Duché de Brienne et Duché de Rethel

Lieu de vie des familles di Favara & Fontanaz ainsi que de leurs vassaux
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anoblissements, il était temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Koroseth
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 31
Localisation : Clermont en Champagne
Date d'inscription : 06/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Jeu 18 Mar - 16:31

Gabriel avait des enfants sans qu'il ne le sache, Maltea venait de l'apprendre, et ils étaient au Béarn. Bref, rien qui ne pouvait lui donner une quelconque information sur la mort de Richard. Un peu déçu, il s'éloigna un peu du banquet. Son fils lui tapota sur le haut du torse en ouvrant la bouche car il restait encore quelques morceaux de fruits. Cela, il le tenait de sa mère ! Sur cette simple hypothèse, des souvenirs douloureux avaient refait surface. Il espérait que cela passerait vite, il n'allait quand même pas tirer la tête durant son anoblissement.

A l'évocation de ceci, il eut un doute et posa son regard dans tous les coins de la pièce. Hum... pour une cérémonie d'anoblissement il faut le ou la noble qui va donner l'une de ses terres qui dans le cas présent était là, il faut les futurs vassaux qui apparemment étaient là aussi bien qu'il puisse en manquer un ou deux, il avait perdu le compte avec ce rassemblement de futurs seigneurs et dames. Accessoirement, il faut aussi une belle pièce avec un buffet et des invités, et tout ceci était présent. Mais il fallait aussi quelqu'un pour superviser tout ceci, le Héraut. Il avait déjà aperçu Rhân à une ou deux reprises et se rappelait à peu près son visage et il n'était pas là.

Il jeta un regard sur Maltea tandis que son fils avalait son dernier morceau de fruit. Il lui essuya la bouche afin qu'il soit impeccable. Sa future suzeraine n'avait pas l'air bien contente à entendre son discours mais à la fin, elle eut l'air un peu plus apaisée. Il en profita pour aller à sa rencontre avec sa femme et les deux enfants.


- "Quasi-suzeraine", Oniki est arrivée il y a peu avec Maëlle, que tu as pu voir à notre mariage, et Arahil, que tu as vu à son baptême.

La petite Maëlle, dont l'expression de son visage trahissait son envie d'avoir un jour une aussi belle robe, fit une petite révérence comme elle avait appris à le faire. Les salutations faites, il s'approcha de l'oreille de Maltea pour lui chuchoter :

- Au fait, tu as des nouvelles du Héraut ? Je n'ai eu aucun message d'un quelconque garde ou valet pour m'avertir de son arrivée. Espérons qu'il n'y ait pas de problème à l'entrée, ça arrive souvent ces derniers temps...

Tandis qu'il se renseignait auprès de la duchesse, Arahil profitait de la proximité de la dame pour caresser sa chevelure blonde qui reposait sur son épaule accompagné d'un "ooohh" et de grands yeux. Il aimait bien caresser les beaux et longs cheveux de sa maman quand elle le portait mais il n'en avait pas vu des dorés comme ça. C'était comme le champs de blé de son papa avant la moisson.
Revenir en haut Aller en bas
Ana.Lise
Maitre-queux
Maitre-queux
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Reims
Date d'inscription : 27/12/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Jeu 18 Mar - 20:26

Un sourire, quelques paroles de la part de sa cousine et voici Ana qui se sentait plus apaisée. La tension n’avait pas complètement disparu mais au moins, elle respirait un peu plus correctement. De plus, les gens conviés à la cérémonie commençaient à affluer et la jeune fille, bien que se sentant un peu solitaire au milieu de tout ce monde qu’elle ne connaissait pas, ne perdait pas pied pour autant ce qui était déjà bon signe pour elle.

Observant à sa droite puis à sa gauche tout aussi discrètement que possible, elle s’approcha lentement du buffet. Non pas pour grignoter, son estomac n’aurait pour l’heure rien supporté mais pour, au moins, se donner une certaine contenance. Et puis franchement, tout le monde avait l’air de vouloir converger vers ce point stratégique de la pièce où boisson et nourriture étaient ainsi exposés afin de régaler les convives alors pourquoi hésiter à y aller.

Petits pas légers, sourire de circonstance, la jeune femme inclinait légèrement la tête afin de saluer les personnes qu’elle croisait. Le buffet était en vue et d’un œil averti, Ana observa les quelques mets, fruits et verres ainsi agréablement disposés. Elle félicita mentalement les vivandiers et autres marmitons qui avaient tout préparé pour l’unique plaisir des invités et finalement, ne put résister à picorer un petit fruit qui lui faisait de l’œil depuis qu’elle s’était approchée. Ana prit plaisir à sa dégustation tout en laissant son regard explorer la pièce quand ses yeux furent attirés par Maltea qui discutait avec une jeune demoiselle. Fronçant les sourcils, Ana vit sa cousine blêmir à en perdre l’équilibre, se retenant à la petite. Son geste serait passé inaperçu si la jeune femme n’avait pas à ce moment là posait son regard sur Maltea. Prête à lui venir en aide discrètement au besoin, Ana ne pouvait détacher son regard de la scène et vit très rapidement que la duchesse reprenait les choses en main, offrant un visage plus souriant. Joli masque que cette dernière offrait son entourage, Ana s’en doutait. Elle-même faisait de même lorsque quelque chose la touchait aussi garda-t-elle un œil sur sa cousine tout en continuant à s’imprégner de l’ambiance de cette cérémonie qui allait débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Ghost60
Juriste
Juriste


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Ven 19 Mar - 0:31

Ghost qui avait pas recu d'invitation, comme ci on l'esquivait, venait profiter de la cérémonie qui devait avoir lieu. Entrant dans la grande piece où se tenait tout plein de monde, le baron chezrcha désespérement le buffet.
Quoi une cérémonie sans buffet? pensa t'il tres fort.
Saluant les personnes presente insistant avec un grand sourire sur ana, Ghost continuait de scruter la salle discretement.
Pas l'ombre d'un truc a manger, tanpis on se rattrape sur les raffraichissemet en attendant.
Comment ca c'est vide?

S'approchant un peu plus d'Ana il lui murmure a l'oreille: Trois semaines.
Le baron s'éloigna sourire aux levres, quitant la salle pour se dirigé vers la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Lylla
Dame de Compagnie
Dame de Compagnie
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Ven 19 Mar - 16:00

Ainsi l'heure était venue...
Un regard scrutateur se posant sur l'image que lui renvoyait le miroir de bronze, nota les changements que les deuils a répétition avaient laissé sur son visage. Si l'ovale était toujours aussi gracile et les pommettes hautes, c'est dans ses yeux que l'on trouvait désormais les traces indélébiles d'une vie dont les principaux acteurs s'en était allé. Si ses lèvres s'étiraient toujours en ce sourire devenu comme une seconde nature, ses iris eux portaient comme un voile de tristesse. Si son rire savait encore raisonner tel le son clair d'une cascade, ses joues avaient ce velouté que donne les larmes qui si souvent encore venaient les caresser de leurs ingénues tortures.
Le reflet après tout était fidèle à l'image que donnait la blonde à ceux qui ne la connaissait que si superficiellement pour ne pas voir derrière le masque qui ne la quittait plus.

Le choix de sa tenue s'était révélé d'une simplicité extrême de par le deuil qui était sien. Cadeau attentionné d'un frère que ses responsabilités retenaient au loin, Lylla avait revêtue la délicate toilette blanche finement brodée de minuscules motifs ton sur ton. L'encolure carrée bordée tout comme ses poignets de biais aux couleurs de Brienne, découvrait sa gorge blanche où reposait entre la douce rondeur de ses seins le médaillon qui ne la quittait jamais. A l'intérieur, une petite mèche de cheveux de Kylian. Ses doigts vinrent enserrer l'objet précieux comme si cela pouvait suffire à réunir par delà la mort, la mère et le fils... Si le geste était encore des plus douloureux, au moins apportait il un semblant de réconfort à la jeune femme. Sa propre chevelure désormais si claire avait été relevé et savamment entortillé dans un chignon recouvert d'une résille bleu. Quelques petits frisottis rebelles venant effleurer la nuque gracile, apportant une touche de douceur à la sévérité de la coiffure.

Fin prête... Du moins tout autant qu'on pouvait l'être en un tel jour, Lylla pris la dernière lettre d'Onagre. Alors qu'elle la glissait dans sa ceinture, le velin entre ses doigts semblait prendre vie, lui répétant encore et encore les mots dont il était le détenteur, lui faisant relever le menton, dégager les épaules et posait fièrement un pied devant l'autre. Les souvenirs de la cérémonie d'anoblissement de son mentor affluaient dans sa mémoire alors qu'elle quittait sa chambre et parcourait les couloirs du château. Sa timidité d'alors qui faisait rire le médicastre, la prestance du maître de maison, sa propre intimidation de se retrouver simple paysanne au milieu de tout ces gens qui lui étaient inconnus, la fierté de l'honneur qui lui avait été fait d'assister à ce grand jour auprès de son ami et maître. C'était à elle aujourd'hui de s'avancer vers ce même honneur qui allait lui être fait.
C'était devant Maltea sa suzeraine, la femme qu'elle avait appris à connaitre, l'amie qui l'avait soutenue dans les périodes noires de sa vie, celle avec qui elle partageait rires et confidences, qu'elle allait répéter les mêmes gestes, les mêmes paroles qu'avaient échanger Onagre et le Duc de Brienne.
C'était si loin en arrière et pourtant encore si proche...

Passant devant la porte des appartement de Rafaella, Lylla faillit s'y arrêter pour embrasser la fillette, mais l'heure n'était plus à ce geste. La petite fille était pour l'instant en parfaite aisance avec sa nourrice comme le révélé le petit rire que laisser échapper la porte close. L'insouciance de l'enfant apporta un sourire sur les traits de sa gouvernante qui repris son avancée vers le salon de réception.
Traversant le grand hall, la blonde jeta un regard éperdu vers l'entrée du Château, espérant que son cousin ne se serait pas perdu en route au détour d'une taverne ou encore que son épouse aurait su le convaincre de se vêtir pour une fois ! Lylla songea par ailleurs qu'il lui faudrait penser à bien surveiller les mains de ce dernier, l'épisode de ses noces encore bien présent dans son esprit.

Les portes du salon de réception se dressaient à présent devant elle. Le temps était venu...

Prenant une profonde inspiration, Lylla poussa le vantail et pénétra dans la pièce. Laissant son regard errer de droite et de gauche, elle identifia sans souci nombre de visages, saluant chacun d'un sourire, elle avança posément vers ce qui semblait être le point de rassemblement de tout le salon : le buffet. Son estomac aurait à l'instant refusé toute sorte de nourriture, toutefois, sa suzeraine étant pour l'heure bien entourée, le lieu lui parut tout simplement stratégiquement bien placé pour saluer tout un chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Darkaprincesse de Tracy

avatar

Nombre de messages : 199
Age : 30
Localisation : Troyes DR de Champagne
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 20 Mar - 10:29

La Baronne de Tracy s'avança vers la Duchesse de Brienne et la salua courtoisement ainsi que les personnes présentes. Certains visages lui étaient familiers d'autre pas.

Le Bonjour, votre Grasce, ravie d'être parmi vous en ce si beau jour.

Elle recula laissant place aux invités qui attendaient de la saluer. Elle vit son Maréchal et lui fit un signe de la tête ainsi qu'à Lylla qui venait d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Ana.Lise
Maitre-queux
Maitre-queux
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Reims
Date d'inscription : 27/12/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 20 Mar - 13:00

Tout à la dégustation de quelques fruits confits dans du miel qui avaient le mérite de calmer quelque peu son anxiété en faisant exploser ses papilles de joie, Ana.Lise vit entrer d’un pas décidé le baron de Chaumont. Mi-amusée, mi-sérieuse, elle l’observa un instant tandis que se croisaient leurs regards ainsi que leurs sourires. Le voyant se diriger vers le buffet la jeune femme comprit très vite qu’il ne trouverait pas son bonheur dans ces mets faits avant tout pour collationner les invités. Ghost aimait les bons repas, la bonne chaire et la convivialité et forcément, le buffet était loin de lui proposer ce qu’il affectionnait. Aussi, le vit-elle repartir aussi vite qu'il était entré, prenant sans aucun doute la direction de la cuisine qu'il affectionnait et qu’elle connaissait que trop bien pour y être souvent. Toutefois, avant de s’éloigner d’Ana.Lise, il lui murmura quelques mots qui lui étirèrent un peu plus grandement ce sourire naturellement charmant qui avait fleuri sur ses lèvres quelques instants plus tôt, illuminant son regard, sublimant le gris de ses yeux. Ses joues prirent une couleur rosée des plus ravissantes sans qu’elle ne parvienne à maîtriser le phénomène. Ghost n’avait pas son pareil pour lâcher des phrases au moment où elle s’y attendait le moins. Et elle avait beau le connaître, elle n’était jamais préparée à ce qu’il allait faire. Tour à tour surprenant, déconcertant voir parfois même énervant ô possible, elle appréciait chez lui cette personnalité changeante qui la mettait toujours sur des charbons ardents. Malgré tout, elle resta là à le regarder s’éloigner lorsqu’elle sentit une autre présence non loin d’elle. Se retournant doucement, elle aperçut Lylla.

Cela faisait maintenant quelques semaines qu’elle ne l’avait pas vu et Ana remarqua immédiatement sa pâleur ainsi que cette apparence frêle qui la caractérisait désormais. Un ombre de tristesse vint la troubler mais la jeune femme la réprima très vite, laissant parler cette envie soudaine d’aller à la rencontre de Lylla. Arrivée à sa hauteur, Ana parla d’une voix douce et chaleureuse.


Bonjour Lylla, je suis heureuse de te voir ici…
Revenir en haut Aller en bas
Ghost60
Juriste
Juriste


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 20 Mar - 15:42

Ghost arriva enervé dans la salle de reception, n'ayant meme pas eu le temps d'atteindre la cuisine il avait été interpellé. La décision découla directement, il avait trouvé une plume et un parchemin dans un bureau non loin.

Citation :
A sa grasce Maltea wagner di favara, duchesse de brienne et de jaulges,

Moi Ghost d'izard, Baron de chaumont vous fait part par cettye présence de ma démission de toutes charges attenantes de près ou de loin à votre mesnie.
quand vous ouvrirez les yeux sur les parasites champenois qui vous influence en vous donnant des intox qu'ils font passé pour des infos et que vous comprendrez que vous insinuez des trahisons inéxistantes, alors peut etre pourront nous reprendre des bases saines.

Faict a brienne

Ghost d'Izard.



Ghost n'avais pas pris son scel et ne pouvais pas scellé ce parchemin, mais afin de montrer l'authenticité de la lettre la donna en main propre a la duchesse avant de quiter le chateau.
Revenir en haut Aller en bas
Rhân

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 20 Mar - 16:52

Avec bien du retard, le maréchal d'Armes de France qui avait dû se perdre en route un peu puisque Brienne n'était pas si éloigné que ça de l'Orléanais où le vicomte d'Avize demeurait tranquillement, partagé entre la vie paisible avec son épouse et les affaires parisiennes de la chapelle Saint-Antoine et des différentes marches dont il avait la charge par intérim dont la Champagne pour laquelle il était appelé à se rendre à Brienne ce jour ci pour être le témoin héraldique d'une cérémonie d'anoblissement et de l'échange de serment entre la duchesse de Brienne et son nouveau vassal.

Le vicomte d'Avize arriva donc jusqu'à l'entrée du château de Brienne où il demanda à l'un des domestiques qui passaient par là de l'annoncer et de bien vouloir l'amener jusqu'à la duchesse qui devait normalement l'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 20 Mar - 17:21

Alors qu’elle reprenait contenance, Koroseth arriva avec épouse et marmailles à ses côtés. Elle se retint de lui dire qu’elle ne se souvenait même pas avoir été présente lors de son mariage… ah mais oui, richard était son témoin, enfin normalement… elle posa son regard sur la dites Maelle et sourit lorsque celle-ci fit une révérence ravissante…
Décidément sa mémoire lui jouait des tours. On aurait dit qu’elle ne retenait que les moments douloureux… sauf le baptême, ça elle s’en souvenait, elle avait fait un tel foin pour celui-là…


Bienvenue à Brienne, Oniki, par contre la prochaine fois… pourriez-vous avoir l’amabilité de ne point arborer les couleurs d’Attigny en ce domaine ? Pas que cela me gène, mais cela me donne un mal de tête terrible, les couleurs trop criardes me faisant mal aux yeux.

Petit sourire mutin à la jeune femme, et passage du coq à l’âne afin de ne pas la gêner plus, après tout cela n’était pas de sa faute… mais seulement celle de sa maitresse de maison.
Guéguerre entre deux maisons et surement pas prête à s’arrêter avant un bon millénaire !


Le héraut… oui tiens, il n’était pas encore arrivé le Maréchal d’Armes…

J’espère qu’il ne s’est pas perdu en route, la forêt peut être parfois dangereuse…


Elle allait continuer lorsqu’elle sentit une caresse dans ses cheveux et elle regarda le petit monstre qui se permettait pareilles familiarités. Elle hésitait entre le mordre, juste pour ennuyer sa mère ou encore le jeter par terre et le piétiner pour faire bondir le suppôt d’Attigny… le problème c’est qu’elle aimait bien ce petit homme, et puis c’est à lui que reviendrait plus tard le fief de ville-sur-terre. Elle lui offrit un tendre sourire avant de lui ébouriffer les cheveux et lui déposer un baiser sur le front.

Tu as l’air d’aimer mes cheveux, petit bonhomme … *elle murmura pour elle-même, tu n’es pas le seul, tu es bien de la graine d’homme toi !*

Son regard fut attiré par l’arrivée de Lylla et de la baronne de Tracy qu’elle vint saluer et qu’elle salua en retour.

Bienvenue à Brienne, baronne…

C'est alors que Ghost débarqua avec un parchemin, celui-ci démissionnait… Un grand bon dans le futur et elle vit une scène se dérouler… voilà qu’elle devenait devin à présent ! re grand bond dans le passé et la voilà tenant le bout de papier, un sourire aux lèvres.

J’ai un peu de mal à comprendre cette réaction, à l’heure où je vous parle, ce que vous me décrivez dans votre missive ne s’est point encore déroulé. Nous voilà logé à la même enseigne que les sorciers se promenant dans le temps ?
Je ne vois point à ce dont vous faites allusion, mais je le retiendrais pour plus tard.

Tiens tant que j’y suis, j’anoblis ou pas votre promise ? non parce que si c’est pour que dans le présent, vous parliez au futur et replongiez dans le passé, je suis sure que ca m’explosera au visage un jour et j’y tiens à mon visage, je l’avoue.

Malicieuse jusqu’au bout la Wagner, devant un baron susceptible au possible et surtout concernant un évènement qui ne viendrait que dans quelques jours voir une grosse semaine…
Pas de sa faute si des actions dont elle n’avait point encore vent ce jour, lui seraient jetées à la face…

Elle n’eut pas le temps de s’éterniser avec cette histoire qui ne l’intéressait pas encore, que l’on annonçait le Maréchal d’armes.


Elle se dirigea en sa direction pour l’accueillir.

Ravie de vous voir Maréchal, j’avais peur que vous ne vous soyez perdu dans la forêt, peu sure en ce moment.
Bienvenue à Brienne.


Un petit sourire de bienvenue tout en pensant que son époux serait vert de rage s’il savait l’époux d’Avize sur ses terres, ce qui eu pour cause de provoquer un sourire encore plus grand sur les lèvres de la duchesse, qui même au-delà de la mort de son époux, s’amusait encore comme de son vivant à faire tout le contraire de ce qu’il voulait.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Lylla
Dame de Compagnie
Dame de Compagnie
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 20 Mar - 19:22

A pas mesuré Lylla s'approchait du buffet, ses yeux se remplissant bien mieux que ne saurait le faire son estomac de la décoration de celui ci, chaque bouchée semblait faite pour attiré l'œil et la bouche, les couleurs et les formes, offraient une bien belle palette à celui qui savait l'appréciait. Un gobelet de jus de fruit lui permis de rafraichir sa gorge mais surtout de lui rendre sa fonction première, pouvoir parler ce qui était loin d'être le cas quelques secondes auparavant tant elle était sèche. Cela du très certainement à la nervosité de cette première apparition publique depuis quelques semaines.

Le gobelet vide retrouvait le chemin de la table quand une voix douce se porta à son oreille, la fluidité de celle ci la fit se retournait vers celle qui avait la délicatesse de la saluer, un franc sourire venant étirer ses lèvres. Lylla malgré sa blondeur et les ravages qu'elle avait pu causer dans sa vie n'oubliait jamais rien, et jamais elle ne pourrait oublier la présence d'Ana lors des funérailles de Kylian. Ce jour là leurs regards s'étaient à peine effleuré mais elle avait découvert dans le regard gris un chagrin sincère, tout autant que le soutien qu'elle lui avait discrètement apporté.


Bonjour Ana, sache que le plaisir est partagé.

Après un regard en coin accompagné d'un sourire léger sur leur suzeraine qui après avoir embrasser un petit garçon saluait la baronne de Tracy, elle allait reprendre la discution avec Ava quand voilà que Ghost, dans toute sa splendeur fit une apparition remarquée.

Il faut bien avouer qu'après ces semaines d'isolement la discution qui s'en suivit laissa la blonde dans une totale incompréhension qui devait se lire sur son visage.


Dernière édition par Lylla le Dim 21 Mar - 1:37, édité 1 fois (Raison : orthographe)
Revenir en haut Aller en bas
Oniki

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Sam 20 Mar - 22:09

La duchesse de Brienne était déjà accaparée de toute part et il fallut attendre que leur tour soit venu pour enfin pour la saluer.

Le bonjour votre Grasce. lui dit-elle dans un sourire.

Maltea Wagner a écrit:
Bienvenue à Brienne, Oniki, par contre la prochaine fois… pourriez-vous avoir l’amabilité de ne point arborer les couleurs d’Attigny en ce domaine ? Pas que cela me gène, mais cela me donne un mal de tête terrible, les couleurs trop criardes me faisant mal aux yeux.

Les yeux d'Oniki brillèrent d'amusement. Les nouvelles allaient vite dans les couloirs de Brienne... c'est vrai que les couleurs d'Attigny étaient étincelantes, mais de là à l'agresser visuellement, il y avait un fossé ! La vérité se situait plutôt dans la guéguerre incessante entre les deux Grandes Maisons.

Ne plus arborer les couleurs d'Attigny... erf, c'est qu'elle s'y était habituée à son carapaçon ! et puis, il ressortait particulièrement bien sur la robe sombre d'Artéis, son destrier.

Oniki était dans une situation un peu particulière, le céant entre deux sièges. Et oui ! L'amour frappe sans crier garde, sans se soucier des engagements pris par ses marionnettes, qu'elle manipule à sa guise : le Grand Intendant de Brienne et futur vassal de la Duchesse, avait épousé le maitre d'armes d'Attigny.

Il lui faudrait faire des concessions, certes, mais pour le carapaçon, il faudrait voir...

Elle remarqua que son fils s'était emparé des cheveux dorés de la duchesse. Déjà attiré par l'or, comme son père qui avait accumulé un véritable magot !


Maltea Wagner a écrit:
Tu as l’air d’aimer mes cheveux, petit bonhomme … *elle murmura pour elle-même, tu n’es pas le seul, tu es bien de la graine d’homme toi !*

Oniki sourit en la voyant faire. Même si l'idée que la dame dévore son fils tout cru lui passa par la tête, elle savait bien que ce masque de raleuse et d'inaccessibilité, n'était qu'une apparence et qu'il avait ses failles. Il était difficile pour une femme de ne pas être touchée par un enfant, qui plus est, que le petit bonhomme avait une bouille comme celle d'Arahil !
Revenir en haut Aller en bas
Colvert

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Dim 21 Mar - 11:12

Colvert avait rejoint La baronne de Tracy au buffet, bientôt suivi de Lylla dont il avait eu vent des malheurs. Celui-ci depuis la prise du château n'avait cessé d'œuvrer mais, il avait vécu dans la période qui s'en suivit une sorte de lassitude. Cette débauche d'énergie lui avait montrer combien il est difficile de faire avancer les institutions.
Et pourtant il avait à cette occasion rencontré le soutien et les compétences de certains.

Aujourd'hui, il était présent pour ce qui était un événement qui sans restriction allait bouleverser sa vie à plus d'un titre. Intérieurement, il mesurait le devenir de son anoblissement.

Il fut tout autant convaincu que la présence de Lylla pour les mêmes prérogatives, n'était surement pas un hasard, eux que la vie avait dès le début appareiller dans une sorte de destin commun.
Il regardait les convives, et surprenait quelques bribes de conversations. Il ne comprenait pas tout mais était-il à ce point attentif aux autres en cette période?

Il profita aux côtés de la baronne du buffet qui contentait sa faim après rude cheminement. Maintenant il attendait, ignorant des convenances, il allait vers un monde inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Aylla

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Dim 21 Mar - 15:30

La dame se baladait entre les gens… celle étais d’un ennuie mortel. Elle tournait même parfois la tête pour que les gens ne la voie pas bayer… Les grandes Dames discutaient entre elles, il y avait des enfants un peu partout ce qui l’amusait quand même un peu… Elle reconnu Darkaprincess avec qui elle avait eu le plaisir de travail il y avait fort longtemps lorsqu’elle avait été Premier Lieutenant, elle se promit d’allez la saluer plus tard…et il y avait même… Ghost avec qui elle n’avait pas eu une très bonne entente … et elle remarqua qu’il semblait toujours aussi turbulent que dans le temps mais il ne resta pas en ces lieux. Un soupir a nouveau… tout la ramenais a son passer ici et rien ou presque ne semblait avoir évolué. Elle aurait bien aimé que la cérémonie débute qu’elle puisse fuir par la suite… Elle avait prévu prendre le thé avec des amies mais elle craignait de pas pouvoir y allée cherchant déjà une excuse dans sa tête… Ha si au moins quelqu’un qu’elle connaissait bien pouvait arriver qu’elle se sente moins seule dans ce monde de … enfin quoi, dans ce monde au quel elle n’appartenait plus…
Revenir en haut Aller en bas
Gnia

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Dim 21 Mar - 18:41

Accueillie par Maltea, Agnès ne se départit pas de cette mine espiègle qu'elle avait arboré en entrant. C'était exactement ça qu'elle aimait en venant à Brienne et en retrouvant Maltea, cette familiarité qui faisait fi de tout protocole, cette connivence et ces mots d'esprit.
Malheureusement les instant d'intimité n'était pas pour maintenant.
Les cérémonies accaparaient toujours l'hôtesse des lieux. Invariablement.

Elle salua la jeune enfant que Maltea lui avait présenté comme la soeur de Richard, heureuse de vérifier sa théorie qu'une fois que les enfants avaient dépassé un certain âge ils devenaient enfin fréquentables et étaient capables de sortir autre chose que des fluides tous plus aussi immondes les uns que les autres de leur petit corps.

Mais déjà, elles s'éloignaient. Agnès savait que comme à l'accoutumée, elle se retrouverait seule, non loin d'un domestique à la main leste et capable de suivre la descente tout à fait respectable de la vicomtesse de Bapaume. C'est que le vin de Champagne depuis qu'elle s'était terrée dans ce trou perdu qu'était le Béarn, et bien ça ne courait pas les rues. Autant en profiter.

L'arrivée d'
Orléans troubla enfin le ballet des arrivées et des salutations. Agnès ne put retenir un sourire en songeant à la cérémonie d'anoblissement qui avait vu Maltea faite Dame de Menneville. Et il lui semblait qu'il s'était déroulé depuis une éternité.

Allons, un effort Saint Just ! On regarde les autres invités, on sort son nez du verre de vin, on salue d'un petit hochement de tête, d'un demi-sourire, on se dépare de cette propension à la solitude et on se socialise !
Restait à savoir qui serait le premier volontaire à oser approcher l'artésienne, si volontaire il y avait.
Revenir en haut Aller en bas
Koroseth
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 31
Localisation : Clermont en Champagne
Date d'inscription : 06/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Lun 22 Mar - 14:51

Arahil avait eu un très large sourire quand il eut droit à l'attention de la duchesse de Brienne et s'agrippa rapidement au cou de son père pour que personne ne voit que ses joues avaient un peu rougies. Son père sourit, salua Maltea pour la laisser avec les autres convives et s'éloigna avec sa petite famille. En repensant à cette cérémonie, il eut quelques images de Richard et son sourire disparut lentement. Il essaya de chasser cela de son esprit et se rappela également qu'il devait avertir Oniki d'un "détail" important. Ils étaient seuls dans un coin de la pièce et c'est donc sur un air pas vraiment enjoué et d'une voix monotone qu'il lui dit :

- Amour... je sais que tu es allée à l'anoblissement de Mat à Attigny et je n'arrive pas à savoir pourquoi tu n'as pas évoqué le moment du "baiser de paix". Donc, au cas où tu ne serais pas au courant ou ce que tu faisais à ce moment pour ne pas l'avoir vu ou encore si tu ne t'en rappelles pas, enfin bref... durant la cérémonie, il va falloir que j'embrasse Maltea sur la bouche, bien que ce soit purement symbolique et que cela ne m'enchante pas spécialement, tout comme elle.

Alors je sais que ce n'est pas agréable à entendre et que cela le sera encore moins quand je devrai le faire mais il n'y a pas le choix, c'est ainsi. Désolé.


Il avait dit ce qu'il avait à dire. Elle allait sûrement lui en vouloir même si elle savait qu'il était fou amoureux d'elle depuis tout ce temps. Et puis bon, si c'était Richard qu'il avait dû embrasser, elle aurait ri et aurait insisté pour se trouver au premier rang et n'aurait pas manqué, de temps à autres, de lui rappeler qu'il avait embrassé un homme. De plus, avec ce "baiser", il allait lui offrir une nouvelle habitation bien plus grande que leurs deux maisons réunies dix fois, des terres où se balader en cheval, des gens pour s'occuper du château dont une nounou pour s'occuper d'Arahil. Leur fils qui d'ailleurs un jour pourrait profiter de ces terres en tant que seigneur.

Il vit arriver le Héraut ce qui signifiait que les anoblissements allaient pouvoir commencer sous peu. Il confia rapidement son fils à sa mère pour que cette dernière se s'énerve pas à cause de ce baiser. Il lui dit qu'il revenait et se dirigea vers la suzeraine de Maltea qui était seule et qu'il n'avait fait qu'apercevoir une fois ou deux. Cela laisserait le temps à Oniki de râler contre lui et de lui en vouloir, même s'il n'y était pour rien.

Il toussota légèrement pour se faire remarquer de la vicomtesse et se présenta :


- Le bon jour, Vicomtesse, je suis Koroseth, Intendant de Brienne, Maitre d'armes et Ecuyer de la Grande Maison de Brienne. Hum... je vais sous peu devenir le vassal de votre vassale. Il se demandait d'ailleurs si en étant vassal de Maltea, il avait des devoirs envers la femme qui se tenait devant lui. Décidément, il n'avait pas prit le temps de se renseigner sur tout... J'ai cru comprendre à votre entrée *sourire* que vous êtes la suzeraine de Maltea. Je suis enchanté de vous connaître.

Il ne savait pas du tout comment continuer cette conversation étant donné que c'était la première fois qu'il lui parlait mais en tant qu'Intendant des lieux, il devait bien accueillir les hôtes, surtout les plus importants.
Revenir en haut Aller en bas
Darkaprincesse de Tracy

avatar

Nombre de messages : 199
Age : 30
Localisation : Troyes DR de Champagne
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Lun 22 Mar - 19:42

Colvert son Maréchal l'avait rejoint près du buffet. La faim la tenaillait mais il était poinct l'heure encore aux agapes. Elle cru reconnaitre Aylla avec qui, elle avait travaillé à la Caserne, mais n'en était pas sûre. L'intendant Koroseth semblait affairé avec tout ce ballet d'invités.
Le vicomte d'Avize, le Héraut se fit annoncer ainsi que vicomtesse de Bapaume Dict Gnia. Elle les salua courtoisement d'un signe de la tête.

Les politesses allaient bon train et elle espérait que la cérémonie allait débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Rhân

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 14/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Lun 22 Mar - 21:05

Le maréchal entra enfin dans les pièces où se trouvaient les invités. La duchesse de Brienne arriva vers lui pour l'accueillir avec un grand sourire. Il la salua à son tour, lui rendant son sourire avant de répondre à ses questions.

Merci de votre accueil.
La route fut longue et sinueuse mais j'ai finalement réussi à trouver Brienne.


En avançant dans la pièce, le vicomte d'Avize aperçut quelques champenois qu'il avait déjà du voir autrefois quand il était en Champagne et qu'il salua poliment, ainsi que la comtesse de Béarn qu'il connaissait bien mieux puisqu'elle avait été Béarn avant de devenir comtesse.
Après les salutations, le maréchal revint vers son hôtesse pour fixer le déroulement de la cérémonie


Vous savez comment se déroulera la cérémonie? Des questions à ce sujet?
Sinon, nous pourrons commencer dès que vous le voudrez bien.
Revenir en haut Aller en bas
Gnia

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mar 23 Mar - 13:54

Le regard perdu sur l'assistance et le nez dans les bulles de son breuvage, Agnès répondait ça et là aux saluts discrets de ceux qu'elle connaissait, Rhân de Crocy, camarade d'alcôve héraldique, la baronne de Tracy, connaissance qui semblait avoir été faite dans une autre vie... Un toussotement discret la tira de sa mélancolie.

Elle ne put retenir son classique haussement de sourcil étonné tandis que l'homme se présentait, bien vite masqué par un sourire léger mais sincère.


Salutation Sieur Koroseth.
Enchantée de vous rencontrer également.

Courageux à vous d'être venu vous frotter aux épines de l'engeance artésienne.


Une lueur espiègle anima l'azur sombre des yeux.

Si fait, Maltea est vassale de ma baronnie de Desvres de par sa seigneurie de Menneville, cadeau de fiançailles d'une amie fidèle à une amie loyale et chère.
Vous pouvez vous enorgueillir du lien que vous allez partagez avec elle sous peu, il n'en est pas de plus beau hormis celui du mariage
.

Elle leva sa coupe d'étain en un toast muet avant d'y tremper les lèvres et d'ajouter d'un ton malicieux

Ne vous inquiétez point, les vassaux de mes vassaux ne sont pas mes vassaux. Vous n'aurez pas à souffrir comme Maltea d'être assujetti au meilleur ennemi de toujours.
Tout au plus et pour répondre à ma demande, si je devais mener guerre privée, elle vous demandera l'Ost, ou bien vous ponctionnera en écus si besoin le jour où je devrai doter ma fille.


Et d'échapper un petit rire avant d'ajouter avec empressement

Je n'ai pas de guerre privée prévue pour l'instant et ma fille a encore une quinzaine d'année devant elle avant que je lui trouve époux. Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles.
Quoiqu'avec Maltea en suzeraine, je ne sois pas sûre que vous le puissiez réellement...


Agnès savait au combien les futurs impétrants pouvaient être anxieux à l'idée de la cérémonie d'échanges vassaliques et de leur entrée dans le monde de la noblesse. Elle même gardait un souvenir intact de son premier anoblissement. Elle espérait juste avoir fait oublier en instant les angoisses que l'intendant de Brienne aurait pu développer à cette perspective.
Revenir en haut Aller en bas
Koroseth
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 31
Localisation : Clermont en Champagne
Date d'inscription : 06/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mar 23 Mar - 15:44

Il suivit le mouvement quand la vicomtesse leva sa coupe. Il buvait de petites gorgées en écoutant parler son interlocutrice

Gnia a écrit:
- Ne vous inquiétez point, les vassaux de mes vassaux ne sont pas mes vassaux. Vous n'aurez pas à souffrir comme Maltea d'être assujetti au meilleur ennemi de toujours.

Ce n'était pas cela qui allait l'embêter. Maltea se débrouillait fort bien en Champagne pour ne pas s'attirer que des sympathies et il avait eu quelques échos à propos du fait qu'il allait devenir le vassal de Maltea et cela lui était largement passé au-dessus de la tête.

Gnia a écrit:
- Tout au plus et pour répondre à ma demande, si je devais mener guerre privée, elle vous demandera l'Ost,...

Cela il serait obligé de le faire et y avait déjà pensé même. Il fallait qu'il se tienne prêt à tout instant si Maltea lui demandait de prendre les armes.

Gnia a écrit:
- ... ou bien vous ponctionnera en écus si besoin le jour où je devrai doter ma fille.

Une violente toux le prit au moment où il allait profiter de sa dernière gorgée.

- Hum hum !!... Pardonnez-moi, Vicomtesse, j'ai bu cette dernière gorgée un tantinet trop vite. Elle est passée de travers. *Sourire*

Ponctionner en écus ?! Moi ?! Cela me fait déjà mal au fondement lorsqu'il faut délier le cordon de la bourse pour ces satanés impôts, s'il fallait en plus verser un tas d'écus pour le mariage de la fille de la suzeraine de sa suzeraine, où allait le monde ?! pensa t-il.

En effet, Koroseth était connu pour être un radin de première classe. Ce qui était faux naturellement ! Econome, voilà tout ! Une rumeur faisait état, du moins dans son cercle de connaissance, d'un bon petit magot caché dans sa propriété. Cela aussi c'était faux ! Et un éventuel plan n'était actuellement pas en train d'être élaboré secrètement pour le transport des fameux sacs remplis d'écus... non non !


Gnia a écrit:
- Je n'ai pas de guerre privée prévue pour l'instant et ma fille a encore une quinzaine d'année devant elle avant que je lui trouve époux. Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles.
Quoiqu'avec Maltea en suzeraine, je ne sois pas sûre que vous le puissiez réellement...

- Fort bien, fort bien. Cela me laissera le temps de m'installer tranquillement, dit-il en souriant. Il avait quinze ans devant lui, au moins pour la dot... Il priait déjà que cette fille se trouve passionnée par les Ordres dans une bonne dizaine d'années. Et pour ce qui est de Maltea, il est vrai que ce n'est pas toujours de tout repos *sourire malicieux* Oh mais voilà le Maréchal d'Armes qui parle avec Maltea, je vais peut-être devoir vous laisser un instant Vicomtesse, j'ai été ravi de faire votre connaissance. Nous nous recroiserons sûrement après l'anoblissement, conclut-il en s'inclinant légèrement vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Oniki

avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mer 24 Mar - 0:18

Tout allait bien jusqu'à cet instant...

Koroseth a écrit:
- Amour... je sais que tu es allée à l'anoblissement de Mat à Attigny et je n'arrive pas à savoir pourquoi tu n'as pas évoqué le moment du "baiser de paix". Donc, au cas où tu ne serais pas au courant ou ce que tu faisais à ce moment pour ne pas l'avoir vu ou encore si tu ne t'en rappelles pas, enfin bref... durant la cérémonie, il va falloir que j'embrasse Maltea sur la bouche, bien que ce soit purement symbolique et que cela ne m'enchante pas spécialement, tout comme elle.

Alors je sais que ce n'est pas agréable à entendre et que cela le sera encore moins quand je devrai le faire mais il n'y a pas le choix, c'est ainsi. Désolé.

Une phrase débitée à toute allure, et son mari détala comme un voleur, pressentant sans aucun doute sa réaction.

Son sang n'avait fait qu'un tour, mais, malgré cela, elle resta très calme. Elle faisait des progrès à mesure que les années passaient.

Oublié... ha ça oui, elle avait oublié ce "détail" ! Même si elle était consciente qu'il ne s'agissait que d'un symbole, la perspective de voir son mari déposer ses lèvres sur celle d'une autre femme, fusse-t-elle duchesse, baronne, dame ou simple paysanne, la répugnait.
Bien évidemment, elle n'y pouvait rien et elle savait que son mari non plus, que c'était le cérémonial à suivre. Elle ne le lui reprocherait pas, mais l'image resterait gravé dans sa mémoire.

Même si d'apparence, elle donnait le change, berçant doucement son fils contre sa poitrine et souriant volontier aux personnes qu'elle croisait, ses entrailles s'étaient nouées et la lueur malicieuse qui animait son regard il y a encore quelques instants, avait disparu pour l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Maltea di Favara
Chieuse de Brienne
Chieuse de Brienne
avatar

Nombre de messages : 1643
Localisation : Duché de Brienne, Rethel & de Joigny, Baronnie de Beaufort ou Seigneurie de Menneville
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Mer 24 Mar - 17:37

La duchesse écoutait le Maréchal et hocha la tête négativement.

Non aucune question, je sais comment cela fonctionne et nous pouvons commencer, tant pis pour les absents.

Maltea se dirigea vers sa suzeraine et lui glissa à l’oreille.

Viens donc à mes côtés, tu seras mon duc de Brienne pour aujourd’hui.

Elle éclata de rire avant de prendre place et de lancer le commencement des réjouissances… enfin pas pour tout le monde parce qu’elle était déjà dégoutée de devoir embrasser tout ce petit monde. Qui allait elle anoblir le premier… l’emmerdeur numéro un voulait que ce soit lui, mais la duchesse avait bien envie de lui rendre la monnaie de sa pièce et de le faire passer en dernier… elle verrait bien…
Elle regarda vers les portes et d’un signe de tête signala aux gardes de les fermer. Les retardataires devraient se faire annoncer et n’auraient ainsi pas le choix de se glisser incognito en faisant semblant qu’ils étaient déjà là. La blonde sourit malicieusement, ce serait amusant et puis la seule personne dont la présence comptait beaucoup pour elle était déjà arrivée.

**********************
Revenir en haut Aller en bas
Darkaprincesse de Tracy

avatar

Nombre de messages : 199
Age : 30
Localisation : Troyes DR de Champagne
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Jeu 25 Mar - 11:06

La Baronne de Tracy fit un petit sourire en coin, enfin, la cérémonie allait enfin commencer. Attendre des heures, elle n'aimait pas pourtant, il se disait bien que l'exactitude était la politesse des Roys.
Il faisait chaud dans la salle, elle prit un verre d'eau pour se rafraîchir en attendant.
Les portes étaient entrain de se refermer, elle fit un clin d'oeil discret à son Maréchal, qu'elle savait pas très à l'aise par tant de mondanités.
Revenir en haut Aller en bas
Cunegonde5
Dame de Compagnie
Dame de Compagnie
avatar

Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Jeu 25 Mar - 12:32

La route depuis le Berry fût fort longue malgré les foulées de Bourricot qui haletait à présent. Un regard levé, enfin les portes apparaissaient. Ravie d'être revenue, elle appréhenda tout de même l'instant où elle serait face à sa maîtresse de maison... Cette dernière aurait des raisons de la réprimander tant Cune donnait peu de nouvelles lors de ses voyages dont on lui laissait toute liberté.

Elle s'avança, laissant Bourricot à l'entrée avec une bassine d'eau emplie de sa propre gourde, et compris le visage du garde qui l'observait depuis quelques minutes.


Vous êtes en retard, j'vous croyais morte! lui grogna-t-il

Le garde ouvrit le grand portail, elle ne demanda pas son reste et courut jusqu'au hall pour se refaire une beauté, si cela était possible, afin d'être présentable. Une fois avait suffi pour ne pas apparaître de nouveau décoiffée devant la duchesse. Quelques légers coups sur la porte, un garde ouvrit et l'annonça d'une voix tonitruante.

Cunegonde, dame de compagnie et sommelière de sa Grâce.
d'une voix plus basse Z'êtes pas morte?

Qu'avaient-ils tous? Le repos en Berry lui avait fait le plus grand bien, elle remercierait la duchesse quand l'heure s'y prêterait.
Elle aurait préféré arriver sans bruit... raté.
Elle marcha lentement dans la salle et salua l'ensemble des convives, chacun avec le respect qu'il lui était dû. Un signe de tête par ci, une révérence par là...Une profonde révérence à sa maîtresse de maison qui lui en ferait en voir de toutes les couleurs pour donner si peu signe de vie!

Au moins, pas d'impairs commis, elle se plaça en retrait pour ne pas gêner la cérémonie qui allait débuter, le regard baissé. Elle avait soif, mais il faudrait attendre sagement.
Revenir en haut Aller en bas
Lylla
Dame de Compagnie
Dame de Compagnie
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Jeu 25 Mar - 16:51

Décidément même si ce genre de cérémonie avait tendance à traîner, il ni avait pas moyen de s'ennuyer ! Il faut dire que si peu de personne la connaissait, pour sa part elle connaissait ou avait entendu parler de chacun par sa presque suzeraine.

Alors qu'elle quittait des yeux Koroseth qui se présentait à la suzeraine de sa suzeraine, la blonde eut un sourire à la fois doux et triste pour la mère et l'enfant qu'elle portait en ses bras. Rapidement elle détourna le regard afin de ne pas se laisser submerger par le vide immense laisser par le départ de son fils. Un sourire courtois fut échangé avec Darkaprincesse quand l'instant suivant ses prunelles légèrement embrumées croisèrent le regard aiguisé du Maréchal de Tracy... Un flot de nostalgie balaya sa mémoire, si la vie les avait dès l'arrivée de celui ci grandement rapproché, elle s'était aussi chargé de creuser entre eux une distance que rien ne semblait pouvoir comblait à ce jour, chacun d'eux évoluant à présent dans des cercles bien différents. Au moins leur resteraient ils un point commun durant encore quelques temps.... Leur suzeraine.

L'arrivée du hérault mit fin à ses réflexions. La dernière fois que Lylla avait croisé cet homme c'était à Ouillie et ça, la blonde par chance, l'avait oublié suite à son accident, cela valait très certainement mieux afin de ne pas réveiller les vieux démons qui lui valait les ravissements bracelets de soie qui ornaient ses poignets.
Maintenant la cérémonie en elle même allait pouvoir commencer... et qui manquait il ? Son cousin comme de bien entendu ! Décidément il ne faisait jamais rien comme personne dans cette famille, cela devait venir des gênes !
Lylla croisa nerveusement ses mains sur le devant de sa robe. Non pas que la cérémonie en elle même lui causa de grande nervosité, certes le baiser vassalique en faisait partie intégrante, mais bon après avoir vécut un temps à Luxeuil, où la coutume voulait que l'on embrasse tout nouveau venu sur la bouche, ce baiser là ne lui tirait pas particulièrement souci... Quoique restait encore à savoir qui aurait posé ses lèvres sur celle de Maltea avant elle ! Non, c'était plutôt l'arrivée pour le moins tardive de Sacraï qui l'inquiétait, que pouvait il encore mijoter !

Passant discrétement d'un pied sur l'autre, elle se cru sauvé quand les portes du salon s'ouvrirent, mais au lieu de voir entrer son cousin chéri ce fut une Cunégonde qui tentait de se faire oublier qui traversa le salon, amenant un sourire d'amusement aux lèvres de Lylla. Ayant une grande affection pour celle qu'elle accompagnait dans sa tache de Dame de compagnie et une certaine compassion reconnaissons le, devant le caractère parfois volcanique de leur maîtresse, Lylla s'empressa de remplir deux verres d'étain et quand Cune eut finit de saluer l'assemblée, elle se rapprocha d'elle et lui glissa l'un d'eux dans la main en lui murmurant :


Tu arrives juste à temps ne t'en fait pas ! Tiens voilà de quoi te remonter de ta course.


Lui offrant un petit clin d'œil, Lylla porta le breuvage à ses lèvres, certaine qu'il lui faudrait au moins cela pour se détendre tant que ce diable de Sacraï ne serait pas là !
Revenir en haut Aller en bas
Ana.Lise
Maitre-queux
Maitre-queux
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Reims
Date d'inscription : 27/12/2009

MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   Ven 26 Mar - 13:53

Ana était aux côtés de Lylla et s’apprêtait à tenir conversation avec elle lorsqu’elle vit le baron revenir sur ses pas et s’approcher de sa cousine. Fronçant les sourcils, elle se demandait ce qu’il se passait pour finalement détourner le regard par discrétion pour la duchesse et ses invités. La curiosité n’était pas son fort et elle n’aimait pas avoir les oreilles qui traînaient autour de conversations privées qui ne la concernaient pas. Sans doute pour cela que la jeune femme n’était guère au courant de ce qui se passait autour d’elle. Les ragots, les rumeurs et autres murmures venaient rarement jusqu’à elle et Ana s’en félicitait, se simplifiant ainsi grandement la vie.

Tout en reportant son attention sur Lylla, elle vit arriver le Hérault puis les portes de la salle de réception se fermèrent, signe que la cérémonie allait enfin débuter. Quel soulagement pour tous ceux qui se demandaient comment celle-ci allait se dérouler et l’on pouvait deviner que l’anxiété allait rappliquer au triple galop pour certains des futurs vassaux. Elle-même se sentait de moins en moins à l’aise malgré ce que Maltea lui avait confié et elle ne pouvait que triturer un coin de tissu de sa robe aussi subtilement que possible afin d’éviter de penser à la suite des évènements. Bien que finalement, elle n’avait pas à être aussi nerveuse mais c’était sans compter sur son manque d’assurance qui avait décidé de refaire surface en ce jour. D’ordinaire elle arrivait à contrôler cette timidité qui l’handicapait au possible mais trop d’évènement récent avait eu raison de sa force à maitriser son caractère. Manquant d’émettre un soupir de frustration, elle essaya de détourner ses pensées vers autre chose lorsque quelqu’un fut annoncé.

Le garde ne se fit pas prier et comme pour faire remarquer à la jeune femme qu’elle était en retard, il annonça haut et fort son nom afin que tous sachent qui venait d’arriver . Levant les yeux dans la direction souhaitée, un sourire amusé naquit sur ses lèvres rosées. Le visage de Cunegonde se dessinait au milieu des convives, essayant de se frayer un chemin. A peine arrivée qu’Ana vit Lylla offrir un petit rafraîchissement à Cunegonde. La jeune femme se rapprocha afin de saluer cette dernière, trop heureuse de la voir ici même en ce jour.


Bonjour Cunegonde, comment allez-vous ? Vous avez fait bon voyage ? …
puis elle glissa doucement je vous remercie du fond du cœur d’être venue aujourd’hui…

Ana.Lise offrit un sourire sincère qui valait mieux que n’importe quelle discours à cette femme au grand cœur qui les chemins de la vie lui avaient donné l’occasion de côtoyer. Malheureusement, Cune était trop souvent en voyage pour qu’Ana puisse profiter de sa présence mais à chaque fois qu’elles se voyaient, la jeune femme en ressentait une immense joie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anoblissements, il était temps   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anoblissements, il était temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» RGO...il était temps !
» Temps partiel et nounou
» siege RF dos a la route apres 4 ans combien de temps ?
» Echelle du temps
» C'est le temps des Fêtes...On décore!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Brienne et Duché de Rethel :: Salle de réception-
Sauter vers: