient à l'abri.

Il poussa la duchesse sans trop de ménagement devant lui, la faisant zigzaguer comme il pouvait. Fort heureusement, il semblait qu'ils n'étaient pas la cible exacte des tireurs, les carreaux semblaient moins pleuvoir au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient de la place centrale. Il ne s'arrêta quand il put la jeter contre une porte cochère. Une auberge, pensait-il. Au moins, elle espérait qu'elle aurait la présence d'esprit de rentrer là dedans et de se mettre à l'abri.

Il fit trois pas vers la place, mettant sa main devant son visage pour se protéger. Il avait cru voir Catheolia tomber. Peut-être avait-elle besoin d'aide. Deux événements simultanés se déroulèrent alors. Le premier fut la pensée qui, comme un hurlement, déchira son esprit "les femmes sont la malédiction des Wagner". L'autre, ce fut la douleur qui se propagea instantanément de sa main à sa tête. Ses yeux d'un coup brouillés ne voyaient plus que 4 doigts à son gant. Il se retourna pour contempler le petit bout de tissu sombre qui se trempaient de sang, un carreau d'arbalète fiché en plein dedans...

Il réussit à faire les quelques pas qui le séparaient de Maltea avant d'hurler de douleur, et de serrer une main à qui il manquerait à jamais un membre. Mais il avait eu le temps d'observer qu'au loin, quelqu'un perdait plus que cela... Et le chagrin lui envahissait encore plus le cœur à cette idée...
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 23:04



Catheolia a écrit:
Les carreaux continuaient de pleuvoir, mais elle ne les entendait plus. Les cris autour d'eux se transformaient en un brouhaha presque inaudible. Tout semblait ralenti, comme suspendu. Alors c'était ça mourir ? Suspendre le temps, un moment, afin de pouvoir se rappeler de tout ce qu'on a vécu ... De se dire tout ce qu'on aurait aimé faire ... ou dire ...
Pourquoi elle avait froid ? Et tous ces visages qu'elle voyait ...

Quelqu'un la serrait dans ses bras. Un dernier visage, celui qui avait le plus compté.


Cath, non, pas toi, ne m'abandonne pas...

Léah ...

Ouvrir les yeux était difficile, parler encore plus.


Léah ... merci ... t'en fais pas ça va aller ...

Ses yeux se refermèrent. Le corps de la jeune champenoise eut un dernier sursaut, avant de s'affaisser dans les bras de son amie.
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 23:05



Ylalang a écrit:
"Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours..."*

Les secondes s'arrêtèrent, tandis que la dame de Flavigny prononçait ces quelques mots, et expirait dans les bras de sa suzeraine. Ylalang n'osait plus bouger, statufiée, marmoréenne dans sa douleur de voir celle qu'elle avait chaperonné mourir ainsi.
Puis les quelques mots gaéliques s'égrenèrent des lèvres de la Vicomtesse, presque par réflexe.


Rath Dé ort... Ar dheis Dé go raibh a anam...**

Une larme s'écrasa sur la joue de Catheolia, glissant doucement vers son cou, s'enfuyant dans la chevelure enflammée de la jeune femme. Peu à peu les sons revinrent, les carreaux continuant de se fracasser contre les pavés, sa poitrine oppressée, et ce poids, si lourd dans ses bras. Trop lourd pour elle en cet instant, meme si elle refusait de poser le corps à terre. Quelques exclamations la tirerent presque de son immobilisme, venant des agresseurs.

Presto, la guardia arriva, dobbiamo lasciare ! ***

La pluie mortelle s'arrêta enfin, tandis que des bruits de course se faisaient entendre. Mais elle n'arrivait pas à bouger, regardant toujours le visage de son amie, n'osant pas la lâcher alors qu'elle perdait déjà sa chaleur.

Elle n'aurait pas été si abattue par ce drame qu'elle aurait déjà engagé des mercenaires, préparé une contre-attaque, ne rêvant que d'étriper elle-même ceux qui avaient attenté à sa vie. Mais elle était le chêne foudroyé et renversé par la tempête qui venait juste de s'abattre sur la Maison Melani, et qui venait de faire sa première victime.




* Le Lac, d'Alphonse de Lamartine.
** Que la grâce des Dieux soit avec toi. Repose en paix.
*** Vite la garde arrive, nous devons partir !
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 23:06



Rhân a écrit:
"Mais elle était du monde où les plus belles choses
Ont le pire destin
Et rose, elle a vécu ce que vivent les roses
L'espace d'un matin"

Comme cloué sur place et immobilisé par la situation tellement irréelle, bien plus que par la douleur, il vit comme dans un rêve, un cauchemar même plutôt, sa dragonne lui échapper et quitter l'abri où il l'avait jeté et le rempart de son propre corps pour ressortir sous la pluie de carreaux qui zébraient en sifflant le ciel bleu et glacial de cette froide matinée de novembre pour rechercher son fils et sa vassale qui, a ses yeux à lui, n'avaient quasiment aucune valeur comparée à elle qui lui était si chère.

Il esquissa un jour pour la retenir mais sans y arriver. Elle était déjà là-bas près d'eux et son fils arriva aussitôt. Tout se passait si vite. Il prit le jeune Lorenzo et le tira plus à l'abri tout en regardant avec inquiétude la mère du jeune garçon toujours exposée aux traits meurtriers avant de voir avec effroi, un carreau s'enfoncer dans la poitrine de la jeune dame de Flavigny, laissant fleurir une rose qui grandissait et s'épanouissait sur la robe de la champenoise alors qu'elle tombait dans les bras de la vicomtesse d'Avize.


Elle restait immobile, le corps de son amie rendant son dernier souffle comme seule bouclier contre les traits qui continuaient de tomber vers eux, alors qu'il restait là à contempler le macabre spectacle qui semblait durer une éternité et se dérouler si lentement, incapable de bouger, simple spectateur avant de crier terrifié:


Leah reviens!


La pluie de flèche s'arrêta enfin dans un brouhaha qui le tira de sa torpeur. Il sortit de son abri pour la rejoindre. Tout contre elle, sans un mot, il l'aida à porter encore debout le corps inerte de la suivante avant de lui murmurer doucement.


Leah... catheolia...ce n'est pas possible...
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 23:07



Ylalang a écrit:
Les mots lui parvinrent à peine. Quelques minutes plus tard, Rhân finit par la sortir de sa léthargie, réussissant enfin à lui faire lacher le corps de Catheolia. La garde arriva, et peu à peu les choses se remirent en place. Le corps de la dame de Flavigny fut transporté à l'Hotel pour recevoir les derniers sacrements avant l'enterrement. Tout le reste de cette journée fut emprisonné dans un épais brouillard pour la vicomtesse, les choses ne la touchaient pas, la nourriture ni la boisson n'avaient de goût. Seule la perspective de fuir dans le sommeil lui était une perspective agréable.

[Le lendemain]

Après une nuit de sommeil lourd et sans rêve, tout lui parut un peu plus clair. Et il fallait désormais reprendre les choses en main, pour Catheolia, pour elle.

Debout, appuyée contre le mur, la proximité des fenêtres lui étant interdite, elle écoutait sans grand intérêt Rhân et John Edwards, le majordome de la famille, discuter des détails pratiques des funérailles. Le majordome regardait d'un oeil suspicieux le Baron qui se faisait petit à petit une place dans l'Hotel, mais s'avisait bien de faire une quelconque remarque.
Ylalang avait décidé que Catheolia reposerait à Avize, peut-être le seul endroit que la jeune femme avait pu considérer comme son foyer ces dernières années. Une cérémonie intime, pas de chichis, c'est surement ce que la dame de Flavigny aurait voulu.

Puis d'un coup, le détail qui la turlupinait depuis la veille trouva enfin sa solution. Son ventre se noua alors, toutes les pièces du mécanisme se mettant enfin en place pour expliquer l'horreur de la veille. Les yeux dans le vague, elle coupa alors la parole aux deux hommes.


Ce n'était pas Atto sur la place du marché hier...

Elle se tourna vers Edwards.

Mais vous le saviez déjà j'imagine...

Le vieux majordome eut un regard presque compatissant pour la vicomtesse, avant d'incliner légèrement la tête.

J'avais déjà repéré sa présence autour de l'hotel il y a une semaine, et j'ai pris les mesures nécéssaires à votre protection. J'ai préféré ne rien vous dire pour ne pas vous inquiéter. Je ne pensais pas qu'il s'attaquerait à vous en plein jour, et que Catheolia serait la victime de sa folie.

Elle s'assit sur le fauteuil près d'elle, abattue par la nouvelle. Elle n'était plus en sécurité, ni Lorenzo, ni Eilinn, ni aucun d'entre eux désormais.


Agliè... C'est un cauchemar...
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 23:08



Rhân a écrit:
Il avait fait son possible pour apaiser quelque peu le chagrin de sa tendre champenoise, mais sans trop insister pour ne pas se faire inopportun. Avec Edwards, le dévoué maître d'hôtel de la vicomtesse et même si celui-ci le regardait d'un drôle d'air comme s'il n'avait pas à lui obéir, il avait pris en charge les divers mesures matérielles de la cérémonie d'enterrement. Il avait jute demandé à Leah où et quand elle voulait que sa vassale soit enterrée et si elle désirait quelque chose de spécial.

Pendant la nuit et le sommeil de la vicomtesse, il avait fait venir une vieille embaumeuse, qu'il avait tiré presque de force de sa demeure pour faire une dernière toilette à la défunte qu'on avait allongé dans le lit qu'elle avait toujours occupé dans l'hôtel champenois des Melani afin qu'elle soit prête et visible si la vicomtesse d'Avize avait envie d'aller veiller sa vassale. Il avait aussi fait chercher un prêtre pour réciter des prières pour la morte au pied de son lit et il s'affairait avec un tailleur de pierre pour faire graver la dalle qui recouvrirait la dernière demeure de la dame de Flavigny dans la chapelle d'Avize pendant qu'un menuisier assemblait le cercueil dans lequel serait déposé le corps de la champenoise.
Il avait commandé au maître d'hôtel de faire activer la domesticité pour servir au mieux la vicomtesse et habiller la demeure de quelques atour de deuil.

Il n'avait quasiment pas dormi de la nuit, s'activant pour que tout soit fait sans aucun soucis et qu'elle soit déchargée de tout les fardeaux qui auraient pû la peiner.
Au matin, elle était venue les retrouver, froide, encore comme vidée de tout sentiment, choquée par cette mort stupide et avait lâché ces quelques mots mystérieux avant de s'abattre comme accablé dans son fauteuil.
Il s'agenouilla devant elle, prit sa main tendrement.


Qui donc? De qui parles-tu? Qui est cet individu?
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 23:09



Ylalang a écrit:
Elle eut un soupir, et répondit à Rhân d'une voix lente.

Agliè... c'est son frère... son frère jumeau.

Depuis hier je ne comprenais pas ce qui me chiffonnait après avoir vu Atto sur la place de Reims. Puis j'ai fini par comprendre à un détail idiot... ses cheveux... Beaucoup trop courts, presque... monastiques... Absolument pas le genre de mon époux...


Elle eut un autre soupir.

Je ne sais pas grand chose de lui, Atto n'a jamais été prolixe à son sujet. Il y a une vieille superstition italienne disant qu'avoir des jumeaux est le fait du Sans-Nom. Ainsi il est presque coutume d'abandonner l'un des deux enfants pour protéger l'autre...

Atto fut le chanceux, puisqu'il était l'ainé, et Agliè fut déposé devant la porte d'un monastère.
Atto grandit à Milan sous la protection du prince de l'époque, devenant son assassin attitré. En échange de la richesse, du luxe, enfin tout ce qu'un homme peut souhaiter...

Puis un autre prince, un Sforza dont j'ai oublié le nom, accéda au pouvoir, et là les choses ne furent plus les mêmes. Je crois qu'il soupçonnait son frère d'être à l'origine de sa déchéance auprès de ce nouveau prince, et il dut fuir l'Italie pour sa survie, après avoir tout perdu. Puis il vint en Champagne...

Il m'avait un jour révelé l'existence de son frère, me mettant en garde contre lui. Il m'a même dit qu'il était encore pire que lui, si cela était possible.

Elle eut un sourire triste.

Agliè est venu se venger de son frère, et je ne doute pas que tous les moyens seront bons pour lui...
Nous ne sommes plus en sécurité désormais...
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 23:09



Rhân a écrit:
Il écouta attentivement son discours, malgré la fatigue qui venait s'ajouter à la complexité de l'affaire, avant d'acquiescer silencieusement de la tête.

D'accord, je pense avoir compris. Atto, son frère jumeau, la rancœur qu'il peut avoir contre son frère et sa famille...


Il sourit doucement en la prenant tendrement dans ses bras pour la rassurer. Bigre, la situation ne semblait pas la meilleure du tout mais vu sa situation, le moment n'était pas de l'inquiéter encore plus. Il s'occuperait de tout pour qu'elle n'aie pas à s'inquiéter plus que de raison.


Pire que Melani... d'après ce qu'on dit de lui ce serait bien difficile.
Et je suis là pour te protéger, ne t'en fais pas, tu n'as rien à craindre ici
Revenir en haut Aller en bas
RicW
Duc de Brienne
Duc de Brienne
avatar

Nombre de messages : 739
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   Ven 5 Déc - 23:15



Ylalang a écrit:
[Plus tard...]

Le vent soufflait sur le lac de Ste Ménéhould, créant des ondulations miroitantes lumineuses. C'était une matinée du mois de mai, chaude et pleine de promesses. Sur la barque qui dérivait doucement, Atto et Léah, cette dernière dans les bras de son compagnon, tentaient de pêcher quelques poissons. Il portait son insigne de chevalier de Mathusalem, point encore de blason noble sur sa chemise, quant à elle, sa robe simple, son air juvénile montraient une Ylalang à peine sortie de l'adolescence, ses pieds nus tapotant légèrement l'eau.

Tu vas faire fuir les poissons vita mia...


Bah, on se contentera d'amour et d'eau fraiche !


Hum non, je suis toujours grognon quand j'ai faim.


Un petit éclat de rire cristallin se fit entendre, troublant un peu plus la quiétude du lieu. Le panier de charcuterie posé non loin de là confirmait bien que l'italien concevait difficilement sa vie sans avoir un plat de nourriture à portée en toute circonstance.


Et dire que tout cela ne fait que commencer...


Oui, meme si les bonnes choses ont une fin. Celle-ci en aura une, pour le meilleur et pour le pire.

Déjà les nuages s'obscurcissaient dans le ciel, voilant l'éclat du soleil. L'Italien leva les yeux, tout en caressant les cheveux de celle qui n'était encore que sa compagne, non point encore sa femme ou la mère de ses héritiers.


Nel mezzo del cammin di nostra vita
mi ritrovai per una selva oscura,
ché la diritta via era smarrita*


Mais il y a une lumière au bout du chemin, la joie vient après le chagrin.


Un instant de sérénité, de calme, à le regarder.


C'est la fin du rêve ma chérie... Toujours trop courts sont les instants de répit...

Il tapa alors trois coups sur la barque.


Toc toc toc...

Ylalang se réveilla alors en sursaut, en nage. Edwards entra alors dans sa chambre, après les trois petits coups rituels. Il s'approcha du lit, et les stigmates de la fatigue se lisaient sur le visage du vieil anglais.


Habillez-vous Vicomtesse, et accompagnez moi.

Le ton était directif sans toutefois donner l'impression d'un ordre, et suffisant pour qu'Ylalang quitte la chaleur de ses draps pour se vétir. Elle le suivit sans un mot, le coeur battant lourdement dans sa poitrine. Le froid était glaciale, les pavés rendus presque glissants par le givre, et elle serra contre elle son épais manteau. Quittant la rue des Archers ou se trouvait l'Hotel, il la guida jusqu'à la place de Reims, ou il s'arrêta.

Un instant les pas de la Vicomtesse se ralentirent, angoissée à l'idée de retourner sur les lieux de la mort de Catheolia. Puis arrivée à la hauteur de son guide, ses yeux se fixèrent sur le spectacle qui était la raison sa venue.
Ses jambes se dérobèrent alors sous elle, et Edwards dut la soutenir pour qu'elle ne tombe pas à terre.

Madame !

Un instant d'abattement avant de se forcer à reprendre contenance, son regard violet ne se détachant pas de la tragique scène.

Ca va aller... ca va aller...

Ses jambes acceptèrent de la porter à nouveau, et elle reprit sa marche. Il était là. Ou plutôt ils étaient là tous les deux, allongés au sol, presque côte à côte. Les vetements immaculés d'Atto étaient couverts de sang, et une dague était plantée dans la poitrine de l'Italien, oriflamme mortel d'une vengeance ayant mis plus de trente ans à s'accomplir.
Son jumeau semblait lui avoir été étranglé, les marques violines sur la peau de son cou étant révelatrices de la violence usée par le Vicomte pour anéantir le responsable de sa déchéance italienne...

Elle ne cessait de se répeter depuis deux jours que tout ceci n'était qu'un cauchemar, mais le réveil était trop cruel. Elle s'agenouilla à coté du corps d'Atto, passant la main dans les cheveux blonds, presque blancs, de l'Italien. Les larmes commencèrent à rouler sur ses joues, sans sanglots, et elle finit par prendre contre elle le corps presque froid de celui qui avait partagé sa vie si longtemps. Elle se mit à caresser avec tendresse le visage de son époux, les traits fins, qui semblaient si sereins dans la mort, avant que ses doigts ne s'arrètent sur le pendentif qu'il portait. Elle amena à la lumière du petit matin la petite fée en argent, offerte à leur tout premier rendez-vous à Langres.
Une éternité...
Et tout la submergea alors. Ce fut un cri primal, presque inhumain, sortant de ses entrailles même qu'elle poussa. Détresse, rage, chagrin, désespoir.

Paradoxalement, même si elle lui avait été infidèle, elle lui était toujours restée loyale. Elle lui devait la vie par deux fois, et elle avait toujours su que cette dette la maintiendrait rattachée à lui, en plus de l'amour fou qu'elle avait pour lui. Car c'etait bien de la folie amoureuse que la fougueuse irlandaise avait contracté pour le glacial italien d'une décennie son ainé lors de leur rencontre, l'ayant parfois amené à cotoyer les sombres abysses de la déraison.

Elle lui murmura son dernier adieu :


Pardon, pardon, pardon... et tu sais à quel point je t'ai aimé aman cara...

Qu'il faisait froid sur cette place de Reims...




* :Au milieu du chemin de notre vie
je me retrouvai par une forêt obscure,
car la voie droite était perdue.
Premiers vers de la Divine Comédie de Dante Alighieri.


Ylalang a écrit:
Sur la place du marché de chaque ville champenoise, à l'heure ou l'affluence était la plus grande, les crieurs qui faisaient leurs office se mirent à déclamer de leur voix la plus vive :

Or Oyez, Or Oyez,

Par un froid matin de novembre,
une rose écarlate naissant sur sa robe,
par un lâche trait mortel,
périt ainsi Catheolia de Flavigny,
ancienne conseillère ducale,
et vassale de la Maison Melani.

Que la Champagne pleure cette fleur à peine éclose,
pleine de promesses et de vie.

L'épée au clair dans la lumière de l'aube,
pourfendant sans pitié son meurtrier,
sur la froide place de Reims mourrut
le Vicomte Atto Melani de Beaurepaire,
Commandeur de Mathusalem et serviteur
fidèle de la Champagne.

Que la Champagne pleure la perte ce chevalier,
que les mots du Duc Caedes trouvent,
une dernière fois un écho sur vos lèvres,
pour l'un de ses lieutenants les plus fidèles,
Force et Honneur...


Les crieurs remballèrent le parchemin scellé de la Salamandre, continuant à proclamer d'autres annonces.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[1456-11-03] Les cendres de la Salamandre [Champagne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Depuis Avril 1456
» [résolu] Dispersion des cendres !
» la salamandre tachetée
» bague de diamants faite à partir des cendres d'animaux
» petition contre l' entrée des cendres du general aux Invalides

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Brienne et Duché de Rethel :: Le chateau de Brienne :: Tour Sud - Bibliothèque-
Sauter vers: